Aller au contenu
Strike

RPRC #3 - WOLF STONE /// 3-4/12/2016 /// SHELTER

Messages recommandés

Opération Wolf Stone terminée ! :D Cette OP marque le redémarrage du concept Roleplay Raid Commando après 5 années de stand-by... 

 

post-1-0-70527800-1481065983_thumb.jpg

 

 

Merci à tous les participants à cette OP, et en particulier à ceux qui venaient de loin, voire de très, très loin ! :P L'environnement fût rude, et malgré le manque de sommeil et des ordres de mission contraignants, vous vous êtes hissés avec grandeur à la hauteur de la tâche. Je ne peux que vous remercier pour votre confiance et votre engagement, car sans vous, cette OP serait restée un tas de feuilles sur un bureau ! ;)

 

post-1-0-29119900-1481065261_thumb.jpg

 

 

Je tenais également à remercier Thibaud Melis, président de l'association SOCCA (qui a courageusement entrepris avec ses gars de restaurer l'ouvrage du Monte Grosso) pour son aide à la préparation de cette OP, et sa confiance. Un énorme MERCI à mes amis CuiCui, Larcenn, Fox, Arcuce et Blanketou (asso ASP), ainsi qu'à Will et Shadowsun (asso SOCCA), pour leur aide précieuse sur le convoi, et dans les moments difficiles ;) Je voudrais exprimer ma gratitude à Yoan, photographe de grand talent qui a spontanément proposé de venir immortaliser cet événement malgré la distance et les contraintes techniques (nuit, froid, fatigue...) qui en aurait fait reculer plus d'un...

 

post-1-0-08883600-1481066126_thumb.jpg

 

J'ai fini de vous ennuyer avec mes bavardages ! ^_^ Ce post est le vôtre, n'hésitez pas à poster à la suite vos retex et commentaires, suggestions et critiques. 

 

à vous !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je tenais à remercier l'ensemble des participants, personnellement.


Pour ma peine au niveau du commandement du bunker r43 nous avions de bon gars motivé. 


Ils se sont exposé à une température assez froide lors des déplacements extérieur merci au ALPHA A1 , ainsi Komando Phenix - Airsoft squad.


Merci pour cette op, Strike….à une prochaine aventure.


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci à toi Shiherlis pour le travail effectué en amont et durant l'OP, tu as dirigé le groupe Russe à la perfection ! Vous avez accompli l'ensemble des missions, tout en maintenant un dispositif de défense efficace. Je me suis régalé à me confronter à votre dispositif, très réaliste. Vos protocoles de traitement des convois serbes étaient super immersifs, et ne laissaient la place à aucun débordement... alors qu'on a vraiment tenté de pousser les gardes à bout ! Et malgré la fatigue et le froid tout le personnel a joué son rôle jusqu'au bout. Beau boulot ! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon et bien à nous alors,

 

Premièrement et comme à chaque fois avec BSO, l’organisation est parfaite et transparente, nous recevons nos infos, et OM rapidement, et toujours complètes cela permet une bonne perception de la mission pour une bonne organisation. La copie des autorisations du terrain... PERFECT SIR 

Bref un énorme bravo de plus à ton compteur STRIKE.

Alors que nous étions en regroupement avec tous les DV avant de nous mettre en chemin, je reçoit un appel de MONTAGNE désirant discuter de la mission. Il me demande donc d’être la plutôt, si possible afin que nous ré-organisions cela, la mission n'étant à priori pas réalisable pour eux. Malheureusement, cela nous est impossible car nous avions organiser notre arrivée pour 20h sur le premier point de RDV.


20.00
Nous arrivons donc sur le point de RDV avec MONTAGNE, point sur lequel nous devions leurs remettre tous notre matériel, afin de pouvoir s'insérer à pied par le NORD et pourvoir en cas de rencontre se faire passer pour des promeneurs (en pleine nuit mais bon) :D. Et ainsi récupérer notre matériel en zone hostile sur le point R3.

Je les contact par TPH car personne sur ce point, MONTAGNE m'informe donc être dans un restaurant du centre de SOSPEL et me demande de les rejoindre. Une fois dans ce petit restaurant, nous rencontrons DELTA et MONTAGNE à table, et à peine en cours de commande. 
Ils nous expliquent leur phase de renseignement sur le bunker et leur tentative d'ouverture de la brèche sur B4. Cela revenant à nous dire, que la mission n'est pas réalisable, et qu'ils souhaitent faire autrement, à savoir nous regrouper et faire un assaut sur B1.
Pas vraiment d'accord avec eux sur ce point, cela voulant dire, l'abandon de la mission de BRAVO pour l'interception du véhicule, l'abandon de coupure de l'antenne relais, ainsi que la non réalisation de la mission de DELTA.


Nous préférons nous insérer comme prévu sur le lieu prévu, et faire le point une fois sur place, en voyant les effectifs ennemies.


20.30
Nous quittons donc le restaurant, sans les cyalumes, sans MONTAGNE et sans DELTA, pour rejoindre notre point d'insertion, avec notre matos.


21.45
Nous arrivons sur zone, nous stationnons en bord de route, nous équipons en bord de route tant bien que mal à l'abri derrière le camion, et commençons notre progressions.
Cette progression aurait du être beaucoup plus rapide pour nous, car sans notre matériels, en cas de contact nous aurions été capable de passer sans accrochages. 
Bref nous perdons énormément de temps à rejoindre B4, passant de bunker en bunker jusqu'a rejoindre l'antenne.
Nous apprenons par MONTAGNE que DELTA n'est plus.

Nous continuons notre chemin et décidons de prendre le relais de DELTA,tant bine que possible avec nos moyens. "On se débrouille avec nos grenades XD" et ont fait exploser le stock!


22.30
MONTAGNE nous demande des infos sur notre position. Nous tentons d'organiser une rencontre avec eux sur le point 139 afin de récupérer les cyalumes et l'explosive. Mais ils nous informent ne pas être en mesure de rejoindre ce point, étant en véhicule.
Ils proposent donc que nous les rejoignons afin de prendre d'assaut les checks points.
Mais nous restons sur notre mission et nous débrouillerons bien avec notre matos. 


1.00
Une fois sur l'antenne ne disposant pas des cyalumes piégé, nous ouvrons le boitier de raccordement de l'antenne afin d'y mettre en place des cyalumes (petits explosif s'activant au moindre contact radio mrgreen-161d.gif )


1.30
Nous arrivons sur B4, et cherchons l'entrée du bunker.


2.12
Nous apprenons la perte de MONTAGNE


2.32
Nous apprenons par MONTAGNE que la porte à du être fermer par les RUSSES. Nous ne pourrons donc pas réaliser la mission de DELTA.


3.00
Après 30 min de tentative de forçage de la porte (OUI nous avions espoir, et l'espoir fait vivre  mrgreen-161d.gif )nous décrochons, pour rejoindre B1.
Nous arrivons à descendre par le SUD jusqu'a 5 m du barrage SUD, et restons en attente et en observation.
Nous arrivons également à recevoir des COMs de BRAVO en route en véhicule sur le BLOC1.


Nous décidons donc d'attendre leur arrivée et de frapper une fois BRAVO sur site.


3.45
Nous avons déjà remarquer qu'a chaque contrôle de véhicule, 2 PAX se chargeait du contrôle et que cela créait un attroupement de 5 ou 6 sur l'air devant l'entrée du BUNKER.


