Aller au contenu

John Connor

Membre
  • Compteur de contenus

    11
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

John Connor a gagné pour la dernière fois le 15 juillet 2018

John Connor a eu le contenu le plus aimé !

À propos de John Connor

  • Rang
    Rookie
  • Date de naissance 10/02/1982

Contact Methods

  • MSN
    John_Connor@live.be

Infos

  • Team
    Condor Operator
  • Localisation
    Belgique
  • Centres d'intérêt
    www.facebook.com/CondorOperatorMilsim/

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. John Connor

    Feedbacks Plume Blanche 2018

    8e Challenge Plume Blanche/Rock or Bust Lieu:Valdeblore Terrain BSO Fury Binome Echo Team: Condor Operator John Connor/Hannibal Materiel Sac a dos 47.5L 4.5L d'eau Hamac Poncho 2 T-shirt de rechange Ghillie Viper Hood Scorpion type "Bolero" CCE pant CCE combat shirt Veste Salomon GTX Bonnet Lunette Camouflage faciale Petzl Radio 2x Smartphone Battery Bank 10.000 mah Appareil photo Lampe de poche Sifflet Corde Carte IGN Trousse medic Filtre a eau JVN Lingette Gants Boonie Barres protéinées Sachets énergisants/eau fruits secs, pâtes de fruits 2x repas lyophilisée Couteau 2 paires de chaussettes GBB + HOLSTER GP1799 AAC T10 + Lunette Total sac a dos: 17KG Total replique: 4.5KG + 1KG Chapitre I "On peut le faire" On apprend tardivement que le 8e Challenge plume blanche se fera fin aout et que la sélection sera bientôt ouverte, je suis prêt et déjà en bonne condition physique, je profite de ma prepa de BW10 pour continuer à m’entraîner encore plus régulièrement. Ma diète est bonne, patte riz viande poisson et féculant, de l'eau et du café sans lait sans sucre svp, aucune boissons sucré type soda ou autre qui ne ferait que me ralentir, réputé pour sa difficulté physique et mental, je décide donc de mettre toutes les chances de mon coté pour remporter le challenge, c'est une compétition donc forcément je pars avec comme seul objectif, gagner. En réalité la seul chose qu'on trouvera c'est la souffrance mais ns le savons pas encore. Chapitre II "La poisse commence" Nice 1330, Le binôme Echo se dirige vers Valdebore on s’arrête à St Dalmas, il nous faut cette carte, supermarché, boutique souvenir, office du tourisme, bar, on trouve pas ! C'est le drame, les commerçants ns dises que ns sommes en fin de période estivale et que leur stock est épuisé, hors de question d'appeler au secours, on cherche on court, le temps passe et ns devons encore préparer le matériel, cela fait 2 semaines que je n'ai pas vu mon matos, j'ai encore pas mal de réglages à faire. Sans cette carte on est baisé car un des objectifs de la mission était de calculer deux azimuts par rapport à des positions repérées sur la carte dont l'intersection des deux devait révéler la position pour le tir finale. Mode pekin express.. Valdeblore rien, Saint Dalmas rien non plus, pas le choix ns ns dirigeons vers St Martin Vésubie, on fouille le village activement et la, une gentille dame nous conseille d'aller voir le magasin S.A.T.E.L, Oui ! ils l'ont ! 3641 IGN en poche c’était la dernière, ce couple bien fort aimable nous poses quand même la question, étonnés de ns voir émerveillés pour une carte IGN, on ne rentrera pas dans les détails nous leurs disons que ns participons à un jeu de piste, ils nous parlent de leur fils qui est champion de trial, on parle de la Belgique et technologie satellite, on reçoit même une carte postal en cadeau fait maison. Des personnes fort aimable, mais le temps presse et direction sur le premier point de rdv "Park", on est psychologiquement refait. Il est 1700 et on a tjs rien mangé depuis le matin, tic tac tic tac.. la pression est palpable Chapitre III "La mission est sacré" Nous arrivons sur le lieu de rdv, théoriquement ns devons y etre pour 2100 équipés préparés, il n'y a pas de off zone ou autre conneries du genre, quand tu arrives sur Valdeblore t'es déjà en mission. On fait un aller retour, on passe devant, il n y a personne, nous décidons quand même d'aller ailleurs pour se préparer, nous n'avons pas envie d'etre identifié, paranoia oblige. Un autre binôme nous rejoins (Tandem Tactical Milsim) apparemment avec la même idée, on en profite pour échanger quelques mots, ils ont l'air aguerris et déterminés, ce sont des vétérans du challenge. Ils nous donnent quelques conseils avisés, on ne parlera pas des ordres de mission, après tout ns sommes dans une compétition, on se salue, on les reverra plus. On est prêt, je mange un peu, rien de lourd pour la digestion mais la faim est coupé, la tension monte, l'heure tourne.. 