Jump to content
Strike

Feedbacks Plume Blanche 2018

Recommended Posts

Bravo à tous les concurrents, et merci à tous les patrouilleurs pour leur participation à ce 8e Challenge !  Ce post est le vôtre, n'hésitez pas à poster vos retex et commentaires, suggestions et critiques. 

 

à vous !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Patrouilleur trinôme #4 - Delta

 

Préparation

Préparation avec plein d'entrain pour découvrir la très renommée Plume Blanche, de nombreuses discussions ont lieu avec mon chef patrouilleur CamS (Diables Verts), et le troisième de notre trinôme, Boni (Diables Verts).
Les Ordres de Missions qui nous sont donnés sont analysés, les cartes étudiées, on discute beaucoup de la faisabilité/difficulté de mission pour les binômes, et de la conduite à tenir pour que ces derniers disposent de la meilleure experience de jeu, à la fois fair et à la fois dans les clous pour coller au cadre du challenge.

Le tout est résumé ici:

 

nd1d.png

 

Tous les points sont convertis en coordonnées UTM et imprimés dans des OM remaniés , les points sont reportés sur carte IGN.

 

Point météo terminé le vendredi:

8htd.png

 

Le choix est fait de partir léger pour davantage de mobilité pour la chasse en montagne:

- 2x 2.5l d'eau (+1,5l  de secours en bouteille dans une bagnole sur le parking)

- 1x ration FR 24H allégée mais augmenter d'un plat chaud

- AK-74M nue + lampe Olight M1X STRIKER & 1+2 chargeurs

- matériel bivouac (issu de cette photo mais un poil différent du coup)

 

h0c7.jpg

 

Poids Sac seul: 12,6 kg

Poids Total:  18,8 kg

 

Insertion

Je me tiens au plan, voyage seul, galère un poil dans les bouchons sur l'A8, résiste à l'envie de meurtre sur personnes vulnérables qui me font monter la route à 48 km/h avant St-Martin, mais suis dans les clous. Je m’arrête au point PARKING: ven20H pour me changer, et débarque sur le parking de La Colmiane à 18:54 local time, près en posant le pied au sol as briefed. Contre-temps d'une heure et demi pour obtenir la fameuse neurotoxine, dernières consignes, on charge rapidement les bagnoles et on part se déployer sur PARKING: ven20H. Une fois sur point, on se met en route vers nos planques, de nuit, une petite hésitation pour suivre le sentier qui passait proche d'une habitation, mais on arrive sans encombres sur notre point. CamS localise précisément le point avec la coordonnées GPS et le téléphone, on y dépose le paquet sur une souche un peu en hauteur et bien en vue, et on tire un tarp dans les minutes qui suivent juste à côté.

 

Mission #1

Nuit

Avec le retard au lancement de la mission, et sans savoir si les binômes avaient eux aussi étés impactés ou pas, on se met rapidement en place.

On discute de notre emplacement, du choix tactique, de l'impossibilité du binômes d'arriver vivant à 2 sans aucun droit à l'erreur jusqu’à la boite si les 3 binômes ne "se laissent pas faire un minimum", en commençant par la difficulté à localiser, on décide de craquer un cyalume à 40 cm au dessus de la boite.

Très vite je fais chauffer et avale une conserve, afin de parer à toute situation avant minuit et commencer les quarts de garde.  Un autre groupe de patrouilleurs passe nous voir pour avoir de l'aide à trouver l'emplacement de leur planque (WTF ?!?)  et on en profite pour les braquer façon RP, histoire de se mettre un peu tous dans l'ambiance. Je fonce dans le duvet pendant que CamS et Boni prennent le premier tour de garde, mais pas facile de s'endormir d'autant plus que d'autres patrouilleurs passent faire un coucou. On me réveille à 2h,  je prends le tour avec Boni. On reste sur l'axe de remontée de notre planque au sentier, puis on se promène le long du sentier, afin toujours de faciliter le boulot des binômes, frontale allumée, avec des balayages des alentours à 1000 Lumens. Sur une suggestion que je n'aurais pas du suivre, je pars rendre visite aux planques situées en amont... Boni me rappelle en radio, une lumière rouge située en amont et proche l'a délogé de sa position sur le sentier. Je le rejoins en courant, et le retrouve à notre planque. On laisse passer quelques minutes, et on remonte sur notre sentier, rejouer les plastrons. On est peu mobile, et on s'aventure cette fois en aval -toujours sur le sentier- vers la planque Echo, ou l'on découvre nos malheureux compagnons dans des positions inconfortables au bout de quelques dizaines de mètres seulement, on refait alors immédiatement demi-tour sur le sentier, et c'est alors que j'entends du bruit de "quelque chose qui se précipite" en contre-bas dans les fourrés. Balayage rapide de torche, on continue le RP, ça doit être un animal. On reprend la marche sur le sentier.... 15m plus loin je me retourne, lumière rouge pendant 1,3s dans les fourrés d’où venait le bruit. Peut-être que les sangliers sont équipés de frontales par les chasseurs à La Colmiane pour mieux les débusquer de nuit ? Plus sérieusement ça commence à faire beaucoup, mais on est pas la pour faire les bâtards (de toutes façon si on la joue vraiment ils ne passeront juste jamais de la vie pas donc c'est pas le but), je mets ça sur le compte de la gnôle de nos frères italiens qui ne devait pas être très catholique, il parait même que certains en auraient perdu la vue... Bref il est 4h, temps d'aller réveiller CamS et Boni de dormir. Je briefe CamS sur ce qui vient de se passer, on est tous deux d'accord de jouer le RP et les laisser travailler, tant qu'il n'y a plus d'erreur commise du genre branche qui casse ou autre, on a apriori pas de raison d'aller les débusquer au fin fond des fourrés. On reprends donc nos activités de sentinelles qui s'emmerdent sur leur sentier en discutant et en réveillant 2/3 marcassins de temps en temps. 50 min. passent, on décide de redescendre sur notre planque voir si une certaine boite ne serait pas manquante, elle ne l'est pas, et on s'allonge aux côtés de Boni endormi. Le temps passe, et on entend de tout petits bruits a peine perceptibles, de ceux que tu n'entends même pas quand tu ne t'attends pas a la visite de 2 pro de l'infiltration, en tendant vraiment l'oreille, prêt a enfourcher la réplique au moindre bruit un peu trop soutenu. CamS se tient prêt sa réplique en main, allongé sur le dos. Les minutes passent, un binôme de patrouilleurs débarquent alors torche en main "alors les gars ça va ? On a entendu un bruit et plus rien, on s’inquiétait !" CamS leurs répètent de dégager illico sans donner d'explication.... on ne pouvait  pas leurs dire "de se barrer parce qu'on avait un binôme qui travaillait dans notre secteur SE à 20m" !

Bref, sans trop comprendre ils repartent.... la petite histoire veut que... CamS vous le racontera. Bref, il est 6h, on décide de laisser dormir Boni, CamS et moi faisons mine de dormir, carrément le dos tourné, en priant pour que le binôme poursuive son travail et n'ait pas jeté l’éponge ! Bien sur, on avait interdiction de se supporter entre trinôme (on était déjà 3), alors si en plus on se retrouve à 5,6 ou 9 quand les binômes arrivent sur zone, ils ne peuvent -bien sur- plus rien envisager hormis l'abandon de l'objectif. On finit par se coucher dans les minutes qui suivent.......

-------

APARTÉ: au binôme qui a travaillé autour de delta, en descendant dans les fourrés le long de la lisière, puis qui nous a tourné autour, même si il y a eu un peu de cafouillage au début, franchement vous avez fait un boulot énorme pour descendre dans le merdier ensuite pendant 3h sans lumière, et vous approcher autant par la suite, on était vraiment à l’affût du faux-pas, c’était du très GROS BOULOT BIEN FAIT,  bravo messieurs !

------

 

Lendemain

Réveil 7h et des brouettes, café, CamS nous raconte les avoir entendu faire le tour des fourrés autour de nous, mais malheureusement la toxine est toujours là. On désespère et se demande bien comment un binôme peut venir nous voler la fameuse toxine de jour.. on apprend quelques news sur les événements de la nuit, on replie la planque prêts à enchaîner sur la mission #2, tue le temps... et on finit comme 3 imbéciles assis en ligne dans la pente entre le sentier et notre planque, à se répéter que la meilleur chose qui puisse nous arriver serait qu'on prenne chacun notre bille pleine tête, que notre binôme récupère la neurotoxine et qu'on embraye vers les crêtes. Il devait être entre 10h30 et 11h locale. Sur cette conclusion, CamS se relève (pour aller nul part d'ailleurs), on l'imite, mais il n'est pas debout qu'il hurle "Contact !!!". Juste au-dessus de nous, une ghillie disparaît dans les herbes, alors qu'elle allait prendre le shoot.... le sniper nous dira à combien ça s'est joué, mais mon cœur s'est arrêté de battre devant la danger rouge écarlate dans lequel on était: je suis quasi sur que la solution de tir était établie. Sauf qu'on est 3 et de jour, 2 en frontal, moi qui contourne un peu large, CamS est rapidement blessé à la jambe mais se soigne. on perd Boni après qu'il ait sorti le sniper, et pendant que CamS termine de fixer le spotter, je termine mon  contournement et achève le pauvre retranché dans un trou. Déçus pour eux. Fin de transmission.