4.00
Un défendeur arrive, nous donnons le TOP action.


4.20
2 ALPHA DCD, un véhicule arrivent avec BRAVO, permettant un soutiens à notre attaque.


4.30
Attaque fini, ALPHA tous DCD ainsi que BRAVO.


Fin de partie pour nous, nous rejoignons le bloc 1.


Comme d'habitude, un grand MERCI à STRIKE et BSO pour l'organisation de cette OP.
Malgré les couacs avec les autres groupes COMMANDO, et bien ont sait bien amuser. Malheureusement, nous n'avons pas réaliser grand chose en objectifs, mais nous auront au moins essayer.


Je trouve que c'est un gros plus sur ce genre d'OP de pouvoir, improvisé, et d'être libre de réaliser les missions comme bon vous semble ou du moins comme on le peu  mrgreen-161d.gif.

 

Nous aurions certainement eu l’occasion de faire plus de dégât chez les RUSSES lors de notre assaut, mais ce n'est que partie remise  ;)

 

wolf1-5110e6c.png

wolf2-5110e7c.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je recopie-colle mon Feedback laissé sur FB : 


"

Récit reporter de guerre durant l'op RPRC #3 - WOLF STONE

Étudiant en photographie à Paris, fasciné par les conflits, j’ai décidé fin Novembre de prendre la direction de la Bulgarie .

2 décembre, arrivé dans la ville de Dobritch situé près de la Roumanie, je me rends dans les maisons de Presse pour y trouver des infos quelconques, sans succès .

 

Je contact des reporters mais qui refuse de me donner la moindre info . 

Avec beaucoup de persévérance, j’ai réussi à avoir un rendez-vous avec l’un d’entre eux au Bar Клуб dans le centre ville de Dobritch . 

Après une courte discussion, il me répond : «  si tu veux te faire les dents sur un sujet, j’ai peut-être quelques choses pour toi ... Je ne peux pas m’y rendre, je dois partir pour l’Ukraine pour un reportage et c’est apparemment sans danger ce sujet . » 

 

Enfin, je tiens peut-être quelques choses ! 

- « Où ça ? » lui répond dis-je d'une voix ferme .

- «  Calme toi mon grand, il s’agirait d’un complexe abritant des futs de TATP de ce que j’ai compris .

- « Il se situe où ce complexe ? » 

- « Au mont Grska, je t’en dirai pas plus, à toi de trouver comme un grand. »

 

Le rendez-vous se termine, très peu d’infos mais je ne laisse pas tomber .

Après une nuit complète de recherche et quelques graissage de pâtes auprès de fonctionnaires, j’obtiens une localisation partielle . 

Situé à plus de 300 kilomètres d’où je me trouve, je décide de louer une voiture pour faire le trajet le matin même .

On me propose une vieille Mercedes blanche typique de l’ère soviétique .

Nourriture, eau et vêtement de rechange acheté en vitesse, je prends la route .

 

13H00 - 8 kilomètres avant d’arriver sur le site, la route bitumée change subitement pour faire place à une route très endommagée .

Je monte avec peine et lenteur, ma vieille voiture est mise à rude épreuve .

Je prends ma carte et son tracé, j’essaye de voir où je me situe après plus de 10 minutes de route . Plus j’avance, plus la route monte, plus la température baisse . 

 

Après 15 minutes de piste, j’aperçois des casernements . Je m’arrête sur le bas côté .

Des têtes apparaissent à travers les fenêtres d’un bâtiment, je m’engage vers eux, main à l’extérieur . Il semblerait que le complexe soit tenu par des Russes, je me présente comme jeunes reporters de Guerre.

Sans hostilité aucune, le groupe m’accepte volontiers .

Une étape en moins, ouf ! 

 

Je fais connaissance avec certains, je constate que d’autres sont plus sceptiques quant à ma présence . 

 

15 heures, tout s’active d’un seul coup . 

On me guide vers le fameux complexe qui n’est autre qu’un bunker. Le pont-levis permettant l’accès au véhicule s’abaisse avec silence, je rentre . 

J’aperçois une longue table de bois où les hommes doivent s’y réchauffer et manger pendant leurs pauses . Les groupes Russes s’activent de toutes parts, ils explorent le bunker de toutes parts . 

 

15H30 - arrivé d’un groupe de maintenance du site .

Vêtu de casque, combinaisons, équipé d’outils, ils doivent apparemment entretenir le site .

 

Toute toute personne ne faisant pas partie du personnel du bunker ne peut rentrer sans une fouille intégrale . 

Palpations, détecteur de métaux et fouille des caisses effectuées .

Certains techniciens du groupe de maintenance émettent des objections qu’en a cette fouille excessive . Le personnel chargé du contrôle remet les points sur les ï . Le groupe de maintenance abdique . 

 

Entre-temps, le responsable des Russes demande à l’un de ses hommes de récupérer les jerricans d’essence présent près du groupe électrogène dehors qui nous fournis de l’électricité pour éclairer une partie du fort, groupe électrogène bruyant et camouflant du coup tout bruit suspect venant de l’extérieur . 

 

Pendant que les Russes investissent les lieux, le groupe de maintenance doit faire son travail . Accompagnés de deux gardes, ils s’enfoncent dans l’obscurité du fort pour commencer le travail . 

Tel un groupe d’enfants, les techniciens courent de partout et mettent à rude épreuve les nerfs des gardiens.

La suite de la visite des lieux pour le groupe de maintenance doit s’effectuer à l’étage, nous montons . 

L’étage qui en faite ne fait pas loin de 18 étages à monter me fait déjà regretter mon choix de les suivre mais la passion du reportage me pousse à monter encore et encore .

Les escaliers sont étroits, les couloirs encore plus . Je dois sans arrêt me battre avec mon télé-objective pour qu’il reste près de mon corps afin d’éviter qu’ils ne tapent dans les murs . 

 

Mon rôle en tant que reporters de guerre est de montrer aux autres ce qui ce passe mais sans pour autant gêner les personnes que je photographie, je dois donc me faire petit dans ces étroits couloirs .

30 minutes plus tard .

Toujours avec le groupe de maintenance accompagné des deux gardes, j’ai l’impression que les techniciens cherchent autres choses, ils s’éparpillent ...

Je décide de redescendre. 

Arrivé à un étage intermédiaire, je visite les lieux . En rentrant dans une pièce, j’aperçois une biche décomposée . Ces lieux froid et sombre ne laissent aucune chance sans préparation . 

 

Je regagne la pièce de vie du bunker . Des futs sont présents à l’entrée, je remarque que certains y amènent ces futs loin dans le site . Je les accompagne pour y voir de plus près .

À deux minimum, ils transportent fut après fut sur une sorte de civière spécialement conçue pour .

Plus de 5 minutes de marche à travers ce Bunker plongé dans l’obscurité, nous regagnons une pièce qui sert de stockage. Déchargement, sens inverse, je regagne de nouveau la pièce de vie en leurs compagnies .

 

20H - Les Russes se posent peu à peu, ils sortent leurs réchauds pour y faire à manger . 

Le froid s’installe, ce froid qui deviendra mon pire ennemi durant toute la nuit .

J’évite autant que possible de rester statique, je vois un fût vide posé à l’extérieur, je demande au chef Russe si je peux leur aider à y faire un feu et leur montrer du coup ma bonne volonté..

 

“Vas-y, je devais le faire mais je n’ai pas le temps” me répond-il .

