Aller au contenu

Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Hier
  2. La dernière semaine
  3. Nouvelle journée SR.OPS sur notre terrain BSO_HAVOC (Collongues, 06) ! Cette OP est privée, organisée pour le magasin Royal Gun (Nice). Les inscriptions sont ouvertes sur invitation. 20 Rue Pertinax, 06000 Nice 04 93 56 24 66 https://www.facebook.com/royalgun.france/ Réservez dès maintenant votre place en prenant votre ticket sur notre shop ! Ordre de mission à suivre. PAF : 15€ Coordonnées GPS de l'entrée du terrain : 43°53'09.4"N 6°51'11.6"E Heure de RDV : 19:00 Les infos sont disponibles sur les topics suivants : - SHORT RANGE OPERATIONS - RÈGLES DE JEU - INFOS INSCRIPTIONS Si vous avez des questions, posez-les à la suite !
  4. yeah ça fait plaiz' les gars !!!
  5. Présent avec les copains. Billets ok
  6. Premier opus BLOCK_II ! Les inscriptions sont ouvertes. Réservez dès maintenant votre place en prenant votre ticket sur notre shop ! Pour ceux d'entre vous qui n'utilisent pas Paypal, il est toujours possible de réserver en réglant le jour même par chèque. Toutefois, les places étant limitées, la priorité sera donnée aux joueurs ayant réglé par Paypal. Les places dispos sont de 30 joueurs ! Ordre de mission à suivre. Deux camps sont à pourvoir : Forces Françaises 89e Bataillon de Chasseurs Alpins (défense, 15 Joueurs) Forces Allemandes 6. Gebirgs-Division (attaque, 15 Joueurs) Terrain : BSO_WATERFALL (bunker Maginot WWII) > infos Pas de dress code (brassards fournis), cependant si vous disposez de tenues WWII elles sont les bienvenues !! Le jeu se passera aussi bien à l'extérieur (températures chaudes) qu'à l'intérieur (13°), donc prévoyez de quoi vous couvrir ainsi qu'une lampe frontale PAF : 15 € Coordonnées GPS de l'entrée du terrain : 43°59'49.5"N 7°18'42.2"E Heure de RDV : 09:30 Toutes les infos sont disponibles sur les topics suivants : - BLOCK_II : CONTACT LOST - RÈGLES DE JEU - INFOS INSCRIPTIONS Si vous avez des questions, posez-les à la suite ! ----------- Nombre total de joueurs : 13 / 30 (en vert, paiement reçu) Forces Françaises : 05 / 15 MSOB06 : 5 (Wasabi / Micka / Vegas / Strikeur / Hawk) --/--/--/--/--/--/--/--/--/--/--/--/--/--/--/--/--/--/-- Forces Allemandes : 10 / 15 Diables Verts : 7 (Sam / Morrigan / CamS / Rodi / Soviet / Messer / Galevsky) Squad Zero : 3 (Ozik / Pépé / Flo)
  7. Avant
  8. (cette uchronie fait référence au "Siège de l'Ouvrage de la Ferté", au cours de la percée de Sedan en Mai 1940) "Après avoir réussi la percée de Briançon, la 6e Division de Montagne de la Wermacht (6. Gebirgs-Division) marche vers Nice. Appuyés par d'intenses bombardements, les allemands ont pris St Paul, Jausiers, Isola et Valdeblore. Galvanisée par ces victoires successives, la colonne arrive aux portes de Roquebillière ; l'ouvrage du Gordolon est un des derniers obstacles majeurs du SFAM qui reste à franchir. Prêts à en découdre, un escadron de reconnaissance et une compagnie du génie ennemis montent à l'assaut de l'ouvrage." Extrait du journal de bord du Capitaine Cardi, Commandant de l'ouvrage du Gordolon, 23 / 24 Juin 1940. (Texte remanié et extrait du journal de bord de Schoenenbourg - Texte original par le Lt-Col REYNIER - du 14 eu 24 Juin 1940)
  9. Pour prendre part à une journée BLOCK_II, rien de plus simple : allez dans la rubrique SHOP (menu horizontal en haut du forum) et prenez votre ticket! Prix du ticket BLOCK_II : 15 € Voici ce que couvre ce tarif : - les frais d'assurance (chaque joueur est individuellement couvert par notre contrat souscrit à la MAIF) - le financement des aménagements du terrain Voici ce à quoi vous donne droit ce ticket : - accès à la journée BLOCK_II - 1 café + 1 croissant ou pain au chocolat lors de votre arrivée - accès à de l'eau potable à volonté (bouteilles) - prêt de l'Action Pack (1 mission book, 1 gilet jaune, 2 brassards, 1 barrel-cover) - accès au barbecue pour griller votre viande (selon les journées - annoncé à l'avance sur le post de présentation de la journée) Voici ce à quoi vous vous engagez en prenant part à une journée BLOCK_II : - être fair-play ! En clair, respecter les autres joueurs, le règlement, les règles de jeu, les consignes et demandes du staff, et le terrain. Nous sommes tous là pour passer un bon moment, et nous amuser entre gentlemen ! - malgré le thème historique, aucun dress-code n'est imposé. Deux brassards seront fournis pour permettre l'identification des adversaires. Pour finir, voici ce que BLOCK_II vous propose : - BLOCK_II est une expérience CQB intense et inédite, qui vous plonge dans les combats de Mai et Juin 1940, autour et dans les casemates Maginot en 1940. A cela s'ajoute la notion de challenge : les assauts seront chronométrés, et un tableau récapitulatif permettra de classer les sections sur l'année. Afin de garantir une action continue, un système de remise en jeu original et des missions secondaires sont prévus. Rendez-vous le 24 Juin pour la première !
  10. Règles de jeu BLOCK_II 2018 Présentation : Ce règlement a pour objectif d'encadrer les journées BLOCK_II (B_II). La participation à ces journées est conditionné au strict respect de celui-ci. Déroger à une ou plusieurs de ces consignes vaudra exclusion des journées suivantes. Attitude : Les membres du Staff ont toute autorité sur le terrain. Merci de vous référez à eux en cas de doute ou de question. Au sein d'une journée B_II, la maîtrise de soi est essentielle. Les individus impulsifs et colériques ne sont pas les bienvenus. En cas de problème, merci de faire passer l'info à votre team leader, qui communiquera l'info par radio au Staff. Un orga donnera les consignes à suivre, ou se déplacera sur place si nécessaire. Bonne journée à tous. I / Ordre de mission, Role play, début et fin de mission. A / Ordre de mission (OM) Les OM regroupent le détail des missions à accomplir. Le mode opératoire présenté dans les OM doit être respecté. En dehors de ce cadre strict, il appartiendra aux groupes déployés de mettre en place tous dispositifs nécessaires à l'exécution de leur mission. B / Début et fin des missions 1 / Début : Une fois déposé à votre point d'insertion, vous êtes prêts à l'action. Un message radio vous informe du début de la mission. 2 / Fin : Si il y a lieu, l'heure de fin d'opération est précisée au team leader. Il appartient aux participants de veiller à synchroniser leur montre avec le Staff. La fin d'opération est annoncée par radio au team leader. C / Role play L'OM peut imposer un role play plus ou moins évolué. Dans ce cas, des fiches de renseignement seront mises à disposition des participants choisis pour ces rôles. NB : Afin que le RP puisse atteindre une bonne intensité tout en garantissant de ne pas confondre une véritable situation d'urgence avec de la "comédie", utilisez le mot de passe "BABYLONE". Une fois que ce mot de passe est prononcé à l'interlocuteur, il suspend toutes actions et permet de faire une différence immédiate entre jeu de rôle et problème véritable. II / Règles d'engagement, de touches et de soins. A / Règles d'engagement 1 / Etat d'Esprit : Toute action de jeu est régie par le Fair Play et la volonté de maintenir la sécurité et l'intégrité physique d'autrui. Aucune agressivité réelle ne doit présider à vos actions. 2 / Distance : Évitez les rafales longues en dessous de 10 mètres. En dessous de 5 mètres, utilisez une réplique de poing et visez le thorax. 3 / Surface : Toutes les surfaces de touche sont autorisées. Lorsque c'est possible, évitez le tir à la tête et privilégiez le tir au thorax. B / Règles de touche 1 / Tir ami : Le friendly-fire est actif. 2 / Touches incapacitantes : Une touche au bras ou à la jambe neutralise le membre touché ; vous ne devez pas utiliser le membre touché pour vous déplacer. 3 / Touches de neutralisation : Une touche à la tête ou sur le thorax (face, profil, et dos) vous êtes DCD ; vous appliquez le comportement correspondant (voir ci dessous, C2). C / Comportement à adopter en cas de touche 1 / Touches au membres : annoncez "touché" et mettez-vous à couvert (sans utiliser le membre touché) ; attendez les soins par medic (application d'un bandage complet) 2 / Touche au thorax ou à la tête : vous êtes DCD. Annoncez "out" à haute voix ; mettez votre gilet jaune ; dirigez vous vers votre zone de recyclage active (retour en jeu autorisé lorsque 3 joueurs sont présents sur la zone). 