 

 

Conclusion

J'attends de voir la publication de(s) OM(s) des binômes et leur retex avant de me prononcer sur cette édition de manière globale, mais  en tant que chasseur, je peux dire que je suis surpris de la difficulté de la mission proposée concernant la récupération des toxines,  prendre des photo et faire du rens. à 2 pourquoi pas, mais aller jusqu'au contact, si les patrouilleurs n'y mettent pas du leurs et ne "limitent pas" leur action, c'est du costaud de chez costaud. Les planques étaient -à mon goût- beaucoup trop proches, ça limitait fortement la distance  de patrouille, car on venait tout de suite "renforcer sans trop faire exprès" et donc verrouiller les planques voisines.

Autre point, très personnel,  le "je joue la comédie RP" ne m’intéresse pas vraiment, j'aurais préféré de loin ne pas avoir à jouer sciemment les plastrons et n'avoir aucune info, aucune mission, créneau horaire, autre que vous êtes X patrouilleurs , vous devez verrouiller la ou les zone(s) MACHIN-TRUC sur cette carte de vendredi soir à dimanche matin, peut-être avec des zones d'interdictions pour garantir certains passages aux binômes si besoin, et organisez-vous comme vous voulez, donnez le meilleur de vous pour stoppez les autres, de toute façon la tache est énorme et à chacun de donner le meilleur pour réaliser sa mission. RP pour donner une trame et une ambiance OK, mais si ça doit impacter les actions et  les initiatives, c'est pas ce que je préfère. Mais c'est une histoire de goût personnel :)

 

Merci a Strike et tous ceux qui ont mis la main à la patte pour qu'on puisse s’éclater sur ce terrain de folie dans des conditions exceptionnelles, et à tous les participants pour leur investissement. Vous êtes au top ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Galevsky pour ce retex détaillé ;) 

 

ce qu’il faut savoir c’est qu’un patrouilleur sur la plume n’est pas un « joueur » mais fait partie du dispositif orga. Donc il est nécessaire de vous transmettre tous les détails de ce que feront les binômes (en tous cas pour la partie qui vous concerne) afin que vous adaptiez au mieux votre comportement. Et qu‘on puisse « piloter » votre rôle selon l’evolution de la situation. Un comportement de joueur n’est pas adapté à notre besoin, et le rôle de patrouilleur n’est clairement pas aussi excitant que d’etre « Plastron » sur une Op comme Search & Destroy par exemple. c’est aussi pour ça que nous ne demandons pas de PAF aux patrouilleurs  ;)

 

en tous cas merci pour ta participation à cette édition, je sais l’abnegation que demande ce rôle et j’imagine que la nuit a du être longue !

 

j'espère qu’on se reverra vite sur le terrain ! :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Retex binome Golf, team Fenris

 

Préparation :

- Étude des plumes blanches précédentes, visionnage de toutes les vidéos de snipers, de spotter possibles, études de la carte IGN de valdeblore, recherche sur les azimuts, Nord géographique etc, tout pour être prêt en faite ^^

 

- réalisation du packetage mon rôle étant celui du spotter je laisserai à mon sniper le soin de faire le sien ^^

j’ai essayé de partir au plus légère possible, mais avec tout ce qu’il faudrait pour résister à une situation d’urgence quel soit rôleplay ou une réelle urgence, voir même tout simplement qu’on se perde xD. Donc tout le nécessaire tel que trousse de secours, sac de couchage, 2x rations de survie allégers, 1,5l d’eau et 1,5l de powerade (le choix à était fait de sacrifier 2l d’eau le jour du départ grâce à la météo), radio uv5r, lampe, boussole, kit de survie (allume feu, allumette couteau etc -100g), poncho, lycra, lingette nettoyante, doliprane.

voila pour la liste non intéressante ^^, niveau réplique j’ai choisi la HK416a5 gbbr vfc, car c’est ma réplique principale tout simplement, celle qui me fait vibrer (dans tout les sens du termes), et qu’elle se rapproche le plus possible d’une vraie, mon but étant de coller le plus possible à termes à la réalité. Équipé d’un viseur rti très efficace, et d’une poignée 45* ultra légère, petite modif au niveau du canon et du bloc hop up puisque je suis passé sur un kit tnt avec canon striée.

pour la réplique de point le MK23 stti, dont le silencieux fut cassé durant l’op xD 

 

- préparation physique, ce fut des randonnées avec le sac rempli comme pour l’op, on a grimpée le turini à pied et fait une rando avec bivouac dans le bois noir. Sans compter la piscine aussi souvent que possible tout l’été.

 

Insertion

 

Apres réception des documents la veille du déploiement, études au maximum de ces derniers, concertation avec le binome, report du maximum de point sur la carte IGN de façon ultra discrète qu’en cas de capture ou de contrôle ça passe inaperçu, report de tout les points sur mon appli gps et étude des différents tracés possible en fonction des situations auxquelles on s’attendaient.

 

Heure de déploiement 22H00, sur le parking de la bolline, petit couac on s´est garé sur le petit parking au lieu du grand xD, probleme vite résolue avec l’appel de l’orga pour nous demandais où on étaient (ouiiii je sais on est nuuuul), on en profite pour somnoler puisqu’on est tout les deux debout depuis le matin pour la journée de boulot. Ça nous a fait du bien, mais la pression montant ce fut très difficile ^^.

une fois arrivé sur le bon parking aux alentours de 23h, petite discussion sympathique avec un patrouilleur/alliées, malheureusement hors Roleplay :/, impossible de tirer la moindre info a part le fait que l’on aura pas de briefing.

 

23h15 top départ. 23h30 arrivé sur le parking de La Colmiane, ni une ni deux nous somme accueilli par notre contact. Nous montons dans le défendeur qui est escorté par un autre 4x4 qui se positionne devant nous. Nous sortons du parking de La Colmiane et là directement le defender bifurque et laisse partir l’autre 4x4 sur une autre route, tout en accélérant à vive allure sur la piste (grand moment de fun pour ma part car j’adore ça), ma première pensé fu que la voiture ouvreuse faisait une diversion pour nous, que neni, après 500m de pure 4x4, sans même que l’on ait le temps de poser la moindre question le defender stop sa course folle, notre contact demande plusieurs fois «  qu’est ce qu’il y’a, pourquoi tu t´arretes » de la ou je suis j’ai l’impression que le conducteur s’était arrêté pour répondre à un sms, et puis CLAK, notre contact se retrouve avec une balle dans le bide et on se retrouve menacé avec les mains au plafond,  on nous ordonnes de sortir du véhicule et de s’agenouiller sur la route! Nous nous exécutons. 

CLAK CLAK, notre contact n’en avait pas fini!! Il nous ordonna de nous barrer!! Sans hésitait mon sniper ouvris le coffre il récupéra son sac et commença à le passer sur son dos, qu’a peine j’avais attrapé la première lanière du miens que des phares arrivait déjà! 

Sans hésitait je sauta dans la pente en tenant mon sac que par une bretelle, ça n’a pas loupé, elle céda sous le poids du sac ! Je me laisse pas glander et je réagis instantanément en attrapant mon sac d’une autre façon et commença notre descente dans le noir totale! A peine qu’on avait descendu 30m que deja les lampes étaient sur nous! (On aura confirmation que l’on ne nous avaient laissé assez de temps pour nous échappé, roleplay oblige ils nous ont simplement mis la pression), on continue notre descente on trébuche! On glisse! On se casse la gueule! On évite les troncs cassés pointu par miracle!!! 

Je cherche mon sniper et m’aperçoit qu’il est juste à côté, je lui fait comprendre de stopper la descente et d’areter de bouger derrière un sapin, qu’il nous repère encore uniquement grâce à nos déplacements! On attend! On voit les lampes nous cherchaient, puis les 4x4 repartir! À bout d’haleine on se contrôle mutuellement pour savoir si l’on va bien, si l’on a rien perdu, rien cassé d’autre! RAS! 

Je vérifie mon sac pour savoir si c’est réparable, par chance oui! 