Je me rends aux abords du bunker pour y trouver du bois . Je ramasse ce que je peux et le mets dans le fût . Je demande de l’essence à l'un des gardes pour pouvoir allumer le bois . Après deux tentatives, en vain ... 

 

21h - Je me laisse pas abattre, j’essaye de nouveau, un des gardes hurle que deux véhicules sont en approchent ! Je rentre en vitesse dans le bunker, le convoi arrive . Les Russes s’activent de toutes parts . 

La nuit s’éclaire peu à peu via les phares du convoi . 

Un convoi Serbe s’arrête au checkpoint, les Russes contrôlent les papiers et l’intérieur des véhicules . Une fois les plaques et identifications validé, le convoi rentre dans la zone de stationnement .

 

Les Serbes descendent de leurs véhicules, vêtues de cagoules noires sur la tête ne laissant que leurs yeux apparent, équipés de Kalachnikov et de rangers noir. 

La tension monte d’un cran dans le bunker . 

Les Serbes doivent se soumettre aux mêmes contrôle que l’équipe de maintenance qui sont repartis quelques heures plus tôt . De ce que j’ai compris, le groupe Serbe est venu inspecter le lot de fût . Le contrôle à l’entrée est un peu confus . 

Les Serbes doivent déposer leurs armes à l’entrée . La tension est palpable, j’hésite à prendre des photos, j’essaye quand même . Les réactions ne s’attardent pas et des plaintes de Serbes se font entendre, j’arrête .

 

 Allant en zone contaminée, ils doivent s’équiper de la tête au pied d’une tenue et d’un masque ainsi que d’un compteur Geiger . Un groupe de 5 russes accompagne les Serbes à l’intérieur du Bunker. J’accompagne le groupe, toujours en arrière . L’un des Russes m’aperçoit derrière et me demande de passer devant, entre eux et les Serbes .

Nous arrivons dans la pièce de stockage, les Russes sécurisent les lieux .

Les Serbes font leurs inspections, nous repartons vers la pièce de vie . 

 

L’un des responsables Serbes demande aux responsables logistiques Russes de conclure l’inspection par une signature du contrat . Leurs armes leur sont remises, les Serbes repartent en convoi.. Le calme revient . 

 

22H- les Russes en profitent pour manger et dormir un peu . Certains groupes effectuent des rondes dans le fort . L’un de ces groupes va passer une grande partie dans le noir pour y clôturer définitivement tous les accès extérieurs possibles . 

Je profite d’une des rondes pour les accompagner afin de me réchauffer . 

Je regarde le thermomètre avant de partir avec eux, j’aperçois un 0,5 degré . Un courant d’air constant balaye la zone de vie .

 

De retour dans la zone vie après la ronde, j’essaye de me trouver un coin tranquille, à l’abri de cette ennemie invisible qu’est ce courant d’air mais l’un des Russes me rappelle à l’ordre et me demande d’être constamment visible de tous .

Mes doutes se confirment, je reste sur mes gardes dès à présent, je suis désormais tout seul et le moindre faux pas peut m’être fatal .

 

Je ne regarde plus l’heure pendant un bon moment. Vers les 1H du matin, le convoi Serbes revient pour apparemment prendre un fût . Le convoi est désormais de 4 voitures au lieu de 3 . Toutes bondées, armé, hommes cagoulés . 

Le stress remonte aussi tôt, tout le monde est sur ses gardes . La plupart des Serbes restent à l’extérieur et rodent en nombre sur le parking . Un certain nombre de Russe est parti effectuer une ronde à l’intérieur du bunker, une autre partie aidée leurs collègues situés à l’antenne au-dessus du bunker . Les Russes ne sont plus que 3-4 à l’entrée dont un qui ronfle depuis près de 30 minutes sur son canapé . La situation est tendue . 

 

15 minutes se passent, le groupe Serbe redescend avec un fût, les papiers signés, le convoi repart . 

 

Je sens comme une routine dangereuse qui s’installe chez beaucoup de Russes . 

J’en profite pour manger un morceau afin de regagner des forces car le plus dur reste à venir .

Après le repas, j’apprends que le convoi transportant le fût a été attaqué sur le trajet . Seul un véhicule s’en est sorti . Les Serbes demandent hospitalités au sein du Bunker afin de se réchauffer et de remédier à leurs problèmes en sécurité .

Après beaucoup d’hésitation, les Russes acceptent à contre-coeur . 

 

10 minutes après, le convoi ayant survécu arrive . Les Serbes rentrent dans le bunker avec leurs armes, pose le peut d’affaires qu’ils ont pu récupérer durant l’attaque et se réchauffent . Les Russes sont aux aguets, la main sur leurs armes prêtes à tirer .

J’essaye de m’écarter des groupes pour éviter de me retrouver dans un guêpier mais l’un des Russes me rappelle de nouveau à l’ordre . 

La paranoïa montent encore plus me concernant quand ils s’aperçoivent que je lie d’amitié avec un Serbe . Je n’ai quasiment plus le droit de me déplacer .

Je suis passionné par les AK et fasciné en voyants les leurs, je voudraient les prendre en main mais je ne le fait pas, la situation est beaucoup trop tendue .

 

Les heures passent, je me pose sur le canapé et me bats contre le froid . 

L’un des Russes me voyant au loin me donne une couverture en laine qui réchauffera mes mains et mes jambes durant une grande partie de la nuit .

L’un des Russes s’installe près de moi, tremblant légèrement aussi me rassurant que je ne suis pas le seul .

 

3H30 du matin, la lumière s’abaissent par à-coup pendant quelques secondes, le groupe électrogène donne des signes de faiblesse, je conseille à l’un des Russes d’aller faire le plein .

 

15 secondes plus tard, le groupe s’arrête, l’obscurité s’écroule sur nous, le silence résonne.

Deux Russes s’activent à faire le plein . 5 longues minutes passent ... le groupe redémarre, la lumière revient.

 

4H - Beaucoup commencent à piquer du nez . Je me bats contre le froid qui me fait mal aux jambes tellement elles se contractent .

Mes paupières fermées mais bien éveillées mentalement, le temps devient long . 

J’apprends que les Serbes qui sont partis quelque temps avant ont réussi à récupérer leurs véhicules et sont en direction du Bunker .

4H30 - Je demande au seul Serbe présent dans la pièce de vie si je peux les accompagner dans leur convoi et me répond positivement . 

Ça ne sert plus à rien de rester dans le bunker, je ne peux plus faire de mouvement sans être rappelé à l'ordre, je décide de plier bagage quitte à prendre un gros risque en partant chez les Serbes . 

Le reste du convoi arrive, le serbe préviens ses hommes que je vais monter dans leur convoi .

L’un me fait signe de monter dans l’un des véhicules, je prends mes affaires.

 

Je monte à l’arrière, un homme est présent dans ce véhicule, je ne distingue que l’ombre de son Ak . Un très long moment passe, je parviens enfin à me réchauffer . Je scrute au loin les échangent entre Serbes et Russes . 

De longues minutes passent ... le temps est long .

Des Russes effectuent des rondes à l’extérieur, passent tout près du véhicule dans lequel je me trouve et éclairant par moments l’intérieur de celui-ci avec leurs lampes . 

 

Un homme hurle «  CONTACT ! » La voiture dans lequel me je trouve est criblé de toute part . Le Serbe présent dans le véhicule essaye de sortir comme il peut . Je me retrouve seul dans le véhicule . Tout le monde s’active à l’extérieur, j’essaye de comprendre d’où viennent les tirs, je sors de la voiture en courant vers l’entrée du bunker, 2 impacts en plein casque, je m’écroule au sol .