3 / Touche réplique : réplique HS (jusqu'à la remise en jeu suivante) D / Touche sur sac ou sur réplique 1 / Touche sur sac : La touche sur le sac que transporte un opérateur entraine une neutralisation. Vous êtes DCD. 2 / Touche à la réplique : Touchée par un ou plusieurs impacts, la réplique est inutilisable jusqu'à la remise en jeu suivante. F / Règles de soins Chaque équipe a droit à 1 médic pour 10 joueurs. 1 Medic-bag contenant 10 bandages est fourni au médic en début d'OP. 1 / Application d'un soin sur membre touché : application d'un bandage complet. 2 / Médic touché aux membres : il se soigne lui-même (application d'un bandage complet). III / Matériel : A / Répliques En dehors des périodes de jeu, le canon de TOUTES les répliques doit être coiffé du Barrel Cover fourni à votre arrivée au camp. 1 / Puissance : Tous types de répliques sont acceptées, comme le nombre que vous désirez emporter à condition qu'elles ne dépassent pas 1 joule (exception faite des fusils de sniper, limités à 1.5 joules). Afin de garantir un équilibre raisonnable entre les classes de répliques, voici les limitations propres à chaque type (tolérance +/- 10fps) : Pistolets et revolvers : max 290 fps à la 0.20g > M9, Colt M1A1, Glock, Magnum, Smith & Wesson, Desert Eagle, Raging Bull... Fusils mitrailleurs compacts, Fusils d'assaut et mitrailleuses : max 330 fps à la 0.20g > MP7, Uzi, MP5K, G3 SAS, M11, MP9, Scorpion, AK Spetnatz Krinkov, P90, KAC PDW... > M4/16, AK, Sig, Famas, MP5, P90 TR, SCAR, FN2000, G36, Steyr aug, UMP, Thompson, MP40, L85A1... > M60, Minimi, RPK, M134... Fusils de snipers (réservés aux zones extérieures) : max 400 fps à la 0.20g > M14, SVD, APS, M700, VSR, X9, GR25, SPR, PSG1, M24, M40, APS2, S92, Barret... 2 / Capacité : tous types de chargeurs sont autorisés. Pensez à éviter les rafales longues. B / Emport de billes 1 / Chargeurs : - Low-cap (30 billes) -> 20 chargeurs max - Mid-cap (120 billes) -> 8 chargeurs max - High-cap (400 billes) -> 2 chargeurs max 2 / Billes : Emport de billes en vrac autorisé dans la limite de 3000 billes / joueurs. 3 / Gaz et batteries : Emport illimité Important : seules les billes BIO sont autorisées sur ce terrain. D / Grenades à Gaz / à CO2 / Grenades Pyrotechniques / Fumigènes Leur usage est interdit. IV / Protection oculaire 1 / Type : Lunettes ou masques certifiés STANAG 2920 V50, EN166-B ou EN166-A. 2 / Règles de port : Les protections oculaires doivent être portées toute la journée, quelques soient le lieu, les conditions, le timing ou l’activité du joueur. En cas d'accident dû à l'absence de protection certifiées, la responsabilité des organisateurs et des autres joueurs ne saurait être engagée.
  11. BLOCK_II Contact Lost (B_II) sont des journées consacrées au jeu d'airsoft, ce jeu n’est en aucun cas un entrainement ou un apprentissage au technique de combat militaire mais une activité ludique. Ce qui suit tient pour règlement des journées « Block_II Contact Lost » et nul n’est sensé ignoré celui-ci, votre participation à une journée B_II vaut acceptation pleine et entière de ce règlement, des règles du jeu, et des conditions générales BSO Games. 1 : Conditions d’inscription. A ) Les personnes devront avoir 18 ans au minimum à la date de l'évènement, les organisateurs se gardent le droit de demander une pièce d’identité afin de valider ou non l’inscription. B ) Les personnes inscrites à l'évènement devront être en bonne condition physique et n’avoir aucune prescription médicale contraire aux efforts physiques que demande l'évènement. Un certificat médical pourrait être demandé si un doute subsiste ; en cas de bilan non conforme, l’organisation se réserve le droit de refuser la participation de la ou des personnes ne correspondant pas ces critères. C ) Pour toute inscription il vous sera demandé une participation financière (PAF) de 15€ à régler via PayPal sur notre shop. D) Vous devez prendre part aux journées B_II avec votre équipement. Nous ne proposons pas la location de réplique sur ce terrain. 2 : Répliques, accessoires. Sur ce terrain le jeu se déroule principalement en intérieur. Tous types de répliques sont acceptées, comme le nombre que vous désirez emporter à condition qu'elles ne dépassent pas 1 joule (exception faite des fusils de sniper, limités à 1.5 joules). Afin de garantir un équilibre raisonnable entre les classes de répliques, voici les limitations propres à chaque type (tolérance +/- 10fps) : Pistolets et revolvers : max 290 fps à la 0.20g > M9, Colt M1A1, Glock, Magnum, Smith & Wesson, Desert Eagle, Raging Bull... Fusils mitrailleurs compacts, Fusils d'assaut et mitrailleuses : max 330 fps à la 0.20g > MP7, Uzi, MP5K, G3 SAS, M11, MP9, Scorpion, AK Spetnatz Krinkov, P90, KAC PDW... > M4/16, AK, Sig, Famas, MP5, P90 TR, SCAR, FN2000, G36, Steyr aug, UMP, Thompson, MP40, L85A1... > M60, Minimi, RPK, M134... Fusils de snipers (réservés aux zones extérieures) : max 400 fps à la 0.20g > M14, SVD, APS, M700, VSR, X9, GR25, SPR, PSG1, M24, M40, APS2, S92, Barret... Pour des raisons de sécurité (préservation de l'ouie), l'emploi d'artifices ou de grenades de tout type est prohibé pendant l'évènement. Une dérogation est accordée pour la pyrotechnie fournie par l'organisateur, dans le cadre de son emploi conforme au scénario. Pour des raisons de respect mutuel, les cigarettes / vapoteuses ne peuvent être fumées que sur le parvis de l'ouvrage. Les couteaux sont strictement interdits pendant le jeu. Seuls les couteaux de Jeu de Rôle (en caoutchouc souple) sont autorisés. 3 : Véhicules. L'utilisation des véhicules n'est pas prévue sur ce terrain. 4 : Zone d'action et limites du terrain. La zone d'action (ZA) est précisément délimitée sur la carte qui vous est fournie dans le briefing. Si vous décidez d'effectuer un contournement, vous êtes tenus de longer au plus proche les limites intérieures de la ZA. A l'intérieur de l'ouvrage, respectez la signalisation sur les interdiction d'accès. Suite à une réunion avec les autorités compétentes sur la commune (Gendarmerie et Municipalité) en vue de l'organisation de ces journées B_II, il est demandé aux participants de ne pas circuler "full camo" en dehors du terrain de jeu. Merci donc de porter un haut "civil" lorsque vous vous rendez à une journée B_II afin de garantir la tranquillité des riverains. En outre, les répliques devront être non visibles, transportées en housses dans le coffre du véhicule. En tout état de cause, respectez l'environnement dans lequel nous avons la chance de pratiquer notre passion et les riverains en étant le plus discrets possible (pas d'autoradio à fond, pas de matériel exhibé en dehors du terrain, pas de conduite dangereuse). Merci. 5 : Règles de sécurité et d'engagements de l'évènement. En complément des règles spécifiques énoncées plus haut, ce sont les règles de jeu B_II qui s'appliquent aux opérateurs engagés sur chaque journée BLOCK_II Contact Lost. Il est de la responsabilité des participants de les maîtriser et de les appliquer pleinement. 6 : Staff "Orga" B_II. Les personnels composant le Staff "Orga" assurent l'accueil et l'encadrement des joueurs. Ils ont leur quartier général au BLOC I (entrée). Le Staff coordonne le bon déroulement des scénarios, en liaison avec les team leaders. Le Staff laisse toute latitude aux joueurs sur la tactique à employer ; toutefois, il se réserve la possibilité d'intervenir sur le déroulement du jeu afin de "débloquer" des situations ou de relancer une action. Si un membre du Staff est amené à se déplacer dans la zone de jeu, afin d'y remplir une mission d'organisation / logistique, il porte un gilet jaune de type sécurité routière. En cas d'urgence, le Staff se déplace pour porter assistance aux joueurs qui en feront la demande.
  12. choukoum

    Tic tac....