On s’équipe, à la lueur d’une toute petite frontale rouge, on y passe bien 15min. A un moment on voit les 4x4 repasser on s’immobilise, il repasse les lampes vite fait et et s’en vont! Ça y est on est dedans ! 

On décide de remonter sur le chemin pour se rapprocher le plus possible de la colmiane notre objectif étant de trouver le fameux neurotoxique dans une zone relativement grande et n’ayant pas runique de briefing de notre contact on décident de ne pas perdre de temps! (Ce fut notre erreur, c’était la que l’on aurait dû réaliser que c’était une situation d’urgence dont parlait le protocole).

 

une fois arrivé sur le chemin d’ou Nous avons fui un peu plus tôt, mon sniper s’aperçoit qu’il a perdu son 1er chargeur de mk23 dans la montée, il refuse de partir à sa recherche, soit.

on décide de se rapprocher le plus possible de la colmiane et de contourner par la gauche pour prendre l’avantage sur les hauteurs, il est aux alentours de 00h10.

 

1er objectif

 

on commence à suivre le chemin vers la colmiane, en faisant attention à rester dans l’ombre et à marcher dans l’herbe, pour minimiser le bruit, je sors le monoculaire de vision nocturne pour essayer de voir plus loin sur le chemin pour repérer les embranchements et les éventuelles patrouilles, RAS. 

Au bout de 5min de marche, on entend une fussillade venant de l’endroit où nous voulions passer! Et Merde ! Notre premier plan tombe à l’eau, il y a de la résistance sur ce chemin, on fait le choix de s’adapter en conséquence et de choisir de contourner la colmiane par la droite! Improviser, s’adapter, dominer! 

On fait une pause GPS afin de déterminer le chemin le plus favorable, on décide de couper à flanc de montagne à fin de rejoindre le chemin au dessus de nous pour quitter le chemin qu’empreinte les 4x4! Ce fut notre première vraies ascension! 

Le chemin que l’on décide d’empreinter faisait route au lac de la colmiane, on continua notre progression silencieux et aux aguets, tout du long, en empreintant les pistes de vtt, et celles d’accrobranche. Arrivé à la lisière du premier mont de la colmiane, juste avant les lacs, nous nous heurtions à une zone étendu a découvert, on décida de passer de point d’ombre à point d’ombre séparément! Je passa en premier! 

Mon premier point d’ombre fut le tir fesse, je pu avoir une magnifique vu d’ensemble à ce moment là, et ne repéra absolument aucun mouvement! Je fu signe à mon binome de venir, je surveilla sa traversé afin de prévenir de tout danger. RAS nous continuâmes comme cela jusqu’au lac, ou à ce moment là mon binome, m’avertis d’un dangers imminent, nous n’hesitames pas une seconde à nous jeter au sol et à disparaître parmis les herbes hautes. On attendu quelques minutes avant de convenir tout les deux que ce fut une fausse alerte! Premier moment de stresse de la soirée depuis notre évasion!

Dela ce fut une très belle randonnée de nuit, avec magnifique vu sur saint Martin vesubie, puisque nous avions décidé de prendre le chemin qui nous permettrait de longer la route par le dessous, en comptant remonter une fois le camp 4 ennemies dépassé, cependant de nuit et avec des chemins peut entretenu nous loupames notre embranchement, et décidions de continuer jusqu’au rejoindre les épingles plus bas, qui nous permettrait ainsi d’arriver par le bas de la zone, en traversant quelques habitations, toujours en prenant garde de ne pas se faire repérer, (nous nous jetames plusieurs fois dans le fossé suite au passage de voiture, et de fausse alerte), dans la descente vers la route je cassa mon silencieux de mk23 suite à une glissade... 

voila pour la randonné d’acces a la zone de recherche! Jusque là nous étions confiant! Motivé et prêt à tout mater sur notre passage!

nous nous engagions sur le chemin de Chastel vers 4h du matin, et ceux sans résistances ennemies jusqu’a 5h30 ou nous arriviames à la hauteur de Chastel, nous vîmes des lueurs a travers les arbres à une 60taines de mètre devant nous, nous prîmes la décision de rebrousser chemin à fin de nous éloigner un peu, et de monter à flancs de montagne à fin de nous approcher avec l’avantage stratégique, malheureusement, la zone étant pentu, extrêmement boisée, très sèches et parsemé de feuilles mortes et de branches mortes, il fut très difficile de gravir la pente en silence, à tels point qu’au bout de 60m de monté, les faisceaux de lampes se mire à parcourir les bosquets à une trentaine de mètre devant nous! On s’immobilisa de longue minutes et attendimes que les patrouilleurs s’éloignent. Au bout de longue, très longue minute, une occasion pour nous se présenta de nous déplacer, nous saisissons cette tentative pour essayer de redescendre afin de nous confronter au patrouilleur sur un chemin moins bruyant! Manque de pot dans notre descente l’un de nous deux fit craquer une grosse branche dans un vacarme à en réveiller un mort, on s’immobilisa à nouveau, et cette fois, les patrouilleurs nous bloquèrent pendant plus d’une heure ..: ils nous cherchèrent avec leur lampe sans jamais nous repérer grâce à nos ghillies, et notre immobilités, les faisceaux étant complément sur nous! Mais ne voyant aucun mouvement de leur part on en concluait qu’il ne nous voyait pas! Nous étions séparé de plusieurs mètres avec mon binômes, j’etais plus bas dans la pente! Je croyais apercevoir une planche à quelques mètres, petit à petit je me laisser descendre pour y accéder! Mais même en prenant le plus grand soin possible de ne rien faire craquer, le bruit des feuilles mortes étaient assourdissantes... les patrouilleurs allant jusqu’à éteindre leur lampes et s’immobilisanr de façons à nous faire croire à leur déplacement, je pensais profitais de ces moments pour me déplacer, malheureusement je ne fis que faire pester un patrouilleur contre les migrants... je fini par atteindre cette planche à la suite de longue dizaine de minute de gainage dans des positions horribles pour me rendre compte que c’était le chemin de randonnée duquel on avait décidé de partir tout à l’heure !!! Et qu’en faite les patrouilleurs etaient sur un sentier en dessous de nous !!! Je compris le probleme de ma situation quand je vis une lampe se déplacer à une cinquantaine de mettre de moi après un virage sur le chemin où j’etais allongé!!!! La situation étant critique et sachant mon binome pas loin, je lui chuchota que j’étais dans la Merde et que j’allais surment devoir ouvrir le feu prochainement!!!! Je me préparais à cette éventualité, et prenais en mire le bout du virage en attendant d’avoir le visuel sur mon patrouilleur! Quel ne fut pas mon soulagement de le voir faire demi tour a seulement quelques mètres du bout du virage!!! 

De la je réussi à me remettre sur le chemin car dans l’excitation j’avais choisi de me replier dans un buisson au abord du chemin, dans un fracas que je vous laisse imaginer! Mais ce fracas fu tellement court je pense que ma position ne fu pas révèlé! 

Apres de longue minute pour m’extraire de cette position peu avantageuse, je réussi à me redresser sur le chemin, et je pris la décision d’aller faire du bruit une vingtaine de mètre en retrait afin de faire diversion pour laisser le temps à mon binome de rejoindre le chemin, pour que nous puissions fuir! La position de nos patrouilleurs étant imprenable ...

on fini par réussir à laisser en plan nos détracteurs. Et décidâmes de rebrousser chemin sur plusieurs centaines de mètre avant de remonter jusqu’au chemin qu’il y avait tout en haut! Sur la salettes! 