 

Fin du match pour moi .

 

Je fais le mort durant 15 minutes au sol, je profite du spectacle de l’assaut en cours . 

Les faisceaux des torches sur-puissantes traversent la forêt de part en part ! Les Russes lancent des grenades par-dessus leurs Bunker comme ils peuvent, les gerbes d’étincelles lors des explosions offrent un spectacle magnifique, des silhouettes sombres traversent le parking à toutes vitesses, un Serbe passe devant moi, touché à l’épaule, il s’écroule .

Je regarde de l’autre côté, vers le convoi, les cadavres au sol, inerte. 

 

—— 

 

Ce fut pour ma part l’op de l’année ! 

Un Roleplay comme j’en ai rarement vu.

Un grand Bravo et merci à Strike et à tous les Orga qui l’ont aidé dans ses taches . 

Merci à toi Strike de m’avoir fait confiance pour mon rôle de reporter . 

Bravo aux Russes pour leurs accents ^^

De bons moments de rigolade avec le groupe de maintenance :) 

Merci à Thibaud de nous avoir fait partager sont fort, un lieu dans son jus et qui lui donne un vrai cachet . 

J’ai souffert du froid, la parano qui montait et qui m’empêchait de faire mon taff mais pour le coup je dis ... à quand la prochaine ? :) 

 

Bravo à tous ! Sincèrement . 

 

Yoan, photographe durant l’Op Wolf Stone ."


Vraiment merci encore, une bien belle Op qui restera dans ma mémoire pendant fort longtemps ;) 
C'est et ce sera toujours un plaisir de venir sur tes Op mon cher Strike ;) 

A très vite ! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

salut

petit retex de la team alpha a1 coté russe

 

arrivée vendredi soir et accueilli par olivier qui sera notre commandant

visite du casernement  et explication de quelque régles pour l'op

on se fait a bouffer et on se couche au premier étage du casernement dans un courant d'air qui ma obliger a faire un petit mur pour casser le vent au niveau de ma tete

samedi on se lèvent et on traine les patte en se préparant doucement  pour être prêt avant midi

11h les commando phenix arrive et le briefing commence 11h45 c’est fini et on commence a transféré nos affaire dans le pickup pour les monter au bunker r34

12h15 l’équipe de maintenance prévue pour 14h30 débarqué , pourquoi autant d'avance on ne sait pas

12h40 en voyant le bunker toujours pas ouvert on demande au commandant si on peut déjà commencer notre mission car tout est en stand-by au niveau du bunker

13h on arrive au cheik point numéro un pour se mettre en place

on commence par bloquer la route avec notre pick up pour qu'aucun véhicule ne puissent passer en force

et on se mais en poste pour couvrir un max de terrain autour du cheik point au cas ou il y aurai une attaque

vers 13h30 un véhicule arrive avec pitbull a bord ainsi que deux autre russe

on les contrôle et nous les laissons passer en leur donnant leur ID

14h00 un 4x4 vert arrive avec une mitrailleuse sur le toit, ons leur fait signe de s’arrêter pour les contrôler mais ne veulent pas baisser les arme tout de suite

le mitrailleur descend du véhicule après de multiples somations

nous contacton le commander pour savoir si on doit les laisser passer car il non pas de carte ID

le commandant nous dit qu'il peuvent passer mais nous decidont de poser des céllés sur les porte pour voir si il ne sont pas descendu du véhicule pour déposer des objets ou autre chose entre le cheik point 1 et 2

nous aurions du rester la jusqu’à 14h30 mais problème de timing le commandant nous dit qu'on nous relévera plus tard

nous attendrons jusqu’à 17h30 pour quitter le poste

vers 17h00 l’équipe de maintenance qui repart du bunker arrive a notre cheik point

le commandant nous avait donner l'ordre de les laisser passer mais par acquis de conscience je verifie dans les véhicule si il y a bien 6 personne

le passager du premier véhicule m’interpelle de façon pas très amicale en m'ordonnant de ne pas fouiller le véhicule car je n'avait pas le droit selon lui

je décide donc de les bloquer et de les faire attendre le temps que je demande a mon commandant ce que je fait

le commandant me dit que si je veut les fouiller j'ai carte blanche car il on fait courir nos homme dans le bunker

le ton monte entre eux et mes hommes mais il ne tente rien d’hostile

( les six joueurs avait lever leur lunette, je sais pas si c’était pour jouer le jeux a fond mais c’était pas terrible niveau sécurité, du coup on a pas put faire de tir de somation pour être dans un roleplay maximum)

je décide de les laissait passer après quelque minutes d'attente

17h30 nous quittons le cheik point pour rejoindre le bunker

17h45 nous nous mettons en place vers le fond de la grande pièces et nous nous séparons en deux groupe deux parte explorer le bunker ( smilley et nounours)

ricain et moi restons nous faire a manger car nous avons une petite faim

18h00 on nous dit qu'il faut allez vérifier le bloc 3 car de la lumière aurai était aperçu par lexterieur

nous progression avec deux autre russe dans le noir avec une petite lampe rouge pour ne pas être repéré mais il savere que c’était nounours qui était en train d’inspecter ce coin la du bunker

vers 20h00 smilley et nounours décide de retourner vérifier toute les entrés et voient qu'il ne sont pas verouiller

il verrouille tous et barricade même des endroits ou seul un enfant de 7 ans aurai put passer ( la parano commence )

dans la soirée les serbes débarque pour récupérer les futs mais nous leurs fesont pas confiance et nous les surveillons même quand il on besoin d’aller pisser

on surveille les collines alentour avec les lampe pour ne pas essuyer une attaque qui pourrai venir de dessu

ensuite nous apprenons que les serbe aurai subit une attaque plus bas sur la route et qu'il aurai perdu 2 véhicules

30 minute plus tard il arrive avec deux véhicules au lieu de 4

il demande notre hospitalité a notre commandant qui décide de les laisser s’installer avec les russes

ricain et moi les surveillons sans interruption ainsi que le photographe qui était sans cesse sans surveillance

les serbes décide de repartir a pieds récupérer leur véhicule qu'il avait du abandoner

une heure plus tard ils arrivent et décide de récupérer un autre fut de peroxyde d’acétone

au moment de repartir l'attaque commence on entend ( contact !!!!)

je me trouve a ce moment la a l'entré du bunker et je vois un russe allonger au milieu du parking DCD

je comprend que les serbes et nos russe qui sont a l’extérieur subissent un attaque

je me place au bort de l'entré avec un autre russe pour faire une premiere ligne de front

les commado phenix bolquer a l’intérieur du poste de commandement nous communique par radio qu'il ont des blessé mais qu'ils ont fait des dégâts a l’ennemie

mes chargeurs passe les grenade aussi

un serbe essaye temps bien que mal a atteindre le pont levi et se fait toucher

le reporter tente la même manœuvre et se prend deux billes dans le casque qui l’arrête devant le pont levi lui aussi

aprés plusieurs minute de tir intensif de part et d'autre je décide de reculer pour me mettre plus a couver dans le bunker

mais n’ayant pas prévenue les russe que j'alais traverser la pièces pour reculer je subit les tirs des 3 m249 qui garder l'entré depuis le fond de la pieces

je suis donc DCD

une minute plus tard on nous signale que tous les ennemis sont DCD

fin de l’opération wolfstone

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Retour de 18 pages avec des private jokes, et du second degré, mais je poste quand même :
 
0430 : Beeeep beeep beeep ! C’est beaucoup trop tôt. Mais se lever pour partir représenter le groupe phénix c’est pas pareil !