    Cool
  13. CamS

    Tic tac....

    dring dring, C'est bientôt l'heure ?
  14. CamS

    Presentation galevsky

    Tes idées ont déjà bonne forme
  15. galevsky

    Presentation galevsky

    Yep, c'est mon intention, mais je vais le faire au sein d'une structure existante, sinon je pars de trop loin: pas de terrain, pas de joueurs, pas de personnes avec un tas de connaissances (je débute l'airsoft), donc je pense que le choix raisonnable se porte sur les DV. Il y a un petit terrain pour faire les entraînements voire de petits-scenarios, et un 10x plus grand qui lui a des chances d’être pas mal du tout pour ce que je veux faire. Fort de 2 dominicales a mon actif , je confirme que j'en ai déjà ma claque d’échanger "simplement" de la bille entre 2 buissons....mais bon l'organisation de domi. est cruciale pour le recrutement et découvrir les futurs milsim-eux de demain. Sur ce, j'ai un projet plutôt précis, avec des parties aux règles ACP mais des parties de "COMBAT" qui font affronter 2 Platoons. (Je ne parle pas de parties mil-sim longues de "non-combat" ou le gros des participants a une chance de participer a 80% de l'OP puisqu'il est sensé éviter tout combat, parce que scenario a la façon "Plume Blanche" et autres scenario de reconnaissance ou la mission est de faire des photos sans tirer la moindre bille, ou encore parce que l'approche de la zone de combat est tellement longue qu'il n'y aura pas rencontre avant un bon moment). Donc forcément ce sera des parties courtes, je pense faire une journée avec plusieurs phases complètement différentes (par exemple 4x 1h30 ou autre a ajuster voire adapter en fonction) avec respawn uniquement en début de chacune des phases. Des points a prendre pour chacune des phases ex: - Objectif principal: 5 pts - Objectif secondaire: 3pts - Bonus suprématie (-10% d'ennemis survivants): 2pts Si 4 phases, total sur 40 pts. Le multi-objectifs permet de donner une dimension a la fois plus ludique et plus intéressante sur le plan tactique pour la chaîne de commandement (en fonction du déroulement, sur le terrain le Platoon Leader peut décider d'abandonner un obj, ou de les faire dans un certains ordre avec l'ensemble de ses Ordres de Bataille, bref ce qui permet de dépasser la simple conduite de Platoon sur un objectif unique, enrichissement des possibilités tactiques, et injection dans le déroulement de l'inconnu du choix de l'adversaire. La-dessus, dotations "réalistes" (adaptation aux absences et aux limitation Airsoft) de Squad de 2/3 teams de 4. Avec des teams classiques de Platoon type US Army ou USMC (je connais plutôt le US et le RU, j'imagine qu'en transposant ça en Section/Groupe de combat FR ça doit pas être loin). Bien sur tout ce qui est Tubes/vehicules on est plus que limite en airsoft, du coup fireteam classique avec une LMG, on peut imaginer aussi proposer des teams de support avec 2x Auto-rifleman pour simuler les MG, et une autre avec un tireur de precision/marksman. Egalement un groupe de Recce qui pourrait être compose d'un trinôme, et potentiellement un bi-nome Sniper/spotter. En constituant les 2 Platoons de la sorte en piochant parmi ces groupes, on arrive a un truc pas trop mal et qui permet pas mal de scenarios. Je crois savoir que ça ressemble -au moins sur quelques points- au parties SR-Ops, après je n'ai jamais participé donc je ne saurais dire, mais dans mes rêves les plus fous, plusieurs teams en PACA qui savent jouer ce gameplay se retrouveraient sur différentes parties organisées par différentes teams, histoire de varier les scenar/terrains/partager le boulot. Mais je ne me fais guerre d'illusion et me doute bien que ce sont toujours les mêmes qui font, mais on peut toujours rêver En tout cas il y a du taf': en venant de l’extérieur et en voyant les photos de clones Marines qui peuplent internet, je m'attendais a trouver légion de teams sachant fonctionner de manière +/- réussie comme le ferait un Platoon moderne, mon petit doigt me dit que c'est plutôt rare, donc je prépare pour 2018 toute une doc qui explique les bases du combat en Squad, et vais proposer un ensemble de journées découvertes/trainings pour essayer de faire découvrir la vie trépidante de l'opérateur qui veux survivre et qui respecte des ROE strictes, sait relativement utiliser une radio avec des com tactiques "pas top mal" même si ce sera difficile de faire adopter les standards du genre, au moins avoir des coms modernes avec le bon formalisme (et pas des coms "a la WWII" comme j'en vois sur certains tutos) avec une phraséo en FR simplifiée mais efficace, du TL qui connaît au moins les rudiments et sait micro-gérer un groupe de 4, du SL qui sait gérer 2 radios/topo/la montre et une certaine intelligence de jeu, et du PL qui se farci le boulot de préparation tactique a l'avance, sait la restituer a son Platoon, et arrive sur le terrain a bouger son Platoon pour s'adapter un minimum et garantir de la coopération inter-teams. J’espère que certaines teams en sont déjà a ce niveau la, car il me faudrait les rencontrer et elles me serviront bien notamment pour gérer un Platoon etc.. surtout au début, le temps que d'autres se lancent... L'aspect "théâtral" et emballage, je m'en fous pas mal a titre perso, ça fait joli et participe a l'immersion et c'est un petit plus dans ce sens-la que j’apprécie également, maintenant si le scenario se limite a "OBJ PRI=capturer un secteur OBJ SEC=déposer un objet dans une caisse en bois", et que ça fight au sein d'un Squad avec tout le teamplay et la coopération qu'on aurait IRL, ça peut être la meilleure partie milsim de l’année en fonction de comment ça se déroule sur le terrain. A l'inverse, si l'emballage est beau, mais que les OBs sont bidons et les pseudos Platoons complètement a la ramasse, ça ne va pas rassasier mon appétit de mil-simmeur Voila les plans tirés pour 2018, en cours de préparation...
  16. Strike

    Presentation galevsky

    Salut Galevsky ! Il est vrai que dans le coin les teams milsim sont pas légion... il faut te lancer et recruter
  17. galevsky

    Presentation galevsky

    Bah j'ai ciblé "milsim" Mais une fois que tu t'aies créé un compte ici, sur milsim-acp, sur FA, chez les ATACS et chez les DV, tu as vite fait le tour j'ai l'impression....
  18. CamS

