Jump to content

galevsky

Member
  • Content Count

    60
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    11

Everything posted by galevsky

  1. Mon pauvre, tu vas péter de chaud dans le Valdeblore Bienvenue à toi
  2. À voir. Je pense que je serais tellement fasciné par l'animal, que je ne le dégommerais pas.
  3. Ouais, ben tu es vraiment un mauvais, très mauvais, businessman !!!! C'est pas comme ça que tu vas faire ta fortune En tout cas, merci a ta passion et celle de tes co-organisateurs de continuer a nous faire vivre toutes ces aventures qui déchirent
  4. Essentiel et efficacité, telle est sa devise ! J’espère que vous allez vous régaler
  5. Bourguignone, une valeur sure ! Au plaisir de se re-croiser
  6. Sois le bienvenu !! Au plaisir de vous croiser les Heracles !
  7. Belle près, au plaisir de se croiser dans la verte
  8. Salut, sois le bienvenu et a bientôt sur le terrain !!!
  9. RETEX ATMS solo Le jeudi qui précède le challenge, j'installe mon joint rigide plat sur mon HK-416, et le configure en DMR. Le jour-même du challenge, je tire mes premiers chargeurs de 0.43g dans le jardin afin de roder un minimum la machine, et la règle pour 415 FPS / 2J et optimise le DWELL pour limiter ma conso de cartouche C02 (Wraith inside). Je me sens donc comme un gros touriste qui s'inscrit à une compet' d'une discipline qu'il n'a jamais pratiqué, et même si je me suis inscrit en connaissance de cause et sais pour quoi j'y vais quand même, je me sens très inconfortable. Alors autant ne pas foirer le reste, je prépare mon paquetage qui me donne satisfaction pour toute autre OP. Mon co-voitureur m'annonce qu'il aura du retard suite à un imprévu IRL (du genre inventaire CE vendredi, levé 3h du mat' etc...). Faut faire avec, c'est la vie, on prévient Strike de notre retard pendant la montée. Vendredi soir 21h passée, nuit noire, on débarque au campement. On nous pèse les sacs, on nous chronomètre au vidage complet, puis au remplissage. C'est l’opportunité de voir les paquetages des uns et des autres, partager les bonnes idées, et voir ce que l'on peut améliorer dans le sien. Personnellement, mes chronos n'ont pas du être fantastiques, car contrairement à certains, je n'ai pas de sac avec une seul gros compartiment, mais au contraire un sac très modulaire avec 5 compartiments, et vouloir accéder à tout en même temps n'est pas dans la philosophie du truc. Mais je m’exécute comme les autres et la manipulation m'aura conforté dans mon choix en comparant avec les sacs mono-compartiment. Une fois les 11 participants passés, c'est au tour du bivouac: chronométrage du montage et démontage du bivouac que l'on avait prévu. On n'avait pas tous prévu la même solution, pour ma part ce sera une faîtière tendue entre deux arbres, puis tarp dessus, et duvet a l’intérieur d'un sur sac avec un tapis de sol auto-gonflant. Plutôt content de mes chrono, je suis heureux d'avoir drillé un bon nombre de fois l’établissement et le rangement du bivouac. On apprendra le lendemain que les orgas ne prennent pas de sac sur un challenge tel que la Plume: les distances à parcourir avec le dénivelé et la rapidité exigée fait qu'il est très important d’alléger au maximum, et de se passer d'absolument tout ce qui n'est pas nécessaire: duvet ? On avance la nuit et on sommeille très peu, et quand c'est le cas c'est sieste au soleil en journée, donc pas besoin d'un gros bivouac, même pas de duvet pour certain. La bouffe ? Des fruits secs et viande séchée dans une poche de la veste, plus 2 repas auto-chauffant que l'on peut même préparer voire déguster en marchant. Du coup, leur équipement passe par une veste "maison" ou "pro" avec un grand nombre de poches dans lesquelles ils arrivent à emporter l'ensemble eau/nourriture/rechange/équipement tactique. Une sacrée découverte, et des échanges très intéressants sur cet