2100 précise ns sommes sur le point de rdv, d'autres binômes sont la, personnes se parlent, ns restons concentrés, ns attendons, ns sommes censés recevoir un sms de Strike pour notre départ vers le point de RDV Une autre personne arrive, il fait parti des orgas, il ns prévient que ce sera lui qui ns donnera le départ mais que ns devons encore attendre 45min, il y a un peu de retard ce qui me dérange pas, mais la première mission est une mission temps et nous devons trouver un neurotoxique qui se trouve au nord de la Colmiane pour ensuite effectuer un échange avec notre informateur "Ian Fuselli" au point de jonction qui se trouve à 4KM vol d'oiseau au nord de la carte le tout sur du beau dénivelés On espère que Strike le prendra en compte, mais nous devrons conter que sur ns mêmes. Pour rappel la mission est éliminatoire, le temps crée une pression psychologique énorme, un peu comme l'épreuve d'orientation sur Koh Lanta, on est sous tension ! Dans le stress je fume une clope toutes les 10 min, néanmoins je ressens une certaine fatigue, la journée a été longue, je suis debout depuis 400 du matin il est 2230 Mon binôme décide d’ouvrir une bouteille d'1L, une sorte de Redbull caféiné mais en version plus violent, je bois la moitié one shot, erreur, fausse bonne idée ! Vs verrez pq.. Nous discutons avec le mec des diables verts qui fait parti du staff je pense, il ns parle de loup dans la montagne et des bestioles qu'on pourrait croiser sur la zone, on essaye de lui gratter quelques infos en douceurs mais en vain. Ca y est ! c'est à nous, le départ est donné, direction le point de RDV avec notre 4X4. On arrive sur les lieu, un parking bien éclairé. On s’arrête, un Defender gris sublime ns attends, 2 mecs se pointent, ils ns disent de monter d'un ton sec dans la caisse. Le chauffeur n'a pas l'air content, cool ns non plus, on est dans l’ambiance mais pas la pour rigoler nn plus, on démarre, pas un mot dans le 4X4, c'est tendu, il se dirige vers la Colmiane, fond de première fond de deuxième du pilote, je me situe directement par rapport à la position de l'objectif au cas ou ca partira en sucette je m'attends à tout. Ns sommes censés aller à un briefing, briefing de quoi ?? Ns avons déjà reçus nos ordres de missions 48h au préalable, pq ?? Ça sent pas bon et ns avons anticipés l'embrouille, BSO sont connus pour leurs mises en scène, en tout cas c'est l'impression que ns avons, on se méfie. Mais la question c'est quand ? à quel moment ? et ca personne ne le sait.., J'essaye d'identifier le copilote je pense que c'est notre infiltré. pour rappel ns devions cacher ou emballer les répliques car le rdv avec le Defender se situait sur un parking de la ville, donc elles n'étaient pas prêtes pour une riposte ce qui rajoute un stress supplémentaire. Quand tout à coup le pilote s’arrête brutalement et abat notre infiltré par 3x le tout directement à l'intérieur du Defender. Ils ns ordonnent ensuite de sortir du véhicule, de se mettre à genoux et les mains sur la tète, ce que je refuse de faire, il insiste, je joue le jeu, contre attaque de notre infiltré ! Dans un élan de désespoir et de survie il parvient à tirer sur le chauffeur et nous dit en criant: Barrez vous !! Barrez vous !! Merde j'arrive pas à ouvrir l'arrière du Defender ! le pneu est énorme, il fait noir et j'entends un deuxième 4x4 au loin qui se dirige directement sur nous ! mon binôme parvient à ouvrir l'arrière du Defender, on récupère réplique et sac à dos et go en contre sens sur la route de de la Colmiane, je sais que ns devons prendre à droite de la Colmiane, mais la courbe de niveau est trop en pente, impossible de passer, nous courrons encore sur quelques mètres en espérant que la courbe diminue, le 4X4 est à 50 mètres de nous, dans 5 sec ns seront totalement à découvert, plus le choix, on se jette sur la gauche, glissade de 10 mètres sur une pente, je prends de la vitesse, je freine avec mes pieds, mauvaise idée ! effet levier c'est trop pentu je bascule en avant et chute de 5 mètres, je prends un arbre en pleine poire, on ne voyait rien, la Lune se trouvait de l'autre coté de la butte de la Colmiane, réflexe reptilien je tourne la tète en voyant l'arbre que j'allais prendre en frontal, à terre., sur le