0450 : Je file prendre ma caisse avec des sacs beaucoup trop lourds.

0518 : Choppage de Squall à Voiron, go Valence.

0630 : Arrivée chez Binoun (à prononcer avec l’accent pied noir). La voiture est chargée « ras la gueule » , mais on rentre à 4 dans une caisse avec le matos !

1110 : Après avoir fais un bon bout de route / piste pleine de trous on arrive au RDV des forces Russes, et on rencontre notre commandement, dont le nom de code sera « Blackjack ». Petit breefing avec une partie de nos troupes.

S’en suivra une peu d'attente, pour une fois on est pas speed pour s’équiper et bouffer. Il faut tout simplement que la team qui gère le bunker arrive. On fait un petit tour extérieur du block de l’entrée et du block B juste à coté. Cette bête de béton et d’acier ne représente qu’une petite partie du bordel qui s’étend sous la montagne, et ressort par endroits. On découvrira plus tard les 8 blocks + l’entrée, des centaines de mètres de galeries et d’escaliers, 12 étages…

1400 environs : les Serbes de la logistique baissent le pont levis massif en acier. On essaye d'être réactifs : direct en garde à l’entrée, car une équipe de maintenance en blouse blanche et masques veut rentrer au plus vite.
On attends bien une maintenance, mais on se méfie, et on a un protocole à respecter : vérification et relevé des ID, badges + lumières clignotantes, fouille.

Et c’est la que les ouvriers commencent à râler. Ils ont de grosses mallettes d’outillage, qu’ils ne veulent pas ouvrir. On leur dit que c’est pas négociable, ils nous parlent d’amiante, mais c'est louche... Grand moment de RP.
Ils repartent vers leurs bagnoles en gueulant. Ils discutent dans leur coin. Ça pue un peu la merde cette histoire...

On part chercher un détecteur de métaux au check-point installé en dessous sur la piste par Alpha, histoire de bien fouiller les manards beaucoup trop louches. Alpha a carrément mis un pick-up en travers de la route, la classe.

Squall part prêter main forte à une équipe de reco, qui pose des mines à des endroits stratégiques, et met en place un tireur embusqué.

1500 environs : l’équipe de maintenance accepte d’ouvrir leurs  boites à outils, et rentre dans l’installation. Ils se baladent en racontant de la merde et essaient clairement d’échapper à la surveillance de Wasabi et son binôme. Ils sortiront même par une des rares issues : le block 4. Il semblent bien la pour repérer des issues.

1615 : On décolle poser une antenne de com : un truc de 12m de long à monter et installer au point culminant du relief. On retrouve Squall sur place, les 2 mecs de la reco sécurisent, pendant qu’on galère à installer l’antenne. On la met dans un bassin en béton histoire qu’elle soit bien galère à atteindre.

Le truc oscille dans tout les sens pendant qu’on tend les ficelles, mais on s’en sort. Sauf qu’on à pas branché les câble qui va presque au sommet… Zoooooob ! Apres une petite manip de plus elle est en place et branchée.

Retour QG, formation en Y. C’est bien raide, on est chargés mais il fait encore jour, donc pas de souci même si ça tire dans les genoux.

1715 environs : il faut récupérer le TE, Phénix décolle.

La nuit tombe en route. Bonne galère pour retrouver l’endroit, on crapahute sur des toits de bunker, dans des ronces et de la caillasse, mais on finit par retrouver le gars. On lui tournait autour depuis un moment, mais il ne savait pas si nous étions alliés.

On rentre. De nuit la progression devient difficile, voir carrément tendue dans les descentes bien raides. Je me boite ma race deux ou trois fois.

1900 environs on est au QG, pas beaucoup de gardes. La faim se fait sentir et beaucoup gamellent à donf sur une grande table, le tout sous des néons alimentés par un groupe, qui fait un bordel de folie. Genre on entendrais pas un pélo à 10m.
On donne notre point de vue au commandant en second (en charge à ce moment), il est bien d’accord. On se poste en sécu, et Benounn repère que le poste de commandement est très bien pour sécuriser l’entrée : vue sur la piste d’accès et sur l’entrée, possibilité de monter sur le toit et de sortir par derrière pour retourner vers le bunker.
Les « meurtrières » et les tourelles sont des bons spots aussi, mais on à moins d’angles de tir et on ne peut pas facilement circuler.


2000 ou pars la : En patrouille, avec Seb, on repère des phares sur la piste qui monte au Bunker, ils sont sur le flanc de montagne en face. Ça laisse 10 – 15 min à Blackjack pour préparer la sécurité, il va d'ailleurs bien mobiliser nos russes.

On laisse passer sans se faire repérer, et on leur (en)file le train. On veut être sur qu’ils ne débarquent pas des fouines en route. Ce sont des serbes, environ une dizaine. Ils ne sont pas hostiles, mais foutent un peu le bordel, avec un accent slave prononcé, et un goût pour l’indiscipline. Certains sont très drôles et foutent un peu le bordel, sans pour autant être agressifs : « moi pisser ou j’veux » restera un bon moment de l’OP.
Notre défense est mobilisée, et à l'entrée du bunker, les gars respectent bien le protocole de sécu : fouille vérification des papiers etc. Par contre les véhicules tous garés devant l’entrée, offrent du couvert aux Serbes qui se baladent, ce qui nous rend un peu parano.

Il s’agit du capitaine Miscovimescouillesick je sais plus son nom, et de son escorte. Il vient signer des accords. Le convoi repart sans encombres, mais nos gars sont grave parano, malgré le fait qu’ils soient à priori nos alliés.

2115 : Phénix prends une pause, on à tous mal au dos avec nos gros BA + casques, debout depuis des heures. On se pète le bide et on discute avec les autres qui se reposent.

2230 très approximativement : Un groupe part vérifier l’antenne, on reprend un tour de garde, après avoir mis des couches chaudes. Il meule sa maman. Non seulement il fait froids, mais il y à un petit vent de pute, qui te givre la nouille instantanément.
On est pas mal équipés, du coup on souffre mais ça passe.

Un deuxième convoi serbe arrive beaucoup plus tard pour récupérer un bidon d’explosifs. Entre temps on à mis un place un véhicule barrage, et on gère un peu mieux les serbes et leurs véhicules.
Vérification IDs mais on les connaît maintenant. On les surveille toujours beaucoup, mais aussi les environs. Certains de leur personnels enfilent une combinaison + masque à gaz, gants etc. pour s’occuper du bidon d’explosif. Les 4x4 repartent doucement.

On apprendra plus tard qu’ils se sont fait attaquer.
Une partie des serbes demande notre protection et on les accueille.


2345 ou pars la : Blackjack à fait condamner toutes les autre issues du bunker sauf la principale. On se bouge pour aller vérifier que l’entrée du block 4 est bien toujour fermée. PA ou réplique CQB, et nous voila partis en exploration dans les galeries, nous sommes vite au niveau inférieur et on se lance dans les escaliers.