équipement "d'un autre genre". Merci les gars d'avoir partagé cela avec nous. La nuit s’achève sur des recommandations sur le choix du matériel, nourriture etc... quelques portes déjà ouvertes, d'autres pistes à creuser (je retiendrai notamment la masse fécale d'un aliment, et les tapis de sol gonflables de la taille d'une cannette parmi d'autres). Lendemain matin, revue très (trop ?) rapide de la topographie: lire une carte, définir un azimut entre deux points, et choisir un itinéraire pour rejoindre un point donné en coordonnées UTM. Rien de nouveau pour ma part pour la théorie, en revanche le coté pratique sur l'estimation du temps de parcours, fonction du dénivelé etc... sont des choses que j'aurais aimé avoir. Derrière, une fast-action sur une mise en situation type situation d'urgence. On embarque dans un véhicule pour être déployé sur site, dont on n'a pas vraiment d'information quand on y repense à posteriori, et c'est pas du tout ce qui se passe, avec l'interception par l'ennemi de notre véhicule sur le trajet, dépouillement de nos répliques et sac, et on se retrouve prisonnier mains sur la tête avec un gardien au sein d'un bunker dans le noir complet. Le gardien me laissera seul suite à l'attaque du bunker par des ailiers, et j'ai alors tenté une évasion, par un escalier et la lumière du jour relativement proche... une fois dehors, le premier réflexe est de mettre de la distance le plus rapidement possible avec le lieu, ce que je fais sans me retourner. Puis attente de plusieurs minutes, immobile avec la ghillie, pour tenter de détecter une éventuelle poursuite de l'ennemi. Rien derrière, je décide rapidement d'essayer de récupérer mon matériel, et entame une marche pour rétablir un visuel sur l’entrée du bunker, dernier endroit ou j'y ai aperçu mes affaires. Je reviens donc par dessus l’entrée du bunker, armé d'un simple couteau. J'ai un visuel sur 2x pax à terre en face de l’entrée, et rebascule en contre-bas de leur position pour venir récupérer une AK. Une fois armé, je pars sur l’entrée du bunker, ne trouve rien, m'enfonce dans le premier couloir du bunker, mais sans lumière je ne trouve rien, et fais une croix sur la recup' de mon paquetage et surtout des répliques. Je contacte alors le QG qui me demande de rejoindre le campement... au passage je n'avais plus de carte, l'ayant mise dans le sac et pas sur moi. Je ne sais pas si c'est une erreur, vu que normalement la fouille est complète et donc elle aurait du m’être retirée qu'elle soit dans une poche de pantalon ou le sac, mais pour le coup ce fut dommage. Dans l'absolu un sac peut se perdre, donc je replacerai ma carte dans une poche de cuisse pour la suite du week-end. Au lieu de prendre un chemin en contre-bas de la route, j'ai suivi un balisage en dessus de la route...mais aucun sentier véritable, ce fut 1 km dans les arbres et broussailles à bouffer du conifère. De retour, on avale un truc rapido, et on se prépare à régler sa lunette de réplique. On nous annonce qu'on doit réaliser des abaques, et on commence alors avec le binôme ATMS à se régler sur des arbres à 30m/50m/65m. Tout se passe bien pour moi, mais lorsqu'on l'atelier se met en place avec de vrais cibles, plus rien ne va, la bille plonge a 38m, alors que j’étais en tir horizontal a 50m précédemment.. et à partir de la, la douleur commença pour moi avec un tir au jugé sans trop de compréhension. Débute ensuite une animation de type Golf de Sniperland, super-intéressant, mais dont je n'ai pas pu profiter un maximum à cause de ma réplique défaillante, et c'est bien dommage. Le Golf est à la fois ludique et exigent, une bonne découverte. Bcp plus sympa que du simple tir sur cible ! S'ensuit le tir debout/assis/allongé à 50m pour le challenge. La aussi, rien ne va, les déboires de mon comparse Kiami sur son VSR m’évitent de pleurer, mais ce que je redoutais