Au moment de notre arrivé sur ce chemin, il fut approximativement 7h, ont étaient complément dépité de la difficulté de cette objectif, car on avait aucune information de position, aucune photos, la position des patrouilles les rendaient imprenables...  et puis la, l’eclaire De génie de mon binome,le protocole d’urgence!!! Et Merde c’était ce qu’il fallait faire des le début ! On a était trop con! La mort de notre contact, le fait qu’on est aucune info transmise, justifiait le protocole! Et la l’indécision nous acheva... on fini par se poser dans une renfoncement du chemin et à manger, il était aux alentours de 8h, ce fut à ce moment que nous eûmes des nouvelles de l’organisation, nous confirmant notre théorie sur le protocole, et nous demandant notre situation. Il nous plaça en stand-by, et fini par nous communiquer des coordonnées, celle ci indiquait la cache à « blachere », ce qui était en aval de notre position à environs 1km, 1,5km, on décide de finir tranquillement notre repas, et ce fu au moment du café de mon binome que nous nous firent surprendre par ce que l’on pensait être une patrouille, dès la vue du premier pax, je me mis à couvert mon binome me confirmant qu’ils étaient plus que deux, j’attrapa ma 416, et regarda posé à quelques mètres de moi mon plate carrier avec mes chargeurs dessus, par le temps de tergiverser, les forces ennemies essayaient déjà de nous prendre par le haut, je fis signe à mon binome de me couvrir et je pris position quelques mètres au dessus de lui avec pour seul protection 30 coups de 416! A peine en position je vis une tête à travers les buissons! Pas le temps d’hesitait j’avoîne une rafale de 4 coups! Par chance pour le pax mon viseur s’etait deregle et deporté les coups 50cm trop à droite! Néanmoins je le fis redescendre! Dans ce laps de temps mon sniper avait sorti un sniper et en avait pris une dans Le Bras! Je maintenais ma position car je cherchais les deux autres qui étaient soit disant monté sur l’avis de mon sniper ! J’avais une vu sur le chemin et la forêt! Une belle position bien défendable! Mon binome continua à un seul bras et fini par sortir un deuxieme pax! Là ce fut le calme! On pris la décision de se barrer au plus vite! Je redescendis récupérer mes affaires et profita pour bander Le Bras de mon sniper! Nous montâmes vers le chemin au dessus de nous! La nous primes là décisions de planquer les sacs afin d’etre Plus mobile et que quoi quil arrive nous repasserions par la! Sur la route vers blachere nous rencontrâmes un binome, le temps d’echanger quelques sympathie, nous apprenames l’élimination d’un binome quelques minutes avant sur le chemin où nous etions, on compris très vite que ce n’était pas une patrouille mais un binome que nous avions affronté... nous fumes dégoûté pour eux car peut être qu’eux avait réussi à avoir le neurotoxique  :/.

 

apres cela nous recherchames la zone ign blachere pendant un bon moment et fit notre rapport à l’orga, qui après vérification, nous donna des coordonnées plus approfondi et nous vîmes notre erreur, blachere était enfaite au début du chemin de randonnée que l’on avait empreinté à 4h du matin, mais nous n’avions rencontré aucune patrouille ... nous vîmes avec l’orgas car on étaient hors délais quoi qu’il arrive, il nous fit bénéficiait d’une modifications de délais (nous demandions si les autres binômes en bénéficiait aussi par soucis d’équité) et nous nous lancions dans une dernière tentative pour retrouver le neurotoxique, nous cherchâmes de 11h à 13h30 approximativement dans les coordonnées que nous avions eu, sans rencontrer la moindre patrouille, et toujours sans aucune photo de ce que nous recherchions... nous décidâmes de laisser tomber et de nous rendre à la balise 87 pour extractions...

 

 

Apres investigation nous sommes passés une première fois de nuit à moins de 50m de

notre neurotoxique... mais sans patrouilleurs actif sur place il nous était impossible de déterminer que c’était la... et que pour la deuxième tentative avec la direction donnée par l’orga, nous sommes passés à moins de 10m du neurotoxique... je vous laisse comprendre notre déceptions ... nous avons la défaite amère pour le coups... une chose est sur nous reviendront car on a une revanche a prendre!!

 

BILAN :

 

Un très bon souvenir pour notre première participation! Cependant on reste sur notre fin, la difficulté de la prise du neurotoxique était en soit un challenge a lui seul ... le manque d’informations sur ce que l’on recherchait, et le protocole d’urgence que l’on a tous loupé auront eu raison de nous :/, ça nous servira d’expérience et nous ne retomberont pas dans le panneau l'année Prochaine!!

 

oui je sais c’est long xD désolé

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yes, c'est le fait que ce soit dans le cadre d'une compétition que j’ai du mal à le cerner, je comprends pas comment le résultat pourrait dépendre de "la sympathie" RP des patrouilleurs forcement différentes suivant les binômes. Mais j'ai pas du saisir une subtilité, si vous faite comme ça c'est bien que c'est ce qui doit correspondre le mieux pour ce qui recherché.

 

En tout cas ce fut avec un plaisir non dissimulé :582858:, et encore merci aux participants et BSO Games :wub:

 

'espère qu’on se reverra vite sur le terrain ! << aucun doute !!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

8e Challenge Plume Blanche/Rock or Bust


Lieu:Valdeblore
Terrain BSO Fury
Binome Echo

Team: Condor Operator
John Connor/Hannibal


     Materiel 

 

  • Sac a dos 47.5L                                                                                                                        

  • 4.5L d'eau

  • Hamac

  • Poncho

  • 2 T-shirt de rechange

  • Ghillie Viper Hood Scorpion type "Bolero"

  • CCE pant

  • CCE combat shirt

  • Veste

  • Salomon GTX

  • Bonnet

  • Lunette

  • Camouflage faciale

  • Petzl

  • Radio

  • 2x Smartphone

  • Battery Bank 10.000 mah

  • Appareil photo

  • Lampe de poche

  • Sifflet

  • Corde

  • Carte IGN

  • Trousse medic

  • Filtre a eau

  • JVN

  • Lingette

  • Gants

  • Boonie

  • Barres protéinées

  • Sachets énergisants/eau

  • fruits secs, pâtes de fruits 

  • 2x repas lyophilisée

  • Couteau

  • 2 paires de chaussettes

  • GBB + HOLSTER GP1799

  • AAC T10 + Lunette

  • Total sac a dos: 17KG

  • Total replique: 4.5KG + 1KG

 

 

      Chapitre I

   "On peut le faire"

 

 

On apprend tardivement que le 8e Challenge plume blanche se fera fin aout et que la sélection sera bientôt ouverte, je suis prêt et déjà en bonne condition physique, je profite de ma prepa de BW10 pour continuer à m’entraîner encore plus régulièrement.
Ma diète est bonne, patte riz viande poisson et féculant, de l'eau et du café sans lait sans sucre svp, aucune boissons sucré type soda ou autre qui ne ferait que me ralentir, réputé pour sa difficulté physique et mental, je décide donc de mettre toutes les chances de mon coté pour 
remporter le challenge, c'est une compétition donc forcément je pars avec comme seul objectif, gagner. 
En réalité la seul chose qu'on trouvera c'est la souffrance mais ns le savons pas encore.

 

     

 

       Chapitre II

"La poisse commence"

 

Nice 1330,

Le binôme Echo se dirige vers Valdebore on s’arrête à St Dalmas, il nous faut cette carte, supermarché, boutique souvenir, office du tourisme, bar, on trouve pas ! 
C'est le drame, les commerçants ns dises que ns sommes en fin de période estivale et que leur stock est épuisé, hors de question d'appeler au secours, on cherche on court, le temps passe et ns devons encore préparer le matériel, cela fait 2 semaines
que je n'ai pas vu mon matos, j'ai encore pas mal de réglages à faire.
Sans cette carte on est baisé car un des objectifs de la mission était de calculer deux azimuts par rapport à des positions repérées sur la carte dont l'intersection des deux devait révéler la position pour le tir finale.

 

Mode pekin express..

Valdeblore rien, Saint Dalmas rien non plus, pas le choix ns ns dirigeons vers St Martin Vésubie, on fouille le village activement et la, une gentille dame nous conseille d'aller voir le magasin S.A.T.E.L,
Oui ! ils l'ont ! 3641 IGN en poche c’était la dernière, ce couple bien fort aimable nous poses quand même la question, étonnés de ns voir émerveillés pour une carte IGN, on ne rentrera pas dans les détails nous leurs disons
que ns participons à un jeu de piste, ils nous parlent de leur fils qui est champion de trial, on parle de la Belgique et technologie satellite, on reçoit même une carte postal en cadeau fait maison.
Des personnes fort aimable, mais le temps presse et direction sur le premier point de rdv "Park",  on est psychologiquement refait. 
Il est 1700 et on a tjs rien mangé depuis le matin, tic tac tic tac.. la pression est palpable

 


       Chapitre III

 "La mission est sacré"

 

Nous arrivons sur le lieu de rdv, théoriquement ns devons y etre pour 2100 équipés préparés, il n'y a pas de off zone ou autre conneries du genre, quand tu arrives sur Valdeblore t'es déjà en mission.
On fait un aller retour, on passe devant, il n y a personne, nous décidons quand même d'aller ailleurs pour se préparer, nous n'avons pas envie d'etre identifié, paranoia oblige.
Un autre binôme nous rejoins (Tandem Tactical Milsim) apparemment avec la même idée, on en profite pour échanger quelques mots, ils ont l'air aguerris et déterminés, ce sont des vétérans du challenge.
Ils nous donnent quelques conseils avisés, on ne parlera pas des ordres de mission, après tout ns sommes dans une compétition, on se salue, on les reverra plus. 