dos, je sais pas ou est mon binôme je l'ai vu sauter, le deuxième defender arrive, des mecs en sortent et balaient la zone à la lampe de poche, rien, nous somme trop bas et cachés par des arbres, à ce moment la je suis à 150 battements par minute, c'est pas bon, la boisson à dose cheval n'a rien arrangé au contraire, c'est un excitant, j 'en ai pris trop et ca a décuplé mon rythme cardiaque. J'essaye de me calmer et contrôler ma respiration le tout sans faire de bruit, il fait un silence totale, et les lumières des patrouilleurs passes juste au dessus de ma tete, je me calme.. soudain je ressens un gout sucré dans la bouche qui me fait du bien, ca me réconforte un peu, du sang, j 'ai perdu une dent.. surement du au choc avec l'arbre. Secouriste de base, je m'auto évalue et me déclare apte à continuer. Je me suis presque cru dans Lone Survivor, bref je continue, après quelques minutes mes yeux commencent a voir dans la nuit, mon binome est plus loin et on se capte à coup de psss psss, je le repère, on se rejoint il a subit aussi mais s'ent sort mieux, nous décidons de patienter 15min pour voir la fréquences des aller retour des 4X4, mais rien, ok c'est bon on remonte, une fois en haut BOOOM meme scénario mais avec un autre binôme, on se rejette sur le coté, comme si une fois ne suffisait pas, à ce moment la j'ai compris qu'on allait souffrir, question d'intuition, c’était juste une mise en bouche.. Ns décidons de rester planquer 45min avant de remonter, les lumières sont tjs au dessus de nos tètes mais pour un autre binôme jeté un peu plus loin, quand soudain un ptain de rat se dirige sur moi il me fonce entre les deux jambes j'essaye de le repousser sans faire le moindre bruit car patrouilleurs à 40 mètres au dessus de moi, il fait noir je vois nada, le rat finit par dégager. Je bois, j'enfile ma ghillie, il commence à faire plus frais, je me rends compte que la petzl à du voler pendant la chute ainsi que mon gbb qui était accroché à ma ceinture, impossible de commencer à chercher dans ces conditions, tanpis je fais avec. On reprend la route et avancons de 50 mètres avant de pouvoir remonter sur la Colmianne et commencer avec du dénivelé +, ca monte ca monte on entend du bruit un autre binôme qui s'approche de ns, ns les voyons pas mais les entendons, ils sont discrets et progressent sans faire de bruit, on décide d'attendre un peu et de les laisser partir, on continue notre progression quand tout à coup je ressens une décharge électrique sur mon visage, j'ai accroché un câble électrique quasi impossible à voir, il y en avait partout ! Électrocuté, plaies cote-risées lol Ns devons ralentir notre progression, notre stratégie était la discrétion absolue mais le terrain est technique il y a des fosses des trous de plus d'un mètre et ns avançons sans aucune lumière, arriver au sommet de la butte ns avons une bonne vue de ce qui se passe, une demi lune nous éclaire, ns entamons la descente de la Colmianne, le but etait d'éviter de repasser par le parking, trop dangereux. les derniers 10 mètres de la Colmianne sont hyper pentus, impossible de faire demi tour, tanpis, on essaye de glisser en limitant les dégâts, au passage je décide de mettre le snipe à l’arrière du sac à dos, histoire d'avoir les mains libres, c'est rocailleux, du coup le snipe prend cher, le sac à dos tiens le choc, au passage le 5.11 Rush 72 c'est vraiment du solide, testé approuvé. Une fois redescendu nous passons par le lac une sorte de bassin je vois pas trop, ns profitons du bruit des arrivées d'eaux pour accélérer le pas, il y avait plusieurs chemin pour accéder à la zone à fouiller, zone assez grande vu l'encadré , nous apprendrons par après que les six postes de gardes étaient gardés par des trinômes, il y avait un chemin de tracé sur les plans donnés par Strike, mais je n ai pas percuté car pour moi si il y avait un encadré c'est que les postes pouvaient se trouver n'importe ou sur cette surface, d'autant plus que le chemin en orange sur la carte remontait jusqu'en dehors de la zone de jeu, ns choisissons de prendre l'itinéraire suivant, route de la Vésubie, arriver par l'Est de la zone et entamer la fouille a partir de la, erreur fatale, je fait un check sur mon appli PES, et regarde les courbes de niveaux c 'est pas terrible mais j estime que ca reste jouable, j ai un peu d'expérience en montagne et ns avons déja pris ce genre de dénivelé, mais ns avons