    Presentation galevsky

    Il es de partout le Galevsky
  19. Benounn

    Feedbacks Plume Blanche 2017

    Après quelques semaines de repos voici mon retex de l'opération Back In Black - Plume blanche 2017. Après une bonne préparation matos (réglages snipe-SRS, emport, bouffe), une dure préparation physique (perte de poids, marche avec sac, trail) et une solide préparation de la mission (intégration des ordres de mission, reporting des infos topo, création fausse identité) nous nous lançons dans l'aventure de la plume blanche 2017! Cette année, je prends le rôle de TP, Squall motivé depuis de nombreuses années par ce challenge sera spotter. A lui le soin de nous emmener jusqu'à la cible. Les ordres de missions sont superbement réalisés, précis et donnent envie que ça commence. Ils sont un peu stressant également puisqu'il nous faudra rejoindre un camp américain et se faire passer pour de jeunes recrues à la solde de Bob Marshall, leader des Montana Coypus. Notre mission consistera à abattre un VIP afin de contrer la menace que Bob Marshall fait peser sur le pays. Vendredi 21h00 : Après quelques péripéties sur la route, nous arrivons sur notre lieu de RDV. Nous sommes déjà habillés en Red Neck (recrue Montan Coypus) et nos sacs sont prêts. J'ai mon SRS démonté et dissimulé dans mon sac, je garde mon PA à la ceinture, caché dans une poche MOLLE. Nous retrouvons sur place d'autres binômes qui comme nous attendent que notre contact viennent les récupérer pour une insertion. Au bout de quelques minutes d'attente pendant lesquelles nous nous saluons et nous mettons d'accord sur nos identités avec les Delta corse qui sont censés venir du même camp d'entrainement que nous, un defender se pointe. En sort un homme patibulaire mais jovial, accompagné d'un second individu que je reconnais comme étant notre contact à l'intérieur du camp : Franck Philipps. Le premier homme nous interpelle et nous demande nos identités. Il nous remet alors nos "papiers" qu'il faudra conserver et montrer en cas de contrôle. Il s'agit de fausses identité que nous avons du apprendre par coeur afin de passer les contrôles en toute sécurité. Squall (alias Squallick) est appelé et après quelques questions de vérifications monte dans le Defender. Je me demande quand je le retrouverai... 2 autres PAX sont appelés et prennent place à bord. Le defender prend la route pour ne revenir que 15 minutes plus tard environ. Nous nous présentons à l'appel et après contrôle nous sommes invités à monter à bord. Les discussions vont bon train dans le defender, l'ambiance est détendue et nous discutons politique, organisation du camp, voyage depuis nos camps respectifs etc. etc. Au bout de quelques minutes de piste, le pilote stoppe et nous invite à descendre. Une barrière en travers de la route nous fait comprendre qu'il s'agit d'un point de contrôle. Les gardiens sont vigilents et ne sont pas là pour rigoler. Ils contrôlent à nouveau notre identité qu'ils comparent à une liste. Après quelques vérifications, nous sommes autorisés à passer. La situation semble tendue. On nous indique de suivre la piste. Tout droit jusqu'à ... Rien du tout... On nous dit juste de marcher on verra bien où ça nous mènera. Nous nous executons et entamons une marche à bonne allure. Après plusieurs minutes de marches (20 peut être) nous obsevons quelques lumières rouges diffuses. Surpris nous nous arrêtons. S'agit t'il d'un nouveau contrôle?? Nous sommes protégés par notre identité et continuons d'avancer. Effectivement alors que nous nous approchons de nombreuses lumières puissantes s'allument et nous éclaire. Il s'agit d'un nouveau contrôle. Nos identités et nos papiers sont à nouveau vérifiés et nous sommes invités à poursuivre notre route. Plus tard, un nouveau contrôle se présente à nous. Cette fois, nous sommes à proximité du camp. C'est le dernier contrôle. L'ambiance est déjà plus détendue, nous entendons la musique et les gens qui festoient autour d'une table où se trouve un plein jerrican d'eau fraîche^^! Nous sommes directement projetés de la nuit noire, à un rassemblement de miliciens après une bonne journée de trajet et de travail... Un drapeau américain flotte au vent et plusieurs jeeps (dont 2 willis) et véhicules sont stationnés. Des spots éclairent la zone et les discussions vont bon train! Je retrouve parmi les convives mon binôme et repère quelques snipers. Nous installons nos sacs dans une tente à l'écart du camp (comme on nous le demande) et me mèle aux discussions. J'ai acheté un paquet de cloppes avant de venir et essaye de rentrer en contact avec des recrues en leur demandant du feu. Nous essayons de récupérer de l'info sur les forces en présence, mais ce n'est pas simple. Beaucoup de gens ne savent pas grand chose et nous avons peur de nous faire repérer. La soirée se poursuit tranquillement pendant pas mal de temps. Une rumeur court comme quoi un brieffing va avoir lieur. Pourtant Bob Martins, celui qui semble être le chef ici continue de discuter avec les uns et les autres sans que rien de spécial ne se prépare. Nous avons eu un premier contact avec Franck Philipps, celui-ci nous indique que quelques binômes ont été repérés et que pour l'instant il ne peut pas nous donner d'informations sur la suite du programme. Soudain, alors que nous sommes tranquillement assis à discuter nouvelles technologies, des cris suivis de plusieurs coups de feu retentissent. Je me lève d'un bond et me retourne vers les bruits. A seulement 3 mètres de moi, un PAX vient de se faire abbatre par Bob Martins Himself! La scène est surréaliste. Personne n'ose parler. A peine le PAX abatu, Bob se jette sur un autre individu. Il le prends à partie, le maintiens en joue et l'amène au milieu de la foule. Bob intéroge vivement le malheureux et trouve sur lui une carte et un revolver... C'est fini pour lui. Malgré les protestation du pauvre bougre, Bob Martin perdant patience l'éxécute de plusieurs balles dans le buffet! S'en est fini pour le binôme Mino Snowwolf... Triste affaire, mais c'est la dure réalité de ce challenge, on peut se préparer pendant des mois, et se faire éliminer au cours de la première heure... (nous apprendrons plus tard que les 2 larrons étaient en fait coté orga et qu'ils ont joué le jeu pour nous mettre la pression) Son forfait éxecuté, Bob Martin nous invite à reprendre les festivités et à se réjouir du décès de nos camarades. Les Vive Bob Martin fusent et tout le monde essaie de reprendre une attitude normale. Squall et mois sommes impressionnés par l'évènement et nous nous rappelons que le danger est bien réel. 1/4 d'heure plus tard Bob Martin nous rassemble autour de lui. Il nous fait un speech sur la confiance, les salauds qu'il vient d'abbatre et la révolution. 3 gars sont appelés à sortir du rang et sont emmenés loin du camp. Nous ne savons pas ce qu'il adviendra d'eux. La situation commence à être plus que tendue et il est difficile de ne pas montrer notre stress. Squall et moi avons tous les deux une arme sur nous, et il sera bête de se faire remarquer. Une fois le briefing passé nous remarquons Franck Philipps partir à l'écart. Squall le suit et récupère les infos. Une enveloppe avec des coordonnées à rejoindre. Il nous indique également qu'il fera une diversion en coupant le groupe électrogène du camp et que nous devrons profiter de l'obscurité pour s'éclipser. Seulement quelques courtes minutes plus tard, d'un coup la musique et la lumière s'éteignent. Ni une ni deux, je plonge dans la tente, récupère mon sac et sort par la sortie donnant sur l'extérieur du camp. Squall est là également. Nous nous enfonçons rapidement dans l'obscurité et commençons à descendre dans le noir dans une pente assez raide. L'obscurité est telle que je suis obligé de tenir le sac de mon binôme pour éviter de le perdre. Je le suis donc et au bout de quelques minutes de descente nous rejoignons un chemin de traverse non entretenu mais très pratiquable. Il file plein nord. Parfait pour nous. Il faut mettre rapidement le plus de distance entre le camp et nous. Nous sommes soulagés. Nous avons survécu à la phase 1. Le camp d'entrainement. Maintenant, c'est à nous de jouer. La plume blanche peut commencer. Arrivés à bonne distance du camp (et des autres binômes) nous stoppons pour nous changer et revetir notre tenue VZ95. Nous savons que si nous sommes capturés avec cette tenue nous serions intérogés et aurions une chance de nous évader. Si nous restons en tenue RedNeck où si nous sommes pris avec une tenue civile nous serions directement éxecutés. Nous avons vu ce soir que ce n'est pas du bluff! Nous nous repérons rapidement grâce à une appli GPS et repérons l'endroit où nous devons nous rendre. Ce n'est pas trop loin et l'itinéraire à prendre est relativement évident : Il faut remonter au dessus de nous traverser une route forestière, puis monter encore et une fois arrivé sur la route forestière du dessus la suivre jusqu'à notre balise. Je repère sur la carte un petit chemin qui remonte et choisi de ne pas le prendre. Cela nous ferai revenir un peu sur nos pas, je ne suis pas sûr que l'on puisse trouver ce chemin, et on n'est pas non plus sûr qu'il existe vraiment... Nous remontons dans le noir complet la pente qui se dresse devant nous. La progression n'est pas aisée, mais nous sommes bien frais et nous arrivons tant bien que mal et malgré quelques petites chutes jusqu'à la piste forestière. J'assure la sécurité arrière tandis que Squall progresse rapidement vers notre objectif. Nous imaginons qu'à ce moment de l'opé, la meilleure sécurité c'est la vitesse. Il est peu probable de trouver un barage ici, les miliciens viendront sûrement faire des patrouilles mais ils arriveront en véhicule. En gros, pas de problème pour marcher sur la piste, c'est silencieux et efficace. Arrivé à proximité de notre BAL (Boite Aux Lettres) nous retrouvons un binôme (qui s'est changé au même endroit que nous... Eux ont trouvés le fameux chemin et sont arrivé ici 10-15 minutes avant nous... Bravo! Nous les saluons à nouveau, échangeons quelques politesse et allons ramasser l'objet que les a fait flipper 15 minutes : Le cyalume de notre BAL! Cette année, les BAL sont matérialisées par des BAL. C'est pas discret, mais le challenge ne se joue pas là-dessus. Nos ordres de mission sont simple et succincts : - Une photo de la cible à abattre. - Une zone de tir entourée : "Big Horn Lake" - Une heure et un lieu d'extraction. Nous trouvons un endroit à l'écart de la piste pour manger un morceau (barre de céréales) et faire un point topo. ça s'annonce corsé. Big Horn Lake se trouve en altitude, loin d'ici. Surtout, entre Big Horn Lake et nous, il y a 2 villages : Saint Dalmas et La colmiane. Dans les 2 cas, se sera difficile de passer. 