On est prêt, je mange un peu, rien de lourd pour la digestion mais la faim est coupé, la tension monte, l'heure tourne..
2100 précise ns sommes sur le point de rdv, d'autres binômes sont la, personnes se parlent, ns restons concentrés, ns attendons, ns sommes censés recevoir un sms de Strike pour notre départ vers le point de RDV

 

 


Une autre personne arrive, il fait parti des orgas, il ns prévient que ce sera lui qui ns donnera le départ mais que ns devons encore attendre 45min, il y a un peu de retard ce qui me dérange pas, mais la première mission est une mission temps
et nous devons trouver un neurotoxique qui se trouve au nord de la Colmiane pour ensuite effectuer un échange avec notre informateur "Ian Fuselli" au point de jonction qui se trouve à 4KM vol d'oiseau au nord de la carte le tout sur du beau dénivelés ;)

 

284866201_Map(640x590).jpg.ca70bc4a756fa1a6829d3d6e2362cd3c.jpg


On espère que Strike le prendra en compte, mais nous devrons conter que sur ns mêmes.
Pour rappel la mission est éliminatoire, le temps crée une pression psychologique énorme, un peu comme l'épreuve d'orientation sur Koh Lanta, on est sous tension !
Dans le stress je fume une clope toutes les 10 min, néanmoins je ressens une certaine fatigue, la journée a été longue, je suis debout depuis 400 du matin il est 2230
Mon binôme décide d’ouvrir une bouteille d'1L, une sorte de Redbull caféiné mais en version plus violent, je bois la moitié one shot, erreur, fausse bonne idée !

Vs verrez pq..
Nous discutons avec le mec des diables verts qui fait parti du staff je pense, il ns parle de loup dans la montagne et des bestioles qu'on pourrait croiser sur la zone, on essaye de lui gratter quelques infos en douceurs mais en vain.
Ca y est ! c'est à nous, le départ est donné, direction le point de RDV avec notre 4X4.

On arrive sur les lieu, un parking bien éclairé.

On s’arrête, un Defender gris sublime ns attends, 2 mecs se pointent, ils ns disent de monter d'un ton sec dans la caisse.
Le chauffeur n'a pas l'air content, cool ns non plus, on est dans l’ambiance mais pas la pour rigoler nn plus, on démarre, pas un mot dans le 4X4, c'est tendu, il se dirige vers la Colmiane, fond de première fond de deuxième du pilote, je me situe directement par rapport à la position de l'objectif au cas ou ca partira en sucette je m'attends à tout.
Ns sommes censés aller à un briefing, briefing de quoi ?? Ns avons déjà reçus nos ordres de missions 48h au préalable, pq ?? Ça sent pas bon et ns avons anticipés l'embrouille, BSO sont connus pour leurs mises en scène, en tout cas c'est l'impression que ns avons, on se méfie.
Mais la question c'est quand ? à quel moment ? et ca personne ne le sait..,

J'essaye d'identifier le copilote je pense que c'est notre infiltré. pour rappel ns devions cacher ou emballer les répliques car le rdv avec le Defender se situait sur un parking de la ville, donc elles n'étaient pas prêtes pour une riposte ce qui rajoute un stress supplémentaire.

Quand tout à coup le pilote s’arrête brutalement et abat notre infiltré par 3x le tout directement à l'intérieur du Defender.

Ils ns ordonnent ensuite de sortir du véhicule, de se mettre à genoux et les mains sur la tète,
ce que je refuse de faire, il insiste, je joue le jeu, contre attaque de notre infiltré !

Dans un élan de désespoir et de survie il parvient à tirer sur le chauffeur et nous dit en criant: Barrez vous !! Barrez vous !!
Merde j'arrive pas à ouvrir l'arrière du Defender ! le pneu est énorme, il fait noir et j'entends un deuxième 4x4 au loin qui se dirige directement sur nous !

mon binôme parvient à ouvrir l'arrière du Defender, on récupère réplique et sac à dos et go en contre sens sur la route de de la Colmiane,

je sais que ns devons prendre à droite de la Colmiane,

mais la courbe de niveau est trop en pente, impossible de passer, nous courrons encore sur quelques mètres en espérant que la courbe diminue, le 4X4 est à 50 mètres de nous, dans 5 sec ns seront totalement à découvert, plus le choix, on se jette sur la gauche, glissade de 10 mètres sur une pente, je prends de la vitesse, je freine avec mes pieds, mauvaise idée ! effet levier c'est trop pentu je bascule en avant et chute de 5 mètres, je prends un arbre en pleine poire, on ne voyait rien, la Lune se trouvait de l'autre coté de la butte de la Colmiane, réflexe reptilien je tourne la tète en voyant l'arbre que j'allais prendre en frontal, à terre., sur le dos, je sais pas ou est mon binôme
je l'ai vu sauter, le deuxième defender arrive, des mecs en sortent et balaient la zone à la lampe de poche, rien, nous somme trop bas et cachés par des arbres, à ce moment la je suis à 150 battements par minute, c'est pas bon, la boisson à dose cheval n'a rien arrangé au contraire, c'est un excitant, j 'en ai pris trop et ca a décuplé mon rythme cardiaque.
J'essaye de me calmer et contrôler ma respiration le tout sans faire de bruit, il fait un silence totale, et les lumières des patrouilleurs passes juste au dessus de ma tete, je me calme.. soudain je ressens un gout sucré dans la bouche qui me fait du bien, ca me réconforte un peu,  du sang, j 'ai perdu une dent.. surement du au choc avec l'arbre. Secouriste de base, je m'auto évalue et me déclare apte à continuer.
Je me suis presque cru dans Lone Survivor, bref je continue, après quelques minutes mes yeux commencent a voir dans la nuit, mon binome est plus loin et on se capte à coup de psss psss, je le repère, on se rejoint il a subit aussi mais s'ent sort mieux, nous décidons de patienter 15min pour voir la fréquences des aller retour des 4X4, mais rien, ok c'est bon on remonte, une fois en haut BOOOM meme scénario mais avec un autre binôme, on se rejette sur le coté, comme si une fois ne suffisait pas, à ce moment la j'ai compris qu'on allait souffrir, question d'intuition, c’était juste une mise en bouche..
Ns décidons de rester planquer 45min avant de remonter, les lumières sont tjs au dessus de nos tètes mais pour un autre binôme jeté un peu plus loin, quand soudain un ptain de rat se dirige sur moi il me fonce entre les deux jambes j'essaye de le repousser sans faire le moindre bruit car patrouilleurs à 40 mètres au dessus de moi, il fait noir je vois nada, le rat finit par dégager.
Je bois, j'enfile ma ghillie, il commence à faire plus frais, je me rends compte que la petzl à du voler pendant la chute ainsi que mon gbb qui était accroché à ma ceinture, impossible de commencer à chercher dans ces conditions, tanpis je fais avec.
On reprend la route et avancons de 50 mètres avant de pouvoir remonter sur la Colmianne et commencer avec du dénivelé +, ca monte ca monte on entend du bruit un autre binôme qui s'approche de ns, ns les voyons pas mais les entendons, ils sont discrets et progressent sans faire de bruit, on décide d'attendre un peu et de les laisser partir, on continue notre progression quand tout à coup je ressens une décharge électrique sur mon visage, j'ai accroché un câble électrique quasi impossible à voir, il y en avait partout ! Électrocuté, plaies cote-risées lol