perdus bcp de temps il est deja 4H du matin, le temps passe vite, on accélère le pas, tanpis il ne faut surtout pas rater le RDV avec notre contact pour l'échange. On décide de suivre la route tout en restant sur le coté, on passe par deux tunnel routier, à droite le faussé impossible de se jeter à gauche la montagne pentu à fond impossible de passer, seul itinéraire tout droit, on arrive a la croisé des chemins, ca y est ns sommes dans la zone à fouiller. Vu le timing serré je décide de prendre un azimut brutal, nous n'avons plus le temps, nous prenons une pause de 15 min, la seul durant toute la nuit d'ailleurs et entamons le dénivelé, ca monte, ca monte, c'est sauvage, ns ne sommes pas sur les chemins, le terrain est accidenté, c'est tellement pentu que les arbres sont tombés et nous empêches de progresser, nous montons de 10 mètres pour redescendre de 5 et ainsi de suite, il est 600 du matin, la fatigue arrive, ca monte encore, à gauche ravin, à droite un rocher de plus de 4 mètres qui ns empêches de passer, la réplique dans le dos n'aide pas et me force à me coller à la montagne et d un autre coté l'avoir en main n' aide pas non plus pour la progression. 800 du matin nous ne pouvons plus redescendre car cela devient dangereux ns sommes à présent trop haut, on marche depuis 9h maintenant et je commence à voir des mirages, à force d'essayer de définir au loin ce qui pourrait ressembler à des postes de gardes, un rocher deviens une cabane, un tronc un poste de garde. La montagne nous a engloutis, nous sommes coincés, elle nous aime pas, on lui doit quelque chose, et le seul moyen de paiement acceptés sera la souffrance. Il est 900, on y est tjs pas, on décide de vider notre eau afin d’être plus léger, foutu pour foutu, il nous reste 1 heure pour trouver le neurotoxique et l'amener au point de jonction qui se trouve à plusieurs km de la, j 'envisage même d'enterrer mon sac à dos au cas ou on tomberais sur le neurotoxique afin de ne pas rater le rdv pour l'échange. 1000 on y est tjs pas, la roche casse, les prises sont difficiles, l humidité rend la pente glissante, ns devons faire attention, car la fatigue n'aide pas. Il est 1030 ns savons à ce moment la que ns sommes éliminés du Challenge comme mentionné dans les ordres de mission, on espérait recevoir un sms de Strike pour ns donner 1 heure de plus du au retard mais rien, pas un sms pour ns dire que ns sommes finit, je comprends pas, on se sent oublié. Je demande à mon binôme si Strike a nos numéros de phone et me confirme que oui, que ns l'avons indiqué sur le dossier. Ce qui s’avérera ne pas être le cas. je check mon phone et rien, mais surtout je vois que j ai pas de réseau et mon binôme nn plus, nous avons pris un abonnement Base (Belgique), ca capte pas en montagne ou très peu, c'est la merde. J'envois un sms a Strike pour l'informer qu'on est off en espérant qu'il sera envoyé dés que le réseau sera dispo, dans la fatigue j ai oublier de mettre le préfixe, erreur. Chapitre IV "Game Over" 1100 nous sommes sur le chemin mais trop tard, c'est time pour ns on décide de redescendre tranquillement. Quelques amis Cossacks patrouilleurs me rejoignent sur Nice, ils m'expliquent.., j'apprends que tous les binômes sont out ainsi que la position des postes de gardes ou se cachait le neurotoxe, on a vraiment cru que les postes de gardes pouvaient se trouver dans toute la zone encadré et non sur un chemin de sentier, voila pq ns avions décidés de prendre par l'Est afin d d’éviter de se rapprocher du camp 2. Après coup, je pense que ca reste jouable, fallait juste faire les bons choix, même avec une bonne préparation, une simple erreur d'appréciations des courbes de niveaux et c'est le drame, sans parler des arbres qui sont tombés qui vs empêches de progresser. Eviter l'azimut brutal ! Gros concept et challenge qui fait aucun cadeau, rien avoir avec BW ou c'est camping paradise, les flots bleu etc, je comprends pq la sélection, à faire une x dans sa vie d'airsofteur, un vrai pèlerinage Milsim, mais grosse frustration personnelle quand même, PB à la hauteur de sa réputation, ne changez rien
  2. John Connor

    John Connor

    Bonjour la France, Je pratique ce sport depuis 6 ans maintenant et ca risque de continuer encore Je vais pas vous mentir, je suis ici pour La plume Blanche Age: 36 ans Lieu: Bruxelles Team: Condor Operator Styles de jeu: Depend de la situation Matos: AK SVD
×