2 options s'offrent à nous : 1 - traverser Saint Dalmas, rejoindre les zones de haute altitude et arriver à Big Horn Lake par le nord. 2 - rejoindre la colmiane et remonter plein nord en direction de Big Horn Lake. Il y a plusieurs chemins possibles et l'approche doit pouvoir se faire discrètement. La deuxième option est la plus séduisante. Cependant, elle fait passer dans une zone de surveillance renforcée. Je relis donc les ordres de mission et constate que cette zone est piégée et bien surveillée. L'OM précise même que la traversée de cette zone ne doit être tentée qu'après un tir réussi sur cible. Pour nous l'avertissement est très clair. Il ne faut pas passer par là (sauf au retour après élimination de la cible) Reste donc la première option. La plus safe mais pas la plus simple. Premier gros obstacle : le village de Saint Dalmas. Il est assez étendu, il y a de l'éclairage public et nous savons que des véhicules vont y circuler. Notre chemin devrait nous faire passer par le col de Veillos et nous devrons donc passer près d'un parking important où nous serions à découvert. Ce parking se situe 1000m au dessus de Saint Dalmas et nous devons l'avoir passé avant le levé du jour. Une fois que nous aurons rejoint la zone de haute altitude (où il n'y a pas de patrouilles) nous aurons la journée pour atteindre Big Horn Lake par le nord. C'est donc une course contre la montre qui s'engage. Notre but, passer toutes les zones dangereuses avant le levé du jour. C'est parti. Nous reprenons à nouveau la piste sur quelques centaines de mètres et dans l'obscurité totale nous progressons rapidement. Nous atteignons un plus petit chemin sur lequel les véhicules ne peuvent circuler et nous avançons en direction de Saint Dalmas. La progression se fait sans encombre. Nous commençons à entendre les véhicules patrouiller sur les pistes en dessous de nous. Ici nous sommes en sécurité tant que nous n'allumons pas de lumière et que nous ne faisons pas de bruit. Arrivé à proximité de Saint Dalmas nous opérons un large contournement par le nord de manière à traverser la départementale au-dessus de Saint Dalmas à un endroit où les patrouilles seront moins nombreuses. Nous ne parvenons pas à trouver un chemin qui nous convient et nous égarons légèrement. En essayant de trouver un passage, nous avons la mauvaise surprise de revenir sur nos pas... Nous croisons d'ailleurs les Delta qui eux se dirigent vers la colmiane. J'estime que se sont nos principals concurents. je ne connais pas les autres binômes, mai sje sais déjà que les delta iront loin. Nous leur souhaitons donc bonne chance. Le temps ayant déjà pas mal tourné, il ne nous reste plus d'autres choix maintenant que de traverser au plus vite. Il n'est plus temps pour un large contournement comme initialement prévu. Ainsi traversant dans des zones peu exposées et au prix de quelques bons efforts car les pentes ici sont très raides. Nous parvenons sans nous faire repérer à traverser Saint Dalmas. Nous nous éloignons rapidement des habitations afin de récupérer le GR qui monte en direction du col de Veillos. Ce dernier n'est pas si facile que cela à rejoindre et nous tournons même un peu en rond avant de le récupérer. Nous faisons une courte pause au dessus de Saint Dalmas et entendons vers 6h des cris en ville. Peut être un binôme qui se fait capturer?? Vu l'heure, il devient peu probable d'arriver à rejoindre la zone de haute altitude avant le levé du soleil. Nous nous remettons tout de même en route. La fatigue commence à se faire sentir, les jambes sont lourdes (les sacs aussi!) et j'ai besoin de faire des pauses plus régulièrement. Nous voulons mettre le plus de distance possible entre saint dalmas et nous avant le levé du soleil, c'est ainsi que lorsque le soleil se lève nous avons progressé suffisament pout être à l'abri des regards en surplomb du GR. Au dessus du nous s'élève la face impressionante du Mont Pépoiri : la suite du programme. Suffisament éloigné du GR pour pouvoir se reposer sans crainte nous nous endormons au soleil pendant ... une bonne heure! Après un court sommeil réparateur nous nous réveillons sous un agréable rayon de soleil. Squallick nous fait du café et nous prenons un bon petit déjeuner (quelques biscuits et un peu de pain d'épices) Je sort de mon sac ma réplique que j’avais jusque là transporté démontée dans mon sac. Au camp elle ne m’aurait pas servi et lors de nos déplacement de nuit, il était beaucoup plus utile d’avoir les mains libres. Maintenant qu’il fait grand jour, nous risquons d’avantage d’être engagés et la lunette de mon SRS me sera certainement utile pour faire de l’observation. Soudain, surgit de nulle part, j'aperçois un individu une centaine de mètres sous notre lieu de bivouac! Ce dernier est vêtu tout en blanc. Bien qu'il ne semble pas être un Red Neck nous nous mettons rapidement à l'abri le temps qu'il s'éloigne. Celui-ci s'en va (cueillir des champignons ?? ) sans nous avoir vu. Nous faisons un point topo et très rapidement il s'avère impensable d'essayer d'emprunter le col de Veillos. La route est très certainement trop surveillée. Nous décidons donc de remonter droit au dessus de nous en profitant de l'abri des arbres tant que possible. Rapidement, l'abri des arbres n'est plus suffisant et nous basculons pour plus de sécurité dans une large ravine qui remonte jusque sous le sommet. Rapidement nous prenons de la hauteur et nous nous éloignons de la route qui serpente sur notre gauche. Plus nous avançons et plus nous mettons de distance entre nous et d’éventuels Red Neck qui pourraient nous repérer depuis la route. De notre ravine, nous sommes bien cachés du camp d’altitude mais pas de la route d’accès. Nous devons régulièrement faire des pauses et rester immobiles lorsque des véhicules passent. Parfois il s’agit de véhicules civils (famille, cueilleur de champi qui récupère son véhicule, etc.) mais nous apercevons également une jeep RedNeck qui s’arrête dans une épingle. A chaque fois, nous prenons le temps d’observer les véhicules et ses éventuels occupants afin de savoir si nous avons été repéré ou pas. Malgré que les occupants de la jeep soient descendus, nous ne voyons aucun signe comme quoi nous aurions été repéré. Plus nous grimpons et plus la pente se fait raide. Au bout d’un moment, nous sommes mêmes obligés de « poser les mains » pour passer une partie un peu plus rocheuse. Plus expérimenté sur ce genre de terrain, je prend la tête pour traverser cette section. L’ascension dure déjà depuis plusieurs heures et nous n’avons toujours pas atteint le sommet (nous progressons beaucoup moins vite que prévu car nous sommes déjà épuisé par les efforts que nous avons consentis pour arriver jusqu’ici. Alors que je sentais déjà depuis un moment que mes talons frottaient dans mes chaussures, je ressent soudain une vive douleur.au pied droit. Ce que je redoutais vient d’arriver : l’ampoule qui s’est créé ces dernières heures vient d’éclater. Dans ces conditions il sera difficile pour moi de continuer à marcher pendant plusieurs heures. Nous décidons de faire une pause pour manger et Squall m’apprend qu’il a ce qu’il faut pour les ampoules dans son sac ! Ouf, me voilà sauvé ! Je profite donc de la pause repas (pâtes déjà cuites avant de partir) pour changer de chaussettes et mettre des compeed + strap sur mes ampoules. C’est pas guérit, mais la douleur est largement supportable. Je me sent prêt à repartir. Squall reprend la tête et nous amène en quelques dizaines de minutes sur la crête. De là nous rejoignons un chemin et nous savons que la progression sera plus aisée. De plus, nous espérons avoir enfin un visuel sur notre objectif : Big Horn Lake afin de pouvoir trouver un couloir qui nous amènera directement dessus. Malheureusement, il est maintenant 14 heures passée et le beau temps a laissé la place au brouillard. Ce dernier monte depuis la vallée de Big Horn Lake et ne nous laisse aucune chance d’apercevoir notre objectif ou même un éventuel couloir de descente. En revanche, il nous permet bien de voir la démoralisante montée que l’on va devoir se taper pour arriver sur l’objectif. En effet, une fois sur la crête nous avions 2 solutions. 1 – trouver un couloir et redescendre direct sur l’objectif 2 – prendre l’itinéraire passant par les chemins. + safe (d’un point de vue orientation) mais plus long et avec du dénivelé supplémentaire. Malheureusement, la météo ne nous laisse guère le choix et nous oblige à prendre le chemin le plus long par le mont Pépoiri (2674m) que nous atteignons au prix d’un nouvel effort. Arrivé au sommet nous sommes heureux de célébrer notre arrivée au point culminant de notre parcours. Nous avalons une barre de céréales, prenons une photo souvenir et nous remettons en route sur un chemin qui descend tranquillement le long de la crête. Alors que j’étais au bout de mes forces lors de toute l’ascension, cette descente est pour moi salvatrice. J’ai l’habitude de ce genre de terrain et je ne dépense quasiment plus d’énergie pour me déplacer ! Je revis ! Sur notre gauche le temps est dégagé et nous apercevons les lacs par lesquels nous aurions pu arriver. Sur notre droite le temps est assez menaçant et la brûme monte depuis la vallée. Nous entendons de nombreux coups de tonnerre mais nous ne savons pas où ça tombe… En tout cas, pas sur nous ce qui est une bonne chose. La crête est bien marquée, mais le chemin beaucoup moins ! Nous sommes vraiment à la limite entre le beau temps et le mauvais temps. Seules un tout petit peu de grêle nous tombe dessus, mais rien de bien grave. Notre descente vers Big Horn Lake se poursuit l’itinéraire n’est pas bien difficile à suivre, mais le brouillard est relativement inquiétant. Nous faisons donc une pause avant de quitter la crête et nous nous changeons. Nous avons beaucoup transpiré dans la journée et nos premières couches restent bien humide. Si nous ne voulons pas souffrir du froid c’est le bon moment pour se changer. Nous savons qu’arrivé sur l’objectif nous devrons attendre un bon moment avant de pouvoir passer à l’action. Autant être bien habillé pour patienter jusqu’à la nuit ! Une fois changés, nous reprenons notre descente. Cette fois nous nous enfonçons dans le brouillard. Le terrain n’est pas bien difficile et nous repérons pas mal d’endroits où s’abriter en cas de mauvais temps. Nous ne sommes plus très loin de l’objectif. Maintenant que Squall nous a amené jusque là je n’ai plus qu’une chose à penser : le tir final. Je n’ai donc qu’une envie : aller voir à quoi ça ressemble. Il est environ 17 heures. J’ai besoin de voir en plein jour le spot où nous devrons tirer et j’ai besoin de savoir si le camp d’altitude de Big Horn Lake est déjà occupé. Nos ordres de mission sont succincts, mais nous savons qu’il faudra attendre la nuit pour réaliser nos tirs. Je sais qu’il y a plusieurs accès vers Big Horn Lake : celui par la colmiane qui était surveillé, celui par le couloir que nous n’avons pas pu trouver à cause du brouillard et celui que nous avons emprunté. Comment seront orientées les cibles ? Si il y a plusieurs accès pour arriver, nous ne retenons qu’une seule option pour repartir. La descente par la Colmiane. Du coup, je voudrais pouvoir trouver un itinéraire pour que nous puissions repartir sans être vu… Bref, les questions se bousculent et j’ai besoin de voir… Nous descendons donc vers Big Horn Lake…. Que nous finissons par apercevoir au détour d’un virage. De cet endroit nous dérangeons également un chamois qui se ballade sur le flanc opposé de la montagne. C’est plutôt bon signe, cela veux dire que le coin est calme… trop calme même… En effet, de là où je suis-je peux voir un des lacs, mais pas les 3. Il faut que je m’avance d’avantage. Je vois également l’endroit d’où arrive le chemin de la colmiane. Si il n’y a personne au niveau des