Ns devons ralentir notre progression, notre stratégie était la discrétion absolue mais le terrain est technique il y a des fosses des trous de plus d'un mètre et ns avançons sans aucune lumière, arriver au sommet de la butte ns avons une bonne vue de ce qui se passe, une demi lune nous éclaire, ns entamons la descente de la Colmianne, le but etait d'éviter de repasser par le parking, trop dangereux.
 les derniers 10 mètres de la Colmianne sont hyper pentus, impossible de faire demi tour, tanpis, on essaye de glisser en limitant les dégâts, au passage je décide de mettre le snipe à l’arrière du sac à dos, histoire d'avoir les mains libres, c'est rocailleux, du coup le snipe prend cher, le sac à dos tiens le choc, au passage le  5.11 Rush 72 c'est vraiment du solide, testé approuvé.
Une fois redescendu nous passons par le lac une sorte de bassin je vois pas trop, ns profitons du bruit des arrivées d'eaux pour accélérer le pas, il y avait plusieurs chemin pour accéder à la zone à fouiller, zone assez grande vu l'encadré 
, nous apprendrons par après que les six postes de gardes étaient gardés par des trinômes, il y avait un chemin de tracé sur les plans donnés par Strike, mais je n ai pas percuté car pour moi si il y avait un encadré c'est que les postes pouvaient se trouver n'importe ou sur cette surface, d'autant plus que le chemin en orange sur la carte remontait jusqu'en dehors de la zone de jeu, ns choisissons de prendre l'itinéraire suivant, route de la Vésubie, arriver par l'Est de la zone et entamer la fouille a partir de la, erreur fatale, je fait un check sur mon appli PES, et regarde les courbes de niveaux c 'est pas terrible mais j estime que ca reste jouable, j ai un peu d'expérience en montagne et ns avons déja pris ce genre de dénivelé, mais ns avons perdus bcp de temps il est deja 4H du matin, le temps passe vite, on accélère le pas, tanpis il ne faut surtout pas rater le RDV avec notre contact pour l'échange.
On décide de suivre la route tout en restant sur le coté, on passe par deux tunnel routier, à droite le faussé impossible de se jeter à gauche la montagne pentu à fond impossible de passer, seul itinéraire tout droit, on arrive a la croisé des chemins, ca y est ns sommes dans la zone à fouiller. Vu le timing serré je décide de prendre un azimut brutal, nous n'avons plus le temps, nous prenons une pause de 15 min, la seul durant toute la nuit d'ailleurs et entamons le dénivelé, ca monte, ca monte, c'est sauvage, ns ne sommes pas sur les chemins, le terrain est accidenté, c'est tellement pentu que les arbres sont tombés et nous empêches de progresser, nous montons de 10 mètres pour redescendre de 5 et ainsi de suite, il est 600 du matin, la fatigue arrive, ca monte encore, à gauche ravin, à droite un rocher de plus de 4 mètres qui ns empêches de passer, la réplique dans le dos n'aide pas et me force à me coller à la montagne et d un autre coté l'avoir en main n' aide pas non plus pour la progression.
800 du matin nous ne pouvons plus redescendre car cela devient dangereux ns sommes à présent trop haut, on marche depuis 9h maintenant et je commence à voir des mirages, à force d'essayer de définir au loin ce qui pourrait ressembler à des postes de gardes, un rocher deviens une cabane, un tronc un poste de garde.

La montagne nous a engloutis, nous sommes coincés, elle nous aime pas, on lui doit quelque chose, et le seul moyen de paiement acceptés sera la souffrance.
Il est 900, on y est tjs pas, on décide de vider notre eau afin d’être plus léger, foutu pour foutu, il nous reste 1 heure pour trouver le neurotoxique et l'amener au point de jonction qui se trouve à plusieurs km de la, j 'envisage même d'enterrer mon sac à dos au cas ou on tomberais sur le neurotoxique afin de ne pas rater le rdv pour l'échange.
1000 on y est tjs pas, la roche casse, les prises sont difficiles, l humidité rend la pente glissante, ns devons faire attention, car la fatigue n'aide pas.
Il est 1030 ns savons à ce moment la que ns sommes éliminés du Challenge comme mentionné dans les ordres de mission, on espérait recevoir un sms de Strike pour ns donner 1 heure de plus du au retard mais rien, pas un sms pour ns dire que ns sommes finit, je comprends pas, on se sent oublié. Je demande à mon binôme si Strike a nos numéros de phone et me confirme que oui, que ns l'avons indiqué sur le dossier. Ce qui s’avérera ne pas être le cas.
je check mon phone et rien, mais surtout je vois que j ai pas de réseau et mon binôme nn plus, nous avons pris un abonnement Base (Belgique), ca capte pas en montagne ou très peu, c'est la merde. J'envois un sms a Strike pour l'informer qu'on est off en espérant qu'il sera envoyé dés que le réseau sera dispo, dans la fatigue j ai oublier de mettre le préfixe, erreur. 

 

 

   Chapitre IV

  "Game Over"


1100 nous sommes sur le chemin mais trop tard, c'est time pour ns on décide de redescendre tranquillement.

 

Quelques amis Cossacks patrouilleurs me rejoignent sur Nice, ils m'expliquent.., j'apprends que tous les binômes sont out ainsi que la position des postes de gardes ou se cachait le neurotoxe,

on a vraiment cru que les postes de gardes pouvaient se trouver dans toute la zone encadré et non sur un chemin de sentier, voila pq ns avions décidés de prendre par l'Est afin d d’éviter de se rapprocher du camp 2.


Après coup, je pense que ca reste jouable, fallait juste faire les bons choix, même avec une bonne préparation, une simple erreur d'appréciations des courbes de niveaux et c'est le drame, sans parler des arbres qui sont tombés qui vs empêches de progresser.

Eviter l'azimut brutal !
Gros concept et challenge qui fait aucun cadeau, rien avoir avec BW ou c'est camping paradise, les flots bleu etc, je comprends pq la sélection, à faire une x dans sa vie d'airsofteur, un vrai pèlerinage Milsim, mais grosse frustration personnelle quand même, PB à la hauteur de sa réputation, ne changez rien ;)

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Spotter Delta

 

Contenu du sac détaillé dans un prochain post

 

Début de mission à 22h et ça commence fort avec une mise en jeu très prenante qui va nous mener a nous jeter 20m derrière le 4x4 coté ravin pour échapper au deuxième convoi qui arrive. Après une glissade sur 15m ou je tenterai de chopper mon sniper pour que l'on se stoppe ensemble et ou il perdra dans la chute sa gourde pleine d'eau nous nous mettons a plat ventre et attendons que le convoi rebrousse chemin. N'ayant pas percuté l’état d'urgence dans lequel nous étions nous décidons de monter en azimut brutal sur 50m pour être plus a couvert et ainsi pouvoir troquer nos affaires civiles contre nos camouflages . Le temps de se changer et de définir notre trajet pour aller récupérer le neurotoxique tout les binômes sont déposés sur zone.

 

  Après de nombreux essais infructueux pour rester au sud de la route M2565 et qui coutera la cheville de mon sniper et le RMR de son MK23 nous décidons de garder nos forces et de prendre un chemin très à découvert mais qui nous économisera par le nord de la Colmiane. Il m'assure que ça va aller et nous prenons la route l'Adrechas. Pour éviter le camp4 qui est sur le chemin pour aller au point X nous coupons a travers la foret pour rejoindre un GR. Après la mauvaise interprétation du scenario ce sera notre deuxième grosse erreur. Ce GR nous mènera à la via ferrata en dessous du rocher de la grotte que nous emprunterons avant de nous rendre compte de notre erreur. Beaucoup de temps et d’énergie perdu pour rien. Nous reprendrons le bon GR mais lui nous déposera à la via ferrata du rocher de la Grotte. Nous ne répèterons pas notre erreur une deuxième fois et décidons de rebrousser chemin pour emprunter la route de l'Adrechas et aller au plus prêt du camp4 avant de couper par le nord pour le contourner et filer tout droit au point X.

 

  Cette énième ascension en azimut brutal nous ôtera beaucoup d’énergie mais la cohésion de groupe est très bonne et nous sommes déterminés à trouver ce point X. Nous arrivons enfin dans la zone du point X vers 5h et commençons les recherches qui ne donneront rien. Après 30min je me pose et recoupe tout les documents en ma possession, google maps, gps, carte IGN et photo fournis par l’organisation dans la situation room. J'isole avec précision les coordonnées du point X mais rien n'y fait, il n'y a rien. Alors nous perdrons 1h30 a retourner la zone avant que mon sniper prenne la décision de contacter Strike, il est 7h. Il nous met en stand by. J'en profite pour changer mes sous vêtements trempés pour en mettre des sec et décide de me reposer plutôt que de manger une ration. 8h nouvelle consigne, nous devons rejoindre le point ou se situe notre neurotoxique appelé "la loubonnière". Le soleil se lève nous avons plus faim que sommeil, les corps chauffent à nouveau et nous prenons 5min pour retirer la polaire. Nous sommes prêts à rejoindre le point et utilisons un chemin parallèle mais "safe" pour marcher vite sans trop perdre d’énergie. Nous débattons du manque de discernement sur l’état d’urgence qui nous a couter l'info sur la position du neurotoxique et décidons de notre sort. Il est 10h, la fin de partie est dans 30mins, nous sommes a 500m au dessus du chemin ou devrait se trouver notre mission mais sans aucune certitude vu le manque de précision de la carte qui nous a été donné.

 

   Nous décidons de descendre pour un baroud d'honneur et nous disant que si c'est le bon camp tant mieux, si ce n'est pas le bon nous pourrons peu être interroger les patrouilleurs et ainsi mieux nous situer sachant que nous n'aurions de toute façon pas le temps de monter au point de jonction. Nous nous approchons et déposons nos sacs a une 100aine de mètres du premier contact visuel que nous avons avec un camp. C'est ici que je ferai ma troisième erreur. J'avance seul pour faire un état des lieux et identifier le nombre de menace et la distance laissant seul mon sniper derrière moi. Il décidera d'avancer par la suite avec son back up et après un petit manque de chance (plus de gaz dans le chargeur de son MK23) nous nous faisons repérer. Il réussira a sortir une menace avant de DCD et moi a en blesser une avant de me faire sortir. Durant cette action mon sniper recevra plusieurs sms de Strike dont un disant qu'il n'y avait plus de limite de temps mais nous sommes tout les deux hors jeux. Nous discuterons longuement avec les patrouilleurs avant de prendre le chemin du parking ou de la nous verrons tout les patrouilleurs revenir de leur camp. Je les remercie au passage de nous avoir déposé au parking de la Colmiane.