le plus est bel et bien en train de me gâcher la fête, participer avec du matos non-rodé, c'est une forcément une mauvaise idée. Bref, on fait ce qu'on peut, je découvre que je suis plus mauvais en tir assis que debout, ce qui veut dire que je ne sais vraiment pas tirer assis, et le note sur ma todo-list. La fast-action suivante nous emmène dans le secteur Est a 300m du campement, et l'objectif est de traverser de l'autre coté pour une rejointe sur deux contact dans le secteur Ouest, avec un temps limité de 15 min. Le choix de passer en-dessous ou en-dessus de la route se pose... ma ghillie partielle sur les épaules me camoufle bien vue d'en haut uniquement, alors bien que le parcours par le haut est bien évidemment bcp plus rapide, je tente le bas. L'exercice est rendu difficile par Strike qui nous impose de rester à portée de voix tout en nous cachant de lui sur la zone de départ, en attendant notre tour de passage, j'ai donc passé un bon moment dans une pente à me cacher du mieux que je pouvais dans un environnement pas fait pour mais a portée de voix. Je suis ensuite parti faire mon contournement par le bas, et j'ai mal évalué la distance au camp dans le secteur Ouest, et suis remonté trop près... nos contacts étaient en fait plus loin, mais ayant vu une silhouette immobile, j'ai tente de m'en rapprocher, il s'agissait en fait d'un patrouilleur ennemi qui a pris un shoot... je me suis très rapidement enfoncé dans la foret pour ressortir plus à l'Ouest, après une sacrée frayeur, et plusieurs minutes de perdues... pour terminer l'extraction en un peu plus de 18 minutes. De retour au camp, on nous demande de nous préparer en vue d'un déploiement sur une cible à abattre: un mafieux russe, qui prendra contact avec un Pope directement, et dont "on ne peut pas rater l'identification tellement ce sera une évidence". L'attente va être un peu longue, mais pas tant que ça pour moi, puis-qu’ayant perdu ma softshell dans la fuite durant l’atelier précédent, je vais commencer par me refaire intégralement le parcours précédent, en mode "recherche d'objet pas forcement super visible avec la nuit qui arrive" pour évidemment ne le trouver que dans les derniers 50m. Bref, vers 21h ou 21h30, me souviens plus, on embarque dans le Defender à plusieurs pour aller taper notre cible prioritaire, chacun à notre tour. Je reste en attente dans le véhicule pendant que les deux binômes devant moi réalisent l'atelier, et pars sur zone accompagné de Strike. J'ai deux minutes pour me positionner, la zone est un bout de pente raide qui surplombe une zone de stockage avec un toit dessus. Je ne pense qu'à la distance et mon soucis de hopup, et en oublie l'important: me placer correctement avec une vraie position de tir confortable. A la place, je suis couché sur le dos, en observation de ce qu'il se passe. Au bout de quelques minutes, le Pope russe débarque accompagné de 2 gus en noir. Ils s'installent alors sur des sièges et commencent à discuter, l'un deux tournant le dos, les deux étant habillés de manière similaire, il est difficile de faire le distinguo et savoir de qui des deux est la cible. Mais visiblement, le Pope semble s'adresser beaucoup plus à celui qui me tourne le dos, je décide donc que c'est la cible, imaginant que dans le role-play, le Pope parlerait davantage au chef qu'à son homme de main. Je me prépare alors discrètement à prendre une solution de tir, quand soudain j'entends parler avec un fort accent russe, deux pax rejoignent la zone. Et la je me rends compte que ma cible n'est pas celle que je croyais. Il va rapidement échanger avec le Pope est récupérer une mallette, puis quitter le hangar, et là ce fut la précipitation, tir assis, raté, je double, je triple, mais me débats pour rien, le mafieux a pris la suite. Échec mission, extraction.... retour campement. Pour cela, un azimut brutal