lacs, c’est pas là qu’ils vont arriver. Si moi je peux voir ces accès, alors des personnes qui arriveraient pas là ne pourraient pas me rater… J’hésite donc à pousser ma reconnaissance plus avant, de peur d’être repéré par les personnes qui viendraient s’installer au camp. Le coin est si calme qu’il s’avère rapidement certain que le camp est pour l’instant inoccupé. Squall épuisé par la marche (je le suis aussi, mais je ne le sais pas encore…) propose que l’on fasse une pause dodo/repas tout en restant bien à couvert. Squall se trouve un coin, sors son duvet et s’endort profondément. De mon coté, je suis trop excité par le fait que nous ayons réussi à arriver jusqu’à notre objectif et je me met en planque pour surveiller l’arrivée des Red Necks. J’en profite pour manger tant que je peux. C’est mon dernier repas car le lendemain à 7heures au plus tard nous aurons fini l’opé. Je lègue donc aux animaux mon reste de pates et je ne garde plus que des barres de céréales pour le reste de la mission. Pendant que Squall dors, le temps se lève et je suis maintenant face à une superbe vue. Vu l’orientation nous passons rapidement à l’ombre mais les températures sont tout à fait supportables et le soleil éclaire les montagnes à l’orizon. De notre position nous voyons même la méditerranée au loin et plus près de nous quelques montagnes saupoudrées de neige. Mieux vaut être ici que là bas ! Au réveil Squall se restaure à son tour. Une fois bien reposés nous reprenons notre approche vers l’objectif. L’idée est de se trouver un coin depuis lequel nous pouvons être à couvert complet, qui est très proche de l’objectif et qui nous permet d’accéder sans trop de problèmes au chemin de repli. Nous nous fixons donc à 150 m de l’objectif derrière de gros rochers. Squall nous fait du café et l’attente commence ! L’attente se fait de plus en plus longue, je me pose des questions car il n’est pas normal que le camp ne soit pas encore occupé. La nuit commence à tomber et nous voilà bien à l’abri de l’obscurité. Je calcule que notre point d’extraction doit être atteint à 7h, comme il y a 4-5 heures de marche, il faudrait que le tir puisse être fait entre 23h et 2h du mat. Par conséquent, il faudrait que le camp soit monté au minimum à 22h30. Je trouve bizarre que le camp ne soit pas installé alors que la nuit est déjà tombée. Après pas mal d’hésitation j’envoie un message au Qg pour lui confirmer que nous sommes en position. Quelques instants plus tard mon téléphone sonne, je comprend qu’il y a problème. En effet, le QG me prévient que les conditions météo n’ont pas permis de suivre le programme prévu et que tous les binômes en jeu ont été rappelés pour modification du pas de tir ! (En clair le PGHM n’a pas autorisé à la poursuite du jeu en altitude vu les conditions météo) Malheureusement (ou heureusement) nous n’avons pu être joint. Il est rassuré que tout aille bien pour nous. Nous avons le choix entre abandonner, bivouaquer en altitude et rentrer tranquillement demain où bien être redéployé pour accéder au tir final. Pour nous la question ne se pose pas, on n’est pas venu là pour faire du tourisme. Notre objectif c’est le pas de tir. Pour le reste on verra bien. Nous confirmons au QG que nous souhaitons connaitre les coordonnées de l’objectif. Vu l’heure et la position de ce dernier le QG propose de nous récupérer sur une piste afin de nous rapprocher au plus près. Nous acceptons volontiers. Nous avons 800 m à descendre pour rejoindre le véhicule. En temps normal c’est réglé en 1h30 – 2h00. Nous comprenons rapidement qu’il nous faudra plus de temps que cela. Dès le départ le chemin est difficile à trouver. Il y a de nombreuses variantes et malgré les marques réfléchissantes sur les rochers nous ne trouvons pas les chemins les plus directs De mon coté, je suis hyper motivé à l’idée d’aller vers la cible. Mon sac est vide ou presque (me reste 1L d’eau 1 duvet et quelques babioles, le reste est sur moi) de plus la descente c’est mon truc ! C’est en revanche plus dur pour Squall qui donne toute son énergie dans cette descente qui est interminable. L’orientation ne se fait pas facilement et nous devons même faire les dernières centaines de mètre de dénivelés dans une sente excessivement peu marquée en forêt. Squall tient bon et en serrant les dents parvient à rallier le véhicule QG salvateur. Nous prenons connaissance de la position de l’objectif. Il s’agit du camp depuis lequel nous sommes partis la veille ! Pas de problèmes pour nous… sauf que… le point d’extraction est situé au niveau du point d’insertion et que ça fait une sacrée trotte vu notre état de fatigue ! Qu’à cela ne tienne. Nous sommes droppés à proximité du camp (enfin… pas tout près non plus). Les cibles seront éclairées jusqu’à 0500 et le timing pour l’extraction reste 0700. Nous faisons un point topo et Squall qui a repris du poil de la bête prend la tête. Nous avons choisi une appoche qui permet d’opérer un large contournement du camp et qui nous amènera directement coté ouest (coté vers lequel sont tournées les cibles. Nous n’avons pas d’autres infos). Vu les environs du camp, tenter une approche directe et contourner nous semble trop compliqué et trop bruyant. Autant contourner d’abord puis arriver en direct. Nous marchons quelques dizaines de minutes et après s’être engagé sur un chemin sur lequel les patrouilles semblent être moins probables je demande une pause à Squall. Ça remonte, j’ai chaud et je suis fatiqué. Je souhaite donc m’arrêter pour enlever une ou deux couches chaudes. Je m’assoit donc au bord du chemin et… me réveille une heure plus tard ! Damn… incroyable, on n’a même pas eu le temps de dire ouf, qu’on s’est endormi. Je pense que c’est le froid qui nous a réveillé ! Je demande l’heure à Squall : il nous reste 2 heures pour atteindre l’objectif. C’est faisable mais il ne faut plus trainer. Nous reprenons notre marche, squall toujours en tête. Je lutte contre la fatique (manque de sommeil) et l’épuisement physique. Heureusement Squall tient le rythme et ouvre la route. Nous sommes dans le bois noir et sa réputation est loin d’être une légende. L’obscurité est totale. Nous, qui avons l’habitude de progresser sans lampe, sommes obligés d’éclairer le sol avec une lampe rouge pour rester sur le chemin. Ce dernier est très peu marqué et il est très difficile de le suivre. Plus nous approchons du camp et plus cela est difficile. Nous sommes parfois obligés de revenir sur nos pas pour retrouver le chemin. In fine, le chemin disparait complètement. Nous sommes maintenant très proches du camp. Il y a de l’activité et de nombreuses lampes balayent les arbres au dessus de nos têtes. L’approche sans bruit semble impossible et nous sommes presque découragés. Plus de chemine et peut être une centaine de mètres de forêt entre le camp et nous… Le temps défile et nous n’avons pas d’autres choix que de continuer. La proximité du camp et la présence des gardes fini de me réveiller. On entend que ça s’active de l’autre coté du camp. Peut être est-ce l’occasion d’avancer au plus près ? Squall a fait un gros boulot en nous amenant jusqu’ici, c’est maintenant à mon tour de trouver ma cible. Etant largement en contre bas nous utilisons encore la lampe pour trouver un passage silencieux à travers la végétation. Les lampes au dessus de nos têtes se font de moins en moins nombreuses et nous pouvons reprendre la progression. Au prix de longues minutes d’effort j’arrive en vue de l’objectif. La première cible se dresse effectivement à quelques dizaines de mètres de moi. Je peux l’engager, et de là où nous sommes nous pourrons nous replier facilement. Je place la cible dans la lunette et… damn, Ce n’est pas notre cible. Je suis contraint de m’approcher à nouveau. Une deuxième cible se présente à moi. Cette fois c’est bon, c’est bien ma cible. Je sors la photo de ma poche pour vérifier l’identité. M… ce n’est toujours pas la bonne. Il y a une forte ressemblance mais non, ce n’est pas celle là. Le camp semble calme il est maintenant 0455, il ne me reste que quelques minutes pour trouver et abattre ma cible. Je continue donc en direction du camp et laisse 2 autres cibles qui ne sont pas les miennes. La dernière cible est maintenant devant moi. J’arrive par le coté. Je ne peux donc pas l’engager à distance et suis contraint de m’approcher au plus près. Je peux voir les gardes à quelques dizaines de mètres de là. Je les entends même distinctement. Squall est sur mon arrière. Prêt à me couvrir. Je rampe jusqu’à la cible que j’identifie formellement. Il est presque l’heure et je n’ai plus le temps de me mettre à couvert pour engager ma cible. Je décide de tirer de là où je suis (quelques mètres). J’épaule et vise le cœur à cette distance les organes de visée ne sont pas précis. Je réarme et vise la tête. Mes tirs ont immédiatement alerté les gardes qui déjà arrivent sur nous. Squall ouvre instantanément le feu et un garde s’effondre. Je dépasse squall et me met en position pour couvrir sa propre retraite. Malheureusement, les gardes étaient nombreux et je les entends dire qu’un PAX est au sol. Mon binôme est out. Tout s’est passé très vite. La réaction a été immédiate et le peu de temps que nous avons eu pour réaliser le tir ne nous a pas laissé le temps de choisir des positions nous permettant de s’esquiver facilement. Mon binôme étant HS, il ne me reste pas d’autres solutions que de le venger et de défendre chèrement ma peau. Je suis en contre bas, et j’entends et vois arriver les RedNecks qui viennent me traquer. Pistolet en main, je les attends et dès qu’une ombre dépasse du remblai je tire et penser toucher. Les lumières s’éteignent, j’entend l’ennemi se déplacer, il me semble qu’ils sont encore à au moins trois contre un. Je suis éclairé à nouveau et je reçois un projectile dans le cou. Je m’effondre rejoindre Squall au paradis des out (genre là où il y a du café et où on n’a pas besoin de se taper le chemin retour à pied). Fin de mission. Au final, mes tirs auront touché 2 fois. Une fois à droite du cœur à 2 cm à l’intérieur de la cible, une fois en plein cou. Au total 3 heures de sommeil, 25km et 2000m D+/D- dont une bonne partie hors sentier... ça fait du bien quand ça s'arrête! J'irai presque même jusqu'à dire, je suis assez content de ne pas avoir eu à faire l'extraction^^ Je me fait sortir (et Squall aussi apparemment) par Djiti du G109. Bravo à son groupe pour avoir assuré la défense du camp jusqu’au bout ! SRS 22" Silverback Ah oui j'oubliais... Comme chaque année, les delta corse invitent le binôme vainqueur du challenge à participer à leur opé Corsicastan. Etant donné que nous avons été abattus nous n'avons pas gagné le challenge, cependant personne d'autre n'est arrivé à abattre sa cible. Pour notre compréhension de l'itinéraire à choisir, sa réalisation, notre réaction lorsque nous avons appris tardivement que l'objectif avait changé de lieu, nous avons l'honneur d'avoir été invité à participer à l'opération Corsicastan 04. Nous remercions donc vivement la Delta Corse pour cette marque de confiance. NB : étant donné qu'eux même ont raté la cible de seulement 1,5cm et qu'ils ont réussi leur extraction, ils auraient pu s'auto-inviter... Mais bon, je crois qu'ils préfèrent avoir des joueurs de métropole à martyriser^^
  20. Benounn