Je pense qu’on met 15 min à monter tellement il y à d’étages… J’ai les jambes qui tirent, mais ça réchauffe ! On visite les étages à la lampe, dans une ambiance très chelou : des vielles machines, des lits superposés rouillé dans des baraquements exigus à l’allure de prison, une chambre frigorifique, des chiottes, des pièces dont l’utilité nous échappe, tout est en béton ou en acier. On trouve aussi des ossements et des animaux « momifiés »… Ils sont probablement restés piégés à l’intérieur et sont morts de soif… Glauque.
Arrivés au niveau supérieur, on trouve des mortiers qui ne font pas rire, et la fameuse issue. Elle bien fermée, grâce au système d’origine : une sorte de demi porte en acier hyper épaisse avec des gonds de malade, le tout fermé par un système de bourrin. On est au sommet de la montagne. Squall et Seb partent vérifier l’antenne, ça serait con de pas le faire, en étant au sommet de cette foutue montagne. Pour ne prendre aucun risque, Ben et moi restons dans le block pour refermer derrière eux.

RAS au niveau de l’antenne. (En fait peut être que si mais on à pas capté.)

0100 ou un truc du genre : on redescend et on fait un petit rapport au QG. Nos gars voient parfois des lumières au sommet du block 3 juste à gauche de l’entrée. On y file donc.
On regarde par les postes de tirs, la tourelle… Rien. Si j'ai bien compris nos gars fument surement des grrroooos pétards pleins de drogue, parce qu’aucune opposition n’est passée par la ^^

0300 : On patrouille devant le block. On repère de très loin une attaque sur deux véhicules. Ca flashe et ça gueule sur le versant d’en face. C’est dingue comme ce genre d’action peut-être repérée de loin la nuit.

En tout cas il y a bien des hostiles dans le coin parce qu’on à vu personne pour le moment. « C’est ou la bagarre » dirait Ewok.

Les serbes se barrent sauf leur chef. Ils partent récupérer leurs véhicule, on ne les voit pas passer par la piste, ça rends parano le chef, mais ils sont juste partis par la cambrousse.

0330 : Petite pause. 70% facile de nos gars sont congelés sur des chaises dans le blockhaus. Certains comme Péjo ne lâchent rien et gardent en permanence l’entrée.
30min de sommeil pour certains, une pâte d’amende et un pet foireux pour les autres, et on repart.



0415 : Tour de garde, chtit coup de chartreuse derrière la cravate. Et squat du poste de commandement.
Véhicules annoncés. Surement le convoi serbe qui revient chercher de l’explo.

Des serbes arrivent, mais pas le véhicule de Strike qui est le seul qui transporte les barils. Il doit venir un peu plus tard, on ne sait pas trop pourquoi. Une partie des serbes est déjà OUT.

Il fait 2°.

Le véhicule de Strike arrive, au moins 20 min après. On est toujours dans le poste de garde avec Benounn et Squall. Seb va voir Strike pour lui demander pourquoi il est méga en retard.
Une pluie de bille part du toit du bunker, tout les gars qui étaient devant les véhicules, c'est-à-dire surtout des serbes et 2 – 3 gars à nous, se font découper avant d’avoir compris. « Contaaact »
Seb court nous rejoindre mais en prends une bonne rafale. Il est au sol.
Gros coup d’adrénaline.

Flash de partout.

On est pas mal placés, mais isolés en 1ère ligne.

Ben arrose la piste derrière le 4x4 de Strike et touche à plusieurs reprises. « Seb t’es blessé ? On peut venir te chercher ? »

Seb reste à terre, mais gémit et dit c’est chaud, il n’as pas l’air de pouvoir trop ramper jusqu'à nous. Il nous dit « derrière le 4x4 ». On allume effectivement un mec derrière le 4x4, Benoun est touché à la main, je le soigne et Squall couvre.

Sur la piste ça lance patate, ça grenade pour avancer et venir soigner leurs gars, mais on est à l’abris, j’arrose comme un sale à la fenêtre, pour couper leur progression, je tombe 3 chargeurs en quelques secondes.


De l’autre coté je flashe les toits pour essayer de localiser l’opposition. Je ne vois rien. Pejo allume le toit juste au dessus de moi.

Benoun continue à envoyer la sauce, mais il prends dans la poire et tombe.
Squall prend sa place et empêche la progression par la piste.

Blackjack me dit de revenir au bunker, mais c’est chaud et on a pas pu extraire Seb qui agonise…

Je me retourne et chouffe la piste. Poc poc 2 BBs dans la plaque arrère. Je tombe un moment.

On échange des tirs avec un pax dont juste la Tête dépasse derrière un véhicule. Je pense qu’on l’a sorti, mais Squall est touché à la main. Je soigne.

L’intensité du combat baisse un peu mais ce n’est pas fini. J’en prends une dans la cuisse… Squall me fait un bandage. On est bien dans la merde, mais on pense avoir fait mal.

Une grenade tombe pas très loin, et foire lamentablement, alors qu’on recule bien amochés vers le fond du poste. Je communique avec Péjo dans le bunker pour voir si on peut dégager par la, mais il y a toujours des gars sur les toits. J’en prends une de nulle part main gauche.
Squall avoine un gars devant l’entrée de notre bâtiment, pendant ce temps.
De mon coté je me glisse vers l’escalier qui monte sur le toit, glock dans la main droite, pas le temps de soigner. Je vois une silhouette sur le toit à 5-6m plop plop, le gars tombe.

BAOUM : un Gros pétard éclate entre moi et Squall. FINEX pour nous.

Pour finir les gars ne rentreront pas dans le bunker, mais ils n’étaient pas plus nombreux que nous, donc je pense que c’était impossible, sans avoir une ruse qui ait fonctionné histoire d’avoir une deuxième équipe qui rentre par une autre entrée. Ils ont fait un très bel assaut.
Les russes étaient bien sympa, et ont bien résisté au froid.
Merci à Shiherlis qui a su organiser notre défense en restant à l'écoute de ses gars.
Le terrain est énorme, le Bunker incroyable.
Le scénard était top, un grand merci à Strike. L’engagement de la fin était assez fou.
 
Merci à tous et à bientôt j'espère.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci, pour votre RETEX les gars ! 

Nous avons tenté (ALPHA) l'assaut à 7 en espérant permettre à BRAVO une entrée ou une avancée. Sans réel espoir mais à un moment, après 45min à moins de 40m de vous sur les hauteurs nous devions bien faire feu et tenté une percée.