permet de rejoindre le campement dans le sale, sans lumière, ce fut un petite marche pré-digestive sympathique. Rentré à 23h, j'avale mon canard et file me coucher sous la tente. Lendemain matin, je mets deux pansements à ampoules pour assurer l’épreuve finale. On nous explique que l'on va devoir réussir une infiltration au niveau du campement, avec des règles d'engagements qui sont fortement inspirées de ce qui se fait pour sélectionner les marksmen de l'USMC. Un temps limité -mais non communiqué- et une cible à taper, après s’être établi sur un bon poste de tir permettant un bon visuel sur la zone, avec identification de message visuel avant d'obtenir l'autorisation d'ouvrir le feu. On part tous depuis un point en contre-bas du campement, et réalisons l'exercice tous en même temps. Je décide d'aller planquer mon sac-à-dos dans la verte sur le chemin de l'extraction, secteur Ouest, puis reviens faire une progression sur le flanc Est. Toujours ce soucis de réplique, je rage intérieurement de ne pas pouvoir faire un shot au delà des 50m comme je pouvais les faire encore la veille sur le premier réglages, car j'avais une solution de tir depuis plusieurs minutes et mètres, mais devait personnellement m'avancer davantage. Ma ghillie trop claire se détachait vraiment du milieu forestier assez sombre et vert, mais je faisais confiance dans les juges qui sanctionnent les erreurs grossières uniquement. je rampe tête baissée, profitant d'un contre-bas, et de ma capuche bien fournie. J'ai un parfait visuel sur la cible, et il ne me reste plus qu'à prendre une position de tir correcte, mais je faute en décollant beaucoup trop les épaules du sol, au lieu de relever au ralenti le menton uniquement... ce fut fatal, l'observateur envoya un gardien droit sur ma position. Gros manque de pratique de l'exercice, ça se paie cash. Une fois l'exercice terminé, remise des prix, et un tir simultané sur ballons a lieu, avec vidéo à la clef, je ne sais pas comment on a pu merder pour l'enregistrement vidéo, la fatigue du WE peut-être, alors qu'on avait tout pour le réussir, mais en tout cas c’était super sympa à faire. Conclusion: un week-end au top, un cadre magnifique, des ateliers très sympas, une découverte pour ma part du "job" de sniper qui ne pouvait pas se faire dans de meilleurs conditions, avec des potos et d'autres qui le deviendront sûrement. Un must-do avant toute Plume Blanche, si on ne sait pas ce que c'est. Dommage que je n'ais pas préparé suffisamment la réplique, pour moi-même comme pour les autres concurrents. - orga au top, uniquement des personnes de qualité qui assurent vraiment - couverture de l'ensemble, de ce que peut être une insertion, une infiltration, et un tir final, avec extraction. - terrain Fury ouf-issime - la classe des orgas (je le redis, mais c'est vraiment ce qui a fait bcp, en terme de contenu, échanges, etc...) - logistique sympa #pitch #flotte #tente - rencontre des autres participants qui sont supers également, possibilités d’échanger avec eux dans les temps morts etc.. vraiment bonnard de rencontrer du passionné ! - Je vous ai dis que l'orga était démente ? Me souviens plus.. - on va dire quelque chose pour ne pas passer pour un lèche-cul: je m'attendais à taper beaucoup plus dans le physique, je pensais que le dimanche matin serait une "mini-rikiki Plume" avec une grosse infiltration et extraction sur quelques kms et des heures de progression pour restituer l'ensemble avec sac pas trop lourd. Heureusement que je me suis fatigué à ne pas revenir en voiture sur la situation d'urgence, que je perds ma veste en foret, et que je fais le retour campement sur le Pope&Mafia facultatif, sinon j'aurais pas beaucoup marché, et pris du poids avec les pitch. - toi qui lis ce retex en ce moment et qui n'y étais pas, t’étais ou putain ? On aurait aimé t'y voir bordel ! --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Remarques a l'orga: 1. Topo: faire en sorte que le parcours estimé soit effectué plus tard dans le week-end pour avoir une idée du temps réel de parcours. Je pense que j'ai largement sous-estimé mes 40 minutes pour descendre à la Chapelle, et j'aurais bien aimé avoir à me le manger. 