 

Voila, c'est fini, nous avons tenu 12h30... Beaucoup de regret mais l'envie de renouveler l’expérience l'année prochaine, car j’espère bien qu'il y aura un opus en 2019, est encore plus grande.

 

Merci a tout ceux qui ont rendu ce challenge possible.

 

Données GPS: 19km de marche (du point de dépose 4x4 au parking ou nous avons attendu les patrouilleurs) pour 1500m de D+.

kaiDgF.jpg
G7Hjei.jpg

 

Si je devais émettre une pensée j'aurai aimé après coup que le RDV a la colmiane commence par des présentations. Je sais tout était sur la feuille de route fournie par l'orga en amont mais j'aurai trouver ça cool pour me mettre vraiment dans le bain et pour le jeu de savoir qui était qui et ou on allait. J'en profite aussi, les infos de jeu ont été données vachement tard je trouve.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Retex Plume blanche 2018

Tiri Sniper du binôme Delta

 

 

 

 

On a RDV à 20H30 au parking de la Bolline, les autres binômes sont là aussi, tous n’ont pas respecté la consigne de la tenue civile en ville. On attend le signal du départ en cherchant à dormir un peu.

Un allié arrive pour nous dire que finalement c’est lui qui donnera le signal et non un message SMS car les coms passent très mal.

22h30 on part direction le parking de la Colmiane où nous attend un véhicule qui doit nous mener au QG pour un brief.

Quad on arrive on voit 2 voitures avec des personnes autour, on se salue rapidement on embarque les affaires, on monte et c’est parti.

On est dans les véhicule de queue, le véhicule de tête suit la route quand tout à coup on accélère pour s’engager seul sur un chemin de montagne. Le véhicule évolue rapidement puis pile au milieu des bois. Le chauffeur tire sur son voisin et nous intime l’ordre de sortir du véhicule et de nous mettre à genoux mains sur la tête dans la lumière ?

Je m’attends à un interrogatoire pour vérifier qui on est quand le pilote se fait tirer dessus et on entend barrez-vous…

Ni une ni deux on ouvre la porte du defender on prend nos sacs et on part en courant sur le chemin. Au bout de 30m on entend un autre véhicule en approche et on décide de se cacher.

A droite la montagne, impossible de monter, à droite le ravin… et merde ça sera le ravin. On glisse sur une dizaine de mètres pour finir par s’arrêter. Tout le monde va bien les sacs sont là, on se cache car des faisceaux de lampes scrute les alentours. Les voiture partent, on attend qu’elles fassent demi-tour et repassent avant de nous mettre en mouvement : les binômes partant toutes les 30 minutes, on a 30 minutes pour nous mettre en sécurité.

Sur le chemin on décide de trouver un passage pour monter car on pense être moins vulnérables au-dessus du chemin. On se change pendant que l’on entend l’introduction du binôme suivant. Dans les bois on aperçoit les frontales rouges d’un autre binôme.

On fait un point topo et on décide partir de remonter au en direction de la zone X où est le neurotoxique selon la carte donnée par l’orga.

Au bout de 5 minutes de marche je m’aperçois que j’ai perdu mes lunettes… à priori en me changeant je redescends sur zone et finit par les retrouver.

On progresse en montant une pente assez élevée, la végétation se densifie au point qu’on décide de redescendre sur le chemin car on perd trop de temps et d’énergie.

Pas de bol au moment de redescendre sur chemin et après avoir entendu qu’un sanglier daigne se barrer, je glisse en franchisant un dénivelé d’un petit mètre et bascule. Je ressens une forte douleur à la cheville gauche, je sais que je me suis fait une entorse.

44420074072_d986a29f40_z.jpgcheville

Je teste et je décide de continuer en surveillant l’évolution de la douleur. On rejoint le parking de la Colmiane que l’on doit traverser pour rejoindre notre itinéraire vers le point X en évitant le camp situé juste au-dessous.

On décide de faire un grand détour par la crête au-dessus du camp par mesure de sécurité mais aussi car cela nous permet d’arriver sur la zone neurotoxique en descente plutôt qu’en montée.

Marchant dans le noir et limitant ‘usage des frontales pour ne aps être repérés, on finit par rater un chemin que ‘on devait prendre et on se retrouve devant une via ferrata. Après quelques minutes à étudier la carte on décide de tenter la via ferrata pensant qu’elle nous permettrait après un peu de descente et de montée de contourner un gros piton rocheux et de récupérer notre itinéraire par le haut.

On commence à descendre, on passe dans un trou de singe où l’on continue à descendre aussi prudemment que possible puis on arrive au pied d’une paroi verticale. Mon binôme commence à grimper, je m’engage peu après, il est environ 2h30 du matin et la fatigue commence à se ressentir. Au bout de quelques mètres de montée on ne voit toujours pas la fin de cette escalade et on décide de redescendre plutôt que de risquer une chute ou de bloquer sur la paroi.

On rebrousse chemin en décidant de revenir chercher l’embranchement raté.

Le détour nous aura fait perdre pas loin d’une heure. On commence à accélérer car pour être à 10h30 max au point d’échange du neurotoxique avec les alliés on considère qu’il faut que l’on quitte la zone de recherche de ce dernier avant la nuit pour pouvoir avancer le plus safe possible.

Sauf que pour gagner du temps on doit repasser vers le camp que l’on cherchait à éviter… On prend décide de couper hors sentier quelques centaines de mètres avant le camp et on attaque une ascension qui nous amène à une crête infranchissable.

On doit faire un choix car on se sent de plus en plus pressé par le tps. Soit on redescend vers le camp avec une prise de risque maxi ou alors on continue à monter pour passer la crête à un col que l’on devine sans vraiment être sûr. On regarde la carte et on choisit de monter pour finalement trouver notre col et descendre sur la zone X. Il est environ 5h00 quand on y arrive et on ne trouve rien à l’exception d’un binôme qui comme nous recherche le neurotoxique? On balaie la zone jusqu’à 7h00 sans rien trouver et on décide de contacter l’orga.

La procédure d’urgence !!!!

Et non nous n’avons pas utilisé la procédure d’urgence, parce que on ne pensait pas avoir le tps de revenir à la balise 151 et de repartir vers de nouvelles aventures mais surtout car l’absence de l’item nous paraissait plus comme un pb d’organisation que de disruption du scénario, surtout que d’autres binômes erraient comme nous dans le même coin.

L’orga nous met en standby, on en profite pour se mettre à l’abri des regards et se reposer un peu.

A 8h00 on reçoit un sms avec des instructions et une image qui ne peut se télécharger faute de bande passante. On arrive à la chopper via mail qui passe un peu mieux va savoir pourquoi et on découvre une carte avec pour info que notre item est sur un point dit Loubonière. Il ya sur la carte IGN un truc qui s’appelle Loubonière mais qui ne correspond pas à l’emplacement donné sur la pj.

44420074282_c397e555c6_z.jpgcarte localisation loubonière

Re contact avec l’orga pour valider les infos, on nous confirme que notre objectif n’est pas la Loubonière de la carte IGN et on se remet en route.

Nous sommes persuadés que compte tenu de l’heure, l’orga a considéré qu’on n’avait plus le tps de récupérer l’item et de l’amener au point de rdv. On pense donc qu’on nous envoie sur un camp gardé pour qu’on s’y fasse éliminé.

Ce sentiment se renforce lorsque l’on croise un binôme en gilets jaunes entrain de rentrer : c’était celui qui cherchait en même temps que nous sur la zone X…

Peu après alerte on se retrouve face à face avec 2 personnes on se met en joue puis on se détend voyant qu’on est tous des binômes.

On reprend notre marche selon l’itinéraire d’attaque que l’on avait choisi, une fois encore on avait décidé de passer par le haut pour garder de la mobilité et un avantage tactique pour l’attaque du camp.

Arrivé au point qu’on avait identifié sur la carte n engage une longue descente à travers des arbustes jusqu’à une cabane qu’on laisse rapidement derrière nous avant de retraverser une zone d’arbustes qui débouche sur un endroit dégagé où on entend des voix.

On se met à couvert derrière un bosquet et on se prépare pour l’assaut. On a des voix sur notre droite et un pax en visu qui passe devant nous. J’hésite à tirer mais craignant d’alerter le groupe à notre droite je laisse passer pour voir qu’il rejoint 2 autres personnes en contrebas d’un champ.