 

Merci à vous pour cette échange plus que sympa quand même !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Wow ! Merci pour ces retex palpitants ! :D Je vois que la pression était présente pour tous, et que l'affrontement final, bien que moins dense que prévu, a tenu ses promesses... dommage que le groupe Montagne (aka "Maintenance") n'ai pas réussi à tromper la vigilance des gardes du complexe, et que cette maudite brèche n'ai pas été ouverte ; l'op aurait pris un tout autre tournant ^_^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon a moi (mais vous avez déjà tout raconté)

Quand l’ami Strike m'a dit vous serez le groupe Montagne

Je me suis vu marcher dans les montagnes de Sospel

Que nenni j’ai visité dans un premier temps un superbe édifice

Avec pleins d’étages et de recoins habillé avec de jolies combinaisons blanches (maudite brèche )

Après cette jolie visite nous descendons a Sospel City rendre compte aux Diables Verts et a Delta

Mais ces derniers de sont pas très chaud et préférerons rentrer a la maison Sniff

Nous décidons donc d’attaquer le barrage du tunnel (mais il ne restait que les barrières construite par l’équipe a Thibaud) et dans un deuxième temps d’appuyer l’équipe a Mino

Sur l’attaque du convois

Mais ce groupe a pris du retard (putain de genoux)et le convois descend ni un ni deux

tous le monde derrière le tout petit muret

deux trois rochers disposés au milieu de la route (les éboulements sont courant la bas) Jondo prépare les explosifs

le premier véhicule arrive mais les autres restent légèrement en retrait

tant pis deux trois explosions et les trois occupants sont maîtrisés

la suite est moins rigolote

non seulement le reste du convois c'est échappé en laissant leurs véhicules au milieu de la voie

mais malgré nos messages au groupe de l'ami Mino

nos complices ne nous identifie pas et nous tue Sniff

en résumé :

superbe endroit

bon restaurant a Sospel

nous avons revu et rencontré des joueurs sympa

Merci à tous et à bientôt j'espère.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Titi pour ce récit-éclair ;) ah les montagnes de Sospel, il n'en tenait qu'à vous de les explorer... outre l'ouverture de la brèche, vous deviez préparer et accompagner l'insertion de Delta (démolition) et Alpha (diversion/assaut)... Je pensais que vous sépareriez votre groupe en deux, et pendant que vous auriez exploré la montagne, les points d'accès et les chemins d'extraction, Romain et le CSquad se seraient occupés de l'intérieur du bunker... dommage, le mont Grska est magnifique en cette saison ^_^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et ben les gars, on a vécu un truc chouette.

De mon côté, je retiens l'organisation sans faille des russes sur le bunker, le grand moment de RP qu'a été la visite des techniciens et le putain de froid. C'était un bon moment de "milsim défensif" avec de vrais enjeux physiques: rester éveillé, être attentif à tout moment, gérer la pression lors des divers nettoyages du fort.

 

BSO a vachement bien géré le truc, notamment pour ce qui est de l'exploitation du Monte Grosso. C'était pas évident, compte tenu de la configuration des lieux. Honnêtement, on a vu des OP bien plus chères et bien moins sympas, merci à Strike pour le job effectué.

 

Pour ceux qui est du "moins cool", je retiens le retard lors de l'ouverture du fort. Par ailleurs, je suis un peu sceptique sur le transport des barils. Trois ou quatre auraient suffit, mais au moins ça fait les bras!

 

Merci à notre chef bien aimé, qui avait apporté pleins de goodies pour augmenter encore l'immersion. Et merci à tous les joueurs du camp russe, vous avez gérer les gars!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Que de bons retex !
Quand on m'a dit : ça te dit de jouer dans un bunker? j'ai sauté de joie.
Malgré le retard d'ouverture du bunker et le froid assez prenant je ne vois rien à redire que du positif vivement la suivante! Alors c'est pour toute suite ou bien !?
J'ai trouvé que le rôle-play de chacun était bien immersif et que personne n'est sorti des rails donnés par le leader. Gardien de porte était bien kiffant ^^ vous ne passerez pas! Peut-être qu'une barrière aurait utile au niveau du petit baraquement pour faire un double-check et fluidifier la circulation devant le bunker. Qui est vite devenue une garage auto lors des interactions...
Dommage qu'on n'est pas été plus harcelé ou plus d'initiative, car le seul moment pour ce réchauffé c'était lorsqu'un véhicule arrivait. J'ai bien visité TOUT le bunker avec le service de maintenance, qui penserait qu'on laisserait la porte arrière grande ouverte ;) ahaha sécurité oblige c'était un plaisir de jouer avec l'équipe russe sa sera avec grand plaisir de rejouer avec vous ;) et c'est toujours un plaisir de vous voir les copains :)

 

Encore merci a bso pour l'organisation et des lieux vraiment complet hâte d'être en 2017 pour participer au prochaine opé

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

alors bien avant de commencer le retex , je voudrais simplement dire que dans les propos que je vais ecrire sont en aucun cas ils sont là pour critiquer ou ouvrir des debats quelconques  !!

 

cet op etait le retour de 2 choses pour moi, le retour de strike sur les op RPRC et la nvelle constitution de notre asso (le noyau dur des feu contractors83) donc en quelques sortes que du  bonheur et des amis !

 

strike nous a attribué le groupe commando Bravo ! notre mission etait simple : intercepter un convoi d'explosif pour a la fois prendre et caché un fût et interroger fabiavsic pour lui soutirer des infos pour notre seconde phase appuyer les autres commandos lors de l'assaut du bunker, notre insertion etait à 22h30 ! et extraction à 06h00 !

 

 

une fois equipé et pret à partir notre groupe etait composé de 2 equipes, nos collegues de la tag company, au nbre de 7, je suis le chef du groupe de combat, repartition des roles et des taches et nous commencons l'infiltration par le seul chemin possible car les differentes zones à la fois controlées par des drones armées serbes ne nous laisse pas le choix d'emprunter un chemin de mule comme dit strike (et puis de toutes manieres c'etait les ordres lol)  seul soucis on est de nuit et j'ai trop la facheuse tendance a etre trop precis en topo et toutes erreurs de 50 m me contrarient toujours lol (va falloir accorder nos GPS) ! bref on va perdre bcp de temps à chercher un chemin de nuit qui est legerement glissant et escarpés donc pas le choix il faut sortir les frontales sinon on va aller au tas , chose faites wakou glisse et manque de finir 3 m plus bas ! descente dans la combe, traversé de la rivière etc.. recherche du chemin à emprunter qui est pas plus large que mes lowa  ! bref dur dur mais par ctre tres prenant mais dejà les difficultes arrivent , certains peinent , d'autres se font des entorses mais la motivation est de mise et tout le monde suit à son rythme ! et la pression s'installe car on a vu sur le convoi qui commence ses aller et retours sur la piste !

 

mais c'est là que les dysfonctionnement commencent : effectivement je suis en contact avec les autres leaders du deroulement de leurs actions, le tph passe pas super bien et les premières difficultés de communication se font ressentir ! j'apprends que l'op va presque se terminer que les gars sont prets a attaquer ! mais comment se puisse car c'est nous qui devions avoir des infos (une fois le convoi intercepté positivement ) pour mener à bien cette attaque ! de plus j'apprends qu'un groupe commando n'est plus

discussion avec les autres , j'avais lu les ordres de missions des autres commandos et rien ne suit dans la logique !

 

bref on arrive enfin sur la piste ou on a notre zone d'interception du convoi ! là prise d'infos  avec romain qui m'informe que le groupe montagne a intercepté le convoi et que 2 vl se retrouvent verrouillées et que leurs occupants se sont fait la malle dans qu'elle direction ? prise de decision de rejoindre le groupe montagne qui au derniere info ne se trouve pas au niveau des 2 vl abandonnées !

ne sachant pas ou se trouve les vl et les eventuels enemis on progresse en tactique et je ne sent pas mon tph vibrer ou romain m'annoncait sur position au niveau des 2 vl ! ne pouvant pas etre au four et au moulin, je spotte le groupe qui se trouve au niveau des vl , j'identifie 2 tetes bien connus c'est bien le groupe montagne mais qui sont les autres autour ? là j'avoue commettre une erreur (j'aurais du contacter romain pour confirmer leur présence et la zone safe ou pas ) par vitesse je garde l'ascendant sur ces pax en les braquant par surprise en criant indentifiez vous !! pas de reponse des coups sont tires et les echanges commencent et le groupe montagne est decime !!

bref là arrive un gros moment de flottement du coup ! depite (surement pas autant que le groupe montagne ) on eclaircie la situation et je decide de contacter l'orga pour la suite des evenements ! il est quand meme 02h30 du mat !