    Feedbacks Plume Blanche 2017

    Mouais... Moi aussi si je m'étais fait sortir dès le début, j'aurai essayé de trouver une excuse... Je crois pas du tout à votre version des faits! Franchement... 7 éditions et se faire sortir pendant la première demi-heure... piètre résultat
  21. Mino

    Feedbacks Plume Blanche 2017

    Mdr en plus nos sacs étaient casi vide et j'avais,un pompe dans le scarab et pas le srs ! Lol
  22. Benounn

    Feedbacks Plume Blanche 2017

    En tout cas c'était bien joué! J'ai fait la marche jusqu'au camp avec vous, et je me suis pas douté que vous ne participiez pas!! Pire... quand snowwolf a été pris à partie par Mr Martin, je me suis un instant posé la question de lui venir en aide... Mais bon... Sans binôme cela ne servait à rien d'essayer de le sauver!!
  23. Mino

    Feedbacks Plume Blanche 2017

    Je vais dire une chose car j'ai l'impression que pas tout le monde ait vraiment compris ! Il n y'a avait que 10 binômes , le 11 ieme le belge et moi étions Orga et non participant et notre mise en scène était voulu ! Et apriori elle a bien marché lol car personne n'a vraiment remarqué que la jeep sûr laquelle je bidouille la.radio était immatriculé en belgique et près de la tente la remorque et le Ford aussi ! Bref que du bonheur ....... apres je cautionne ce que dit le binôme écho dans sa vidéo, j'ai éprouvé mon matos sur toutes les plumes depuis 2010 et partir en dessous 15-18kg c'est chaud quand même si on parle Securite ! Mais ça c'est un long débat l'emport !
  24. Murdoc