Jouant le tout pour le tout et manquant un peu de lucidité après 13h00 de marche quasi non-stop on se positionne pour attaquer les 3 visus sans s’occuper du groupe que l’on entend sur notre droite.

On se positionne pour prendre les 3 pax en tenailles, ils me tournent le dos et discutent entre eux ils ne nous ont pas repérés. Je suis environ 25 m derrière eux je décide de passer à l’action.

Au moment où je me mets en position de tir, und es 3 s’était retourné crie contact !!!

Je presse la détente mais mon MK23 ne tire pas : plus de gaz dans mon chargeur…

Sous les billes de l’ennemi je me met à couvert, change de chargeur ressors, tire et touche un des 3 PAX. Je rejoins mon binôme qui engage un deuxième qu’on entend s’écrouler et qu’on laisse pour mort.

Il me signale que le troisième se décale, je fais le tour du buisson où je suis et en sortant je me fais engager par celui que l’on croyait avoir éliminé car il avait crié out à l’impact mais qui n’était que blessé à la jambe.

Surpris je n’ai pas le temps de l’engager avant qu’il ne me touche au visage, je m’écroule au sol, l’aventure est finie. Le 3ème pax achève sn contournement et finit par sortir mon binôme.

On aura porté 14kg de sac et 4 d’armement pendant 13h40 parcourant 19km, 1500m de D+, 1700 de D-, perdu 2x mes lunettes, le rmr de mon mk23, ma nalgène, le buttpad de mon SRS, le silencieux de mon mk23 et tout retrouvé, trouvé du premier coup, sans coordonnées avec une carte très imprécise, le camp delta à attaquer sans réussir à prendre l’avantage.

43751725324_017fa66715_z.jpgDistance dénivelé

44420073722_511c2c638b_z.jpgTrace Binome delta 2018

On est forcément un peu déçu mais en même temps on a donné tout ce que l’on pouvait, surtout avec ma cheville en vrac mais on serait bien reparti pour une petite ascension avec le neurotoxique si on avait pu.

 

 

En conclusion,  une mise en jeu violente comme on les aime mais dont on n’a pas su détecter la subtilité.

On est très content de cette participation, de notre niveau d’engagement et d’être allé au bout de ce que l’on pouvait faire. On repartira avec plaisir l’année prochaine et on espère qu’il y aura un nouveau challenge en 2019!!!

Je verrai bien quelques évolutions à ce challenge :

J’aime bien l’idée de la reco exposée dans le feedback du trinome delta, je serai aussi pour un système de pénalités (temps, distance, points etc…) qui permette quel que soit les évènements que les binômes puissent aller jusqu’au tir final tout en maintenant le côté compétition : ceux qui seront arrivés à l’heure sur leurs objectifs, sans se faire taper garderaient un avantage sur les équipes plus malchanceuses. Prévoir plus de temps entre la diffusion des ordres de mission et le début de l’OP pour pouvoir échanger et bien intégrer le contexte.

Bref ce challenge reste une super aventure qu’il faut faire perdurer et évoluer.

Merci aux orgas : à Strike pour sa disponibilité, à tous les traqueurs pour permettre la tenue de cet évènement, à Todd pour la genèse de ce challenge, et merci à mon binôme pour sa ténacité, son entrain et sa bonne humeur tout au long de ce week.

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quelle aventure... :) ravi que ce challenge vous ai plu. Je prendrai le temps de vous répondre ce en soir, mais je voudrais tout de même préciser que le « point X » n’était pas un point mais une « zone » ;) 

 

900509A2-8FDC-4FD9-BBD1-97932EB80F0F.jpeg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mouais, pas très clair (généralement le nom se met en dehors du rectangle)... en tout cas les deux lectures sont possibles avec juste ça comme info ;) (faut voir comment ça en parle dans les OM, on pourrait d'ailleurs avoir maintenant les OMs de tout le monde publié ?)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Heu... ben malheureusement non. On ne parle de la zone 'X'... juste de (X) ....qui peut donc être un point.. en fonction de comment on interprète la croix ou le 'X' sur la carte. C'est peut-être écrit ailleurs ?

 

EDIT> avec l'image entière, oui on voit que 'X' est bien une zone.... par déduction puisque que A et B sont des Zones et décrites telles quelles dans le document :)

 

Merci pour la publication

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ok. Je viens de rajouter la carte complète, et la page ordre de mission complète.

 

lorqu’on parle de « point précis», j’estime qu’un point doit être précisément dessiné sur la carte. D’ailleurs la jonction avec Fuselli est matérialisée par un point, dans la zone (B).

 

Dans le cas de « X » aucun point.

 

donc ceux qui imaginent que la lettre X est une croix ne peuvent que s’en prendre à eux-mêmes ;)

 

De plus, les lettres (A), (B) et (X) sont toutes typographiées de la même manière, A et B désignant clairement une zone, aucune raison qu’il en soit différemment pour X.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis d'accord, voir mon edit.

 

Après, rigueur et précision sont les maîtres mots des OMS IRL, justement pour qu'il n'y ait ni place au doute ni au moindre risque d'erreur d’interprétation. Callsigns et nom de codes longs (pas qu'une lettre), dont la nature est définie, intelligibles en radio, différents de tout nom existant dans la zone pour zéro confusion etc... et au moins tout le monde est tranquille :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Okaaay !!! :D 

 

faites moi penser la prochaine fois à vous emmener directement sur vos objectifs. Je vois que la culture de l’excuse et de l’auto-satisfaction à la vie dure. Désolé mais c’est La Plume Blanche. Pas le club med. les ordres de mission arrivent quand ils arrivent. Ils sont rédigés comme ils doivent l’etre. Si ça ne vous convient pas, il existe d’autres compétitions de sniper, sûrement plus à la hauteur de vos attentes.

 

ce n’est pas parce que tout le monde se plante que tout le monde a raison. Ce n’est pas parce que tout le monde a eu 3/20 au contrôle que le contrôle était trop dur. C’est peut être parce que personne n’a suffisamment bossé, peut être parce que tout le monde vient au Challenge en pensant passer un week-end de détente dans les montagnes. Il n’y a pas que les ordres de mission ou les croix sur des cartes. Il y a la topo, la capacité d’adaptation, l’endurance, l’abnégation, la rusticité, l’humilité, et une dernière chose, le respect. Le respect du travail des orgas, qui n’ont pas compté leurs heures ni leurs efforts pour vous concevoir des missions et des  environnements de jeu réalistes. 

En mettant en cause des détails insignifiants comme la taille d’une lette pour justifier vos erreurs tactiques, vous ne vous grandissez pas. Et vous ne progresserez pas. 

 

il y a 28 minutes, Tiri_ZX1 a dit :

Je comprends mieux pourquoi on n'a pas pensé avoir besoin d'activer la procédure d'urgence...

Excusez moi, mais si le fait d'être compromis en zone hostile, en manquant d'être tués, alors que votre principal contact sur zone se fait shooter avant de vous faire le briefing qui était pourtant prévu dans l'ordre de mission, n’est pas une vraie situation d'urgence, alors je ne sais pas ce qu’il vous faut.

 

fin du coup de gueule.

Share this post


Link to post
Share on other sites

"La cache et 6 postes de garde ont été repérés sur l'axe du sentier chastel-anduébis"

 

Que faut il dire de plus? 

La lecture scrupuleuse des ordres de mission et la seule possibilité vers une réussite de l'opé "plume blanche". 

 

Strike arrête moi si j'ai faux

Il faut comprendre dans les paragraphes suivants que les binômes vont passer la journée du samedi dans la zone B. 

Donc qu'il faut avoir atteint la vacherie d'anduébis ou point équivalent avant le levé du jour. 

 

Sachant cela la récupération du neurotoxique doit être faite très rapidement dans la nuit, donc on active le protocole d'urgence suite à l'épisode de la jeep afin d'avoir plus de détails sur la récupération.

 

 

En tout cas ces retex m'ont bien tenu en haleine! merci pour le partage et vivement les prochains 

Share this post


Link to post
Share on other sites

"C'est dans le Vallon Abduébis que Fashererri cache le neurotox destiné au DUCE.
La cache et 6 potes de garde ont été repérés sur l'axe du sentier Chastel-Anduébis"


Tu regarde en haut de la zone X tu vois le vallon Anduébis, tu en déduit le sentier, et tu comprend en cas de doute que le X n'est pas une croix car sinon il n'aurai rien a voir avec les instructions.

Mettez en cause le manque de discernement par le stress la fatigue, ça aucun souci, et il ne faut pas en avoir honte car c'est ce qui est recherché sur la PB.
Mais dire que c'est mal indiqué ... la je ne suis pas d'accord.

En tout cas bravo a tous !

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...

×
×
  • Create New...