Aller au contenu
Strike

[1] SEPTIEME EDITION DU CHALLENGE DE LA PLUME BLANCHE

Messages recommandés

gun.jpg

 

Juin 2017

Aux États-Unis, les premiers mois de présidence de Donald Trump sont le théâtre de vive tensions politiques. Sa mise en cause dans l'affaire Comey déstabilise ses soutiens, qui doivent faire face, quelques jours à peine après les premières auditions, à de sérieux risques de destitution. Les opposants à Donald Trump, se sentant légitimés par ces mises en causes, se radicalisent. Les milices, restées discrètes ces dernières années, se mobilisent. Le 14, James Hodgkinson ouvre le feu sur Steve Scalise, numéro trois des républicains à la chambre des représentants, le blessant grièvement.

TRUMPCOMEY.jpg

 

4 juillet 2017

Le jour de l'indépendance, le président Trump est victime de tirs alors qu'ils assiste au feu d'artifice sur la terrasse de la Maison-Blanche. Gravement touché, il est maintenu en coma artificiel. L'information n'est pas rendue publique ; le vice-président Mike Pence accède ainsi au pouvoir dans le plus grand secret. Craignant pour la stabilité du pays, il demande au Secret Service des représailles « aussi brutales que rapides » : ordre leur est donné de rassembler un escadron chargé d'identifier, localiser et éliminer les responsables de l'attentat.

Capture d’écran 2017-06-16 à 23.35.58.jpg

 

10 Aout

Accusés de conspiration, 119 militants démocrates suspectés d'être directement ou indirectement impliqués dans l'attentat sont tués clandestinement par le 1st Government Defense Group "Double Eagle", dirigé par le colonel Howard Brown. Le gouvernement présente alors le massacre comme un affrontement entre des factions d'extrême-gauche.

 

deathsquad.jpg

 

14 Aout

Malgré le secret entourant l'affaire, la réalité des exécutions planifiées depuis mi-Juillet sous le nom d'« Opération Moray Eel » est révélée par la presse. Déstabilisé, le gouvernement accepte de faire la lumière sur la situation de l'exécutif et la réalité de l'attentat du 4 Juillet. C'est l'étincelle qui met le feu aux poudres. En quelques jours, les deux tiers des effectifs militaires américains refusent l'autorité du président ; en Caroline du Sud, en Alabama, dans le Missouri, le Kansas et le Montana, les milices "sortent du bois" et s'associent aux forces de police locales pour prendre le contrôle de pans entiers du territoire.

militia.jpg

 

26 Aout

Conscients de risques liés à l'effondrement politique qui vient de commencer sur le sol américain, l'OTAN demande un rapport sur la situation ; selon ses agents locaux, le pays menace de sombrer dans la guerre civile. Les sources révèlent que c'est dans le Montana qu'est réunie la plus importante milice : forte de près de 55000 combattants, constituée de civils et de déserteurs, elle est suspectée de planifier une prise de contrôle du pays. Afin d'éliminer les meneurs, décision est prise d'infiltrer au coeur de cette milice un binôme de snipers. Cette opération de la dernière chance porte le nom de code BACK IN BLACK.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 20 heures, Ariegeboy a dit :

T'es de mèche avec les scénaristes de Far Cry 5 ?

J'avoue que sa m'y fait pensé ! A quand la reprise de Far Cry 3 !!! La je signe direeeect ! Surtout pour le saut en parachute , et la reine de Ryackiat quitte a mourir sur l'hotel de sacrifice en train de la culbutée .. MDR

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×