    Feedbacks Plume Blanche 2017

    (pour les photos, je viens de poster le peu qu'on a pu prendre sur un album facebook sur notre page)
  25. Murdoc

    Feedbacks Plume Blanche 2017

    Azarus et moi avons enfin fini notre RETEX video ! On la poste ce soir sur notre page, mais si certains d'entre vous veulent la voir maintenant, c'est par ici : https://www.youtube.com/watch?v=nMpWmaWhn_0 On avait beaucoup de choses à dire, parce qu'on a passé un beau moment avec vous, qu'on espère bien revenir, et qu'on aimerait que nos remarques servent à améliorer l'expérience des prochains contestants Merci à tous, et surtout à toi Strike !
  26. dallas

    Feedbacks Plume Blanche 2017

    Et bien voilà ,mon ptit débrief ,un peu tardif ,mais vieux motard que jamais comme disent certains . Bon pour ma part je me suis régalé dans ce rôle de traqueurs /chasseurs et je crois que cela à bien plu aux autres Diables Verts qui m'accompagnais . J'ai bien aimé la phase tranquille ,ou nous étions chargés de filtrés les binômes de sniper qui venaient au rendez vous ,nous étions entre l'envie de ne pas leur parler du tout pour mettre la pression et les contrôler a mort juste pour les faire bien chier ,mais bon rien de tout ça ,juste quelques mots ,du style " salut allez y ,c'est par là " les premiers groupes l'on bien fait sentir en disant " PUTAIN chaleureux l'accueil ici " ............. MDR c'est juste un rôle les gars on vous aime Pour la phase insertion des binômes dans le jeu ,c'était plutôt pas mal ,mais un peu long à mon gout ,mais que voulez vous les ptits vieux c'est ça ils sont toujours impatiens de commencer ,mais le dimanche c'est les premiers aux supermarché Là pendant ce temps on prépare notre camps ,tatati et tatata ,enfin je me confectionne un petit nid douillé ( que je n'utiliserai que 2H30 ) mais putain que c'était bon .......LOL notre insertion pour la chasse est donnée tard dans la nuit ,là on sent bien que les fauves sont lâchés putain on en veux ( à tout le monde ,le moindre bruit suspect ,la moindre ombre qui ce déplace ,on est sur la gâchette ,tant et si bien qu'un moment donné ,cela semble bien payer le groupe de traqueurs qui est avec nous ,repère un quelque chose dans le vallon ,là tel des chiens enragés ,on fouille les bruissons ,moi je descends plus bas pour essayer de couper la retraite du binôme au cas ou ,et au bout de quelques temps ,j'entends les autres dirent "c'est bon on les a eu " . Et c'est parti on ramène ce pauvre binôme malchanceux au camp ,pour eux l'aventure s'arrête là ,il leur reste un long week end à faire un peu de repérage et de rando. Alors là c'est le moment d'une nuit de sommeil ( de 2H30 ) à mon grand étonnement je me réveil en super forme ,déjeune ,m'équipe ,range mon bivouac ,on prend les infos au prêt de STRIKE pou notre journée de traque et nous voilà partis . Notre DROP ZONE est donnée ,SAM ,TIAGO ,CAM'S ,MORRI et Moi même montons dans le Cherokee et nous dirigeons sur nos objectifs ,après quelques arrêts pour évaluer ,le secteur et admirer le paysage ,nous décidons de monter au max en 4X4 ,à un croisement nous arrêtons l'engins et nous nous séparons pour repérer un peu les lieux ,après quelques minutes de marche ,CAM'S et SAM nous intimes de revenir ,car un contact leur échappe devant eux ,à quelques mètres , (c'est ceux de la DELTA CORSE ) ,et ils l'a jouent fine ,en nous faisant croire qu'ils partent vers le bas ,mais en réalité ils bifurquent sur la gauche et remonte dans les bois bien cachés et a l'abris de nos regards ,le temps que nous réalisons notre erreurs ,ils sont déjà trop loin ,pour ne nous les suivions . Frustré ,on rebrousse chemin jusqu'au croisement ,là je dis "qui viens avec moi en haut sur le chemin " SAM ce porte volontaire " quelque chose me dit qu'on va trouver " et là on monte on monte et on monte encore ce putain de chemin et on décide de couper à travers champ pour essayer de rejoindre la crête ,maintenant que j'y repense je comprends ce que disait dans leur vidéo le binôme de la DELTA CORSE quand ils parlent de cette montée avec cette herbe couchée et glissante qui empêche une évolutions rapide et normale . Enfin on arrive sur un petit sentier ,on le suit tranquillement et discrètement ,on marche et on marche ,là SAM se fige et me dis "dallas regarde avec tes jumelles là bas ce que c'est ces truc au milieu de la cote en plein découvert " PUTAIN ( mon petit baleine, un beignet fourré ) non je déconne que vois je ,deux sacs à dos posés au sol et un joli binôme exténué ,en pleine phase de récupe là je me poste et j'observe notre binôme de la DELTA CORSE qui nous avez échappé plus tôt au croisement ,on se cale SAM et MOI derrière un rocher et BAN là on les lâche plus du regarde . Tranquillou ils font leur petit abri avec les tôles se calent ,boivent ,mangent ,film une vidéo ,le top quoi, pensant être pénard . A la radio on essaie de diriger le groupe CAM'S TIAGO sur l'autre versant de la montagne afin qu'ils leur retombent sur les hauteurs de manière à les prendre en tenailles ,mais la progression s'avers plus que difficile et ils rebroussent chemin pour nous rejoindre ,mais là je ma dis que vu le temps qui est en train de changer on perd un max de temps . Observation ,je me régale dans ce rôle ,j'en ai les yeux qui piques à force de regarder dans les jumelles ,et là tout à coup tranquille tranquille ,un deuxième binôme qui nous passe en contre bas ( petite cinquantaine de mètres ) sans nous voir " bordel " on peut même pas les taper au grand risque de nous dévoiler . Ils rejoigne le binôme DELTA CORSE tape la discussion et reprennent leur progression dans les hauteurs ,je me dis alors " ben ça fera deux binômes à aller taper " . Le temps passe ,mais ce couvre aussi voila près de 2h00 qu'on est en observation , puis les randonneurs "ARIEGE BOY et son camarade " qui passe à 20 mètres de notre position sans nous là MDR l'anecdote que je ne raconterai pas ici même ,mais SAM comprendras ..........PTDR . Là tout s' accélère ,les petits grêlons ,la brume ,le froid ,mais putain j'ai qu'une envie c'est d'y aller ,profiter de cette brume qui pourrait protéger notre avancée ,mais par correction on attend CAM'S et TIAGO ,on décide de les rejoindre pour leur indiquer le chemin ,un fois rejoins ,là CAM'S nous donne les dernières infos , STRIKE s'est renseigné au prêt de PGHM et la décision de rapatrier tout le monde et donnée ,LA FRUSTRATION NOUS ENVAHIE Sur notre retour on fait une halte a la COLMIANE ,pour cause restauration ,on croise ceux de la DELTA CORSE ,ils ont eu chaud ,très chaud ................. STRIKE a pris la bonne décision de rapatrier tout les groupes ,sécurité oblige .Un nouveau scénar nous est proposé ,avec une grosse pose jusqu'à 01H00 de mat avant de repartir dans le village ,très certainement pour une traque des binômes restants ,là on sent bien dans notre groupe que l'enthousiasme n'est plus aussi présent . De plus après une mauvaise expérience vécu quelques semaines au par avant dans le village de CIPIERRE ,on n'est pas très chaud ,et attendre jusqu'à 01h00 je crois qu'on ne sera pas sur de repartir après tant de repos ,du coup on décide de rentrer ,un peu dépité pour les orgas ,pour les binômes et pour nous même ,enfin on en fait part à STRIKE qui nous comprend ,et nous laissons donc les joueurs derrière nous en espérant que tout ce passera bien pour tout le monde ; si je peux rajouter une chose ce serait "PUTAIN D'ORAGE " En tout cas un grand merci a tous pour ce moment passé avec vous pour ces phases de jeu intéressantes , j'ai adoré notre rôle , a refaire pour la prochaine ,mais sans orage ........LOL Petite dédicace pour STRIKE de la part du vieil homme
  1. Charger plus d’activité
×