2. Pope&Mafia: briefing sur l'identification de la cible un peu léger, je pense pas que ce soit une bonne chose de se baser sur l'interpretation de ce qu'est un mafia russe, sans photo ni details sans appel permettant de réaliser l'identification. J'aurais tres bien pu shooter le gars assis, et honnetement vu les infos fournies, je ne vois pas trop ce que j'aurais eu à me reprocher. 3. consignes parfois vagues: je peux comprendre dans le cadre du challenge, mais pour moi si on sait pas ou/quoi/qui/quand avec un bonne précision, on ne fait pas grand chose dans la vraie vie. J'essaie d'y voir une facon de "créer de l'inconnu dans un cadre tres court d'OP d'airsoft, qui correspondrait aux imprévus que les FS rencontrent sur des distances et échelles de temps bcp plus grandes IRL", mais ça ne me semble pas bon à faire car c'est vraiment piégeux au sens "role-play" et apporte plus de risques d'incompréhension artificiels que véritablement de l'inconnu qui dynamise le truc, qui peut etre fait de bien d'autres manieres comme faire varier le "comment" ou carrément retourner le scénario telle que la capture du samedi matin. (certes ça coute cher en moyens à aligner dans le scénario, mais ça vaut le coup). 4. infiltration finale: j'aurais aimé davantage de conseils/formation sur les déplacements/progression, n'ayant jamais fait l'exercice auparavant. Mais je suis surement un cas isolé sur le coup.
  10. Sois le bienvenu ici, au plaisir de se croiser sur un terrain
  11. Aucun soucis.... tant que les bières sont fraîches et la camaraderie franche !
  12. Au plaisir de se croiser sur le terrain
  13. Wow..... joli lot Dommage qu'il y ait peu de chances que ce soit pour moi
  14. Kebab oubli, ensuite fais comme tu veux vu qu'on aura un campement et qu'on ne sera pas en mode full-autonomie itinérant. Pour ma part ce sera ration parce que j'aime bouffer chaud et que c'est le plus pratique sans rechaud gaz etc... et que ça fait partie de mon emport sac itinérant habituel. Après amènes tes tartines si tu préfères, mais perso je prendrais un truc pour bouffer chaud au moins de temps-en-temps, ça fait du bien au moral. Toi qui vois
  15. Bon saut de pas, le mil-sim c'est la vie Soyez les bienvenus les gars, et au plaisir de se croiser sur le terrain !
  16. Welcome boy ! C'est loin Strasbourg, mais en espérant quand même se croiser
  17. Ben c'est que ça commence a urger sévère, on a perdu notre ambassade, on aurait volontiers rétabli le calme a grand coups de frappes chirurgicales, mais nos Tomahawks ne sont pas encore opérationnels, et avec 60 prisonniers sur les bras, le cadavre de Brezinski et la Maison Blanche qui ne décolère pas, il va falloir inventer un truc.... avec une grosse motivation comme base de la recette.
  18. galevsky

    11.jpg

    Ahaha je pense reconnaître ce Camarade
  19. Dispositif ATMS (8 pax) sur CIA actuel: CDG / Radio : Galevsky . Indicatif : XXXXXX CDE Alpha : Yel . Indicatif : XXXXX . Assaut : Frozone . Médic : Joker CDE Bravo : Oxsilaris . Indicatif : XXXXXX . Assaut : LJK . Assaut : DAVID invite LJK . Soutien : - Binôme Sniper/Éclaireur . Indicatif : XXXXX . Spotteur : Red . Snipeur: -
  20. Au top ! Bon je retourne à ma couture, faites de l'airsoft qu'ils disaient !
  21. Okay, cette gr@$;^#* de correction automatique m'aura fait chercher 20 minutes sur le net.... impossible de trouver un acronyme ou quelque chose hormis des news sur des snipers US au Niger.
  22. Bienvenu Alberto, au plaisir de se croiser sur le terrain
×
×
  • Create New...