 

le flottement va durer et notre re-insertion das le jeu se fera à 04h du mat avec une progression sur le bunker pour porter assistance à alpha assez perilleuse et hors temps on decide donc d'y aller en VL (chose qu'on aurait pu faire avec les papiers captures ) c'est une decison sage car la prog et les les blesses legers du au precedent craphut aurait ete trop difficile pour certains sans aucune critique bien sur ! impossible  en plus de prendre contact avec cam's (plus de batterie ) on passe donc aucun pt de controle et on arrive sur le bunker ou là l'attaque à dejà commencer ! on se joint à eux et la suite est simple il est impossible de prendre le bunker si peu nbreux !

05h30 tout le monde est DCD, s'en suit une visite de l'ouvrage tres interressante !

 

je pense que le plus gros soucis a ete la com comme d'habitude c'est la que ça peche comme dans la vrai vie et du coup bcp d'erreurs d epart et d'autres ont fait que les commandos ont failli ..................

 

je tiens quand meme apres coup à remercier tout le monde pour cette si belle op qui aurait pu prendre une autre ampleur !!

la tag company a qui on a bcp demande , strike et son equipe et les moyens mis en jeu et tout le reste des joueurs qui ont permis le jeu !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cam's ayant déjà fait notre débrief , je passe juste pour remercier BSO Games pour cette OP , je me suis vraiment régaler !

 

Être avec toutes l'équipe a monté sur le bunker , puis laissez tous le groupe Alpha descendre a l'assaut , les éclairer et faire du soutient , le cadre de l'op etc , bref le pied ! J'ai vraiment kiffer l'ensemble de l'OP !!!

 

Vivement la prochaine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci messieurs pour ces messages ;) vos compliments font plaisir à lire, mais nous tiendrons également compte des remarques qui ont été apportées, afin de corriger les points qui ont coincé et d'améliorer les op RPRC ! ^_^ 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Retex Team Delta.

Tout d'abord désolé pour ce retex très tardif. Ce feedback va être assez rapide et vous allez comprendre pourquoi.

Après 3h30 de route nous arrivons sur Sospel sur les coups de 18h pour prendre contact avec Montagne. Sur le trajet Montagne nous contacte pour des informations importantes " la mission est compromise et quasi impossible de vous insérez comme c'était prévu".

Nous prenons contact dans un café avec Montagne pour élaborer un plan B. Je passe les détails de ce premier contact après plus d'une heure de débat pour essayer de trouver des solutions pour réalisé notre mission. Pour Montagne la seule chose à faire est de d'attaquer le premier checkpoint sur le chemin du bunker pour tenter une percé. Et d'avancer ainsi ver le second checkpoint puis l'entrée du Bunker etc...

N'étant pas équipé pour ce changement de mission nous y allons quand même. On prend un gros coup au moral car nous avions préparé notre mission pour notre objectif principal qui était de s'infiltrer discrètement dans le complexe et de détruire une cache d'arme au sein du Bunker. Autant dire que nous sommes très limité pour attaquer un poste de surveillance.

Bref nous y allons en bagnole pour ce rapprocher au maximum du checkpoint. A peu prêt à 1km du point nous tombons en rade de gasoil " bug du témoin électronique de la jauge :/ ". Pas grave nous redescendons sur Sospel pour faire le plein et remonté ensuite. Entre temps nos gars s'équipe. Arrivé à Sospel la station est fermé. Station la plus proche Menton. Impossible d'y aller seul si on tombe en panne sèche on est dans la mouise. On contacte nos gars pour nous escorter jusqu'à Menton. Les gars ce déséquipe et nous rejoigne.

La ça commence légèrement à nous fatiguer. Bref go pour 40min de route en roues libre. Arrivé à la station grosse démotivation de la team Delta et pour être polis on en a ras les cacahuètes, on a vraiment la poisse aujourd'hui.

Pour remonter sur le checkpoint il faut refaire 50min de route. Le ras le bol total prend le dessus nous contactons Strike et nous quittons l'OP.

Je tiens à préciser que nous ne mettons en cause personne lors de cette OP. Nous aurions du nous remotiver et faire preuve de plus de conviction pour réaliser notre mission de base qui était réalisable. Nous aurions du prendre en compte les infos de Montagne mais surtout aller sur le terrain pour confirmer ces infos. Car au final après discussions avec quelques présent lors de cette OP. Notre mission était réalisable.

Cette OP nous a servi de leçon car c'est pas notre genre de déserter comme on l'a fait. Sur le chemin du retour on s'est senti un peu beaucoup "couilles molles".

J'espère que vous serez indulgent avec nous et ne pas nous blacklister pour autant. On a déconné c'est une certitude.

Toute l'association de la Squad Zero présente ses excuses à Strike mais pas que... Nous présentons aussi nous excuses au groupe Alpha et Bravo qu'on à laissé tombé sur ce jour la.

Merci de m'avoir lu et croyez moi on ce rattrapera !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Ozik ! Merci pour ce feedback honnête et fair-play ! :) je sais que c'est pas facile de revenir sur des situations désagréables ; c'est sympa d'avoir pris le temps de le faire. j'espere vous revoir bientôt, gonflés à bloc et avec la furieuse envie d'une revanche ! ^_^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est en effet bien dommage,

Quand Montagne, a pris contact avec moi avant l'OP pour m'informer que la mission était compromise, j'ai dis OK organisons nous différemment et ensemble sur place.

Une fois sur Zone, Montagne me dis être au restaurant, nous vous avons rejoins. 

Et la personne ne voulait remuer, nous vous avons alors dis que nous, nous maintenions la mission, avec une insertion part nos propre moyen et que nous verrons sur site comment réaliser notre mission. 

A ce moment, si l'ensemble des groupes c'était mobiliser cela aurait éviter pas mal de problèmes.

Notamment, le fail de la mission de Bravo, nos tentatives de réalisation de mission...

Je pense que nous aurions pu être beaucoup plus percutant lors de notre assaut avec vous, et  si Montagne avait choisi les bois et l'airsoft à la masturbation intellectuelle, nous aurions ensemble réussi à faire quelque chose. 

Hors Montagne sur de lui, et de ces capacités, a mis en échec la mission de Bravo, vous a contaminé avec son esprit de Super Milsimeur, qui ne réalise que des missions "réalisable" au détriment de ceux qui veulent juste profitez et essayer peut importe l'issue de la mission.

L'airsoft reste un jeu les gars, je ne viens pas pour être le meilleur ou gagné mais juste pour profitez d'OP immersive avec mes potes. Si ma mission est vouée à l'échec, peut importe, je la realise au moins pour ceux d'en face. 

Bref, désolé pour toutes vos enmerdes les gars, curieux de vous rencontré en de meilleur circonstance, lors d'une prochaine OP. 

Et encore une fois, car à mon sens tous viens d'eux, et Delta n'a rien à se reprocher sauf le faite de s'être laisser embarquer par Montagne !!

Merciiiiiii les gars du groupe Montagne 

Et merci à Delta pour ce débriefing, et la reconnaissance de vos erreurs, rien que pour ça, j'ai hâte de vous voir en vrai!! Enfin, sur un terrain